Prank

Version originale en français
v.o.f.s.-t.a. : Prank
Le film ne peut être vu que par des personnes de 13 ans et plus. Les enfants de moins de 13 ans peuvent y avoir accès s'ils sont accompagnés par un adulte.
Film Québécois

Durée

1h17

Genre

Comédie

Origine

  • Québec

Date de sortie au Québec

28 octobre 2016

Synopsis

Stefie est un adolescent solitaire qui souffre de ne pas appartenir à un groupe. Il possède toutefois un téléphone cellulaire, ce qui fait le bonheur de Martin qui l'incite à se joindre à sa gang qui comprend également Jean-Sé et Léa. Stefie est trop heureux de pouvoir filmer les mauvais coups de ses nouveaux amis. Les farces de ses camarades vont de plus en plus loin, ce qui cause un malaise chez le nouveau venu. Tout se complique davantage lorsqu'il commence à développer un béguin pour Léa et qu'il ne se sent pas apprécié à sa juste valeur par ses complices.

Synopsis © Cinoche.com

Horaire cinéma
Revues de presse
Médiafilm
45%
Louis-Paul Rioux
Cote: (5) Moyen

Si l'humour ne vole pas haut, et si les digressions sur les films d'action et d'arts martiaux apparaissent superflues, il se dégage néanmoins de l'exercice une sincérité attachante.

Cinémaniak.net
70%
. Cinémaniak
Cote: 3,5 étoiles

Oeuvre complètement déjantée, Prank est un bel exemple de la folie d'une certaine jeunesse québécoise.

Cinéfilic
60%
Jean-Marie Lanlo
Cote: 3 étoiles

Pour une fois qu'on nous offre un film québécois qui sort des sentiers battus et qui aborde une problématique sociale sans en avoir l'air, nous ne ferons pas la fine bouche. Pour cette raison, il faut absolument voir Prank.

Films du Québec
70%
Charles-Henri Ramond
Cote: 3,5 étoiles

Bordélique mélange de tonalités, allant du plus léger au plus sombre, Prank est une petite vue bien de chez nous, possédant une lucidité équivalente à nulle autre, en dehors peut-être d'À l'ouest de Pluton.

24imag
Appoline Caron-Ottavi

Prank avance au gré des conneries réalisées, bousculant les séquences les unes après les autres et faisant fi de toute construction narrative. Il n'y a pas là de coups d'éclat ou de finalité dramatique. En revanche, tout en acceptant de se vautrer avec jovialité dans l'idiotie du moment avec ses personnages, Biron n'en réalise pas moins un film qui aborde avec intelligence la douleur qui peut habiter ce que la doxa appelle les « meilleures années de notre vie ».

Agence QMI
70%
Isabelle Hontebeyrie
Cote: 3,5 sur 5

Si la finale est convenue et prévisible, Prank est comme King Dave de Podz ou comme 1:54 de Yan England, il brosse le portrait de cette jeune génération à la dérive qui finit par trouver ses propres repères en dépit de l'absence de références

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.