N'aie pas peur du noir

Version en français
v.o.a. : Don't Be Afraid of the Dark
Le film ne peut être vu que par des personnes de 13 ans et plus. Les enfants de moins de 13 ans peuvent y avoir accès s'ils sont accompagnés par un adulte.
Doublé au Québec

Durée

1h39

Genre

Suspense d'épouvante

Origine

  • États-Unis
  • Australie
  • Mexique

Date de sortie au Québec

26 août 2011

Date de sortie du DVD

3 janvier 2012

Synopsis

La petite Sally Hurst vient d'emménager avec son père et la nouvelle petite amie de celui-ci, Kim, dans une maison du XIXe siècle du Rhode Island qu'ils veulent rénover. Curieuse, Sally découvre une porte secrète qui mène à un sous-sol où habitent des créatures mystérieuses. D'abord tentée de se lier d'amitié avec elles, Sally découvre que leur plan est de la capturer pour l'emmener dans les profondeurs du manoir. Mais son père ne veut rien entendre de ces fabulations de petite fille. Mais Kim, plus compréhensive, croit être témoin de manifestations démoniaques qui pourraient corroborer les affirmations de Sally.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Studio de production

  • Miramax Films

Distributeur au Québec

  • Alliance Vivafilm
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
45%
Médiafilm
Cote: 5 (Moyen)

Ce remake d'un téléfilm de 1973 repose sur une intrigue qui a été inutilement compliquée et rallongée, ce que le manque de nerf de de la réalisation vient exacerber.

La Presse
60%
Philippe Renaud
Cote: 3 étoiles

L'histoire est classique, sa fin le sera tout autant. Pas de grandes surprises, pas de révolution dans le genre (la direction artistique est à point, la photo a du caractère, sans plus), encore moins d'interprétation mémorable (Bailee Madison est peut-être la révélation du film). Juste un bon petit film de peur, qu'on réécoutera avec plaisir lorsqu'il sera présenté à la télé, tard le soir.

Voir
50%
Manon Dumais
Cote: 2,5 étoiles

Alors qu'est-ce qui ne va pas dans ce film d'épouvante ne contenant qu'un seul plan de quelques fractions de seconde propre à faire sursauter les spectateurs les plus endurcis? Trop d'invraisemblances. Et là, on ne parle pas de la présence des monstres qu'on accepte d'emblée.

Panorama-Cinéma
70%
Mathieu Li-Goyette
Cote: 7 - Très bien

Dans cette chasse à l'imagination, Nixey s'intègre bien à l'univers réinventé par Del Toro. On reconnaît le goût du cinéaste pour des atmosphères glauques et d'un jaune couleur poussière angoissant ainsi que ses aptitudes à transformer le monde des enfants en univers mortel.

The Gazette
70%
Jay Stone
Cote: 3.5 out of five

Much rests on the small shoulders of Madison, who turns out to be another of those frighteningly alert child actors who appears to be simultaneously smarter than the grown-ups in the room and somewhat haunted.

Joblo.com
50%
Chris Bumbray
Cote: 5/10

Overall, Don't Be Afraid of the Dark is a lukewarm horror flick, and worth seeing only if you're a hardcore del Toro completest.

USA Today
50%
Claudia Puig
Cote: ** (out of four)

This insipid wannabe frightener features a checklist of derivative conventions.

Rolling Stone
50%
Peter Travers
Cote: ** (out of four)

Yet the film never takes hold emotionally, despite strong work from Holmes and young Madison. With Del Toro's name in the credits, standard chills aren't enough. We want imagination to run riot.

The New York Times
Jeannette Catsoulis

More bump-in-the-night than blood-on-the-ground, Don't Be Afraid of the Dark is an old-fashioned spooker suggesting that dysfunctional families might benefit more from malignant demons than from a benign therapist.

Lecinema.ca
60%
Martin Gignac
Cote: 3 étoiles

Bien que la morale de la fin se veut plutôt conservatrice, le récit mené tambour battant n'est pas exempt d'humour et d'ironie. L'interprétation juste et touchante de Bailee Madison oblige Katie Holmes à se surpasser, ce qu'elle n'a fait que trop rarement dans sa carrière au cinéma.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.