Affiche du film  Nerve : Voyeur ou joueur?
© Les Films Séville

Nerve : voyeur ou joueur?

Version en français
v.o.a. : Nerve
26 juillet 2016

Vérité ou conséquence?

Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

Nerve possède tous les éléments du film pour ados parfait : un romance sexy, un personnage principal qui se sent différent, une intrigue stimulante, un antagoniste bitch, un montage dynamique et des valeurs de confiance en soi. Mais, le problème se situe d'avantage au niveau du dosage de ces ingrédients et de la crédibilité de la narration, qu'au niveau de la construction.

Au départ, la bande-annonce promettait un suspense pour adolescents fort convaincant. Cette prémisse sur la technologie et sa suprématie en est une brillante, considérant que la vie virtuelle est plus importante pour certains ados (et même certains adultes) que celle qu'il mène au quotidien dans la réalité. Et ajouter à cette proposition un jeu omnipotent qui mettrait en doute la témérité des joueurs en leur proposant des défis plus périlleux et licencieux les uns que les autres, était aussi une hypothèse des plus riches.

Le concept fonctionne d'ailleurs plutôt bien jusqu'au trois quarts du film. On s'amuse de voir la jeune Vee, une personne sensée et réfléchie, embrasser un inconnu dans un café, puis enfourcher la moto de celui-ci jusqu'en ville, où les deux jeunes amants s'échapperont d'une boutique de luxe en sous-vêtements. On accepte même assez bien les défis saugrenus et dangereux que la protagoniste accepte de relever, encouragée par une poussée d'adrénaline indescriptible.

Mais c'est au moment où elle devient prisonnière du jeu que les choses se gâchent. Le spectateur a un certain intérêt à découvrir ce qui se cache derrière ce système informatique meurtrier, mais la conclusion laisse penaud, tout comme les quelques scènes mélodramatiques et saugrenues qui nous mènent jusqu'à elle.

La trame narrative parallèle impliquant la meilleure amie de Vee - la fille plus populaire, plus libertine et plus frondeuse - fonctionne assez bien, mais celle mettant en scène le meilleur ami de gars laisse, par contre, légèrement à désirer, notamment dans son dénouement relatif au « dark web ».

Emma Roberts et Dave Franco sont convaincants dans les deux rôles principaux. On s'attache rapidement à Vee, cette jeune photographe talentueuse et introvertie qui rêve de s'inscrire dans une école d'art, mais n'a pas les moyens financiers pour y arriver. Et on craque presque instantanément pour Ian (je l'avoue, j'ai un gros crush sur Dave Franco), ce rebelle casse-cou au grand coeur qui démontre un grand respect pour les choix moraux de sa nouvelle complice.

Nerve est un divertissement léger qu'on saura apprécier uniquement si on accepte de ne pas le prendre trop au sérieux. Il ne génère pas de réflexions profondes sur l'utilisation compulsive d'internet par les jeunes et n'a pas cette volonté non plus de changer les mentalités. Nerve manque souvent d'audace et de perspicacité, mais amuse son auditoire d'habile façon. Si une telle chose est suffisante pour vous, vous apprécierez certainement l'aventure virtuelle que propose ce suspense adolescent. Pour ceux qui recherchent d'avantage un divertissement intellectuel, on vous conseille de passer votre chemin.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Elizabeth Lepage-Boily

Mes dernières critiques

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.