Pas son genre

Version originale en français
Le film peut être vu sans risque par des personnes de tout âge.

Durée

1h51

Genre

Drame sentimental

Origine

  • France
  • Belgique

Date de sortie au Québec

14 novembre 2014

Synopsis

Clément est un professeur de philosophie qui ne croit pas au couple. Parisien dans l'âme, il est affecté contre son gré à Arras pour un an. C'est là qu'il fait la rencontre de Jennifer, une coiffeuse et mère monoparentale qui chante dans les karaokés avec ses amies et qui ne jure que par Jennifer Aniston. Au fil des rendez-vous, ces deux jeunes gens issus de classes sociales différentes nouent une relation amoureuse. Le bonheur est cependant de courte durée, Jennifer doutant de la sincérité de Clément. Ce dernier fait pourtant tout pour la convaincre de la véracité de ses sentiments...

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Studio de production

  • Agat Films & Cie
  • Artémis Productions
  • France 3 Cinéma
  • Radio Télévision Belge Francophone (RTBF)
  • Belgacom

Distributeur au Québec

  • Axia Films
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
60%
Georges Privet
Cote: 4 (Bon)

Cela dit, grâce à sa réalisation sobre, sensible, et à la présence de ses deux talentueux interprètes, le film gagne en profondeur et en gravité dans sa seconde moitié.

Cinémaniak.net
80%
Syril Tiar
Cote: 4 coeurs

À l'instar de Tirez la langue mademoiselle, Pas son genre opère une montée en puissance lente au niveau des émotions le tout porté par une très belle adaptation de scénario ; Comme à son habitude, Emilie Dequenne (qui remplace ici Sophie Quinton au pied levé) est parfaite et radieuse !

Cinéfilic
70%
Jean-Marie Lanlo
Cote: 3,5 étoiles

Sous des allures de simplicité extrême, et tout en restant constamment accessible à un très large public, Lucas Belvaux réussit l'exploit de jongler avec les codes d'un genre sans jouer au plus malin, mais au contraire en se montrant avant tout très attentif à ses personnages, qu'il fait passer avec finesse de l'état de caricatures de ce qu'il représentent à des personnes à part entière.

La Presse
70%
Catherine Schlager
Cote: 3,5 étoiles

Avec une finale pour le moins inattendue, le cinéaste s'éloigne des lieux communs propres à la comédie romantique. On est ici très loin du traditionnel «ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants». Et c'est tant mieux.

24imag
Céline Gobert

Comme Reitman, Belvaux signe ici une fausse comédie romantique, politique, amère et lucide; une grande critique sociale, où l'amour ne survit pas (comme il ne survivait pas à l'ultra libéralisme chez son cousin américain) à l'odieux élitisme de la société française.

Le Figaro
Nathalie Simon

Ici, Émilie Dequenne est une nouvelle fois au sommet.

Le Nouvel Obs
Pascal Mérigeau

Lucas Belvaux filme amoureusement Jennifer qui bientôt se donne toute entière, les lumières se reflètent dans les yeux d'Emilie Dequenne, qui éclate de rire, rayonne, éblouit.

Le Parisien
67%
Parisien Le
Cote: 2 étoiles

De façon presque clinique, mais avec délicatesse, on est pris dans leur histoire d'amour qui hésite entre un bel avenir commun et l'échec en raison des barrières sociales. 

L'Express
Éric Libiot

Lucas Belvaux livre une comédie cérébrale et charnelle. Une combinaison sans fautes que le duo d'acteurs Loïc Corbery et Emilie Dequenne ne ternit pas. 

Le Nouvel Obs
Sophie Grassin

Le film n’est pas exempt de clichés mais il a pour atout majeur l’intelligence de jeu d’une comédienne : Emilie Dequenne.

Libération
Olivier Séguret

Mais répétons-le : la puissance folle que l’actrice transmet à son personnage, suffit souvent à faire décoller l’âme et le coeur, particulièrement dans les inoubliables quatre morceaux chantés, qui donnent son architecture au scénario.

Le Monde
Thomas Sotinel

Certes, « Pas son genre » se présente comme un film plutôt sage, dont les péripéties sont loin d'être toutes imprévisibles.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.