Affiche du film  Moneyball
© Sony Pictures

Moneyball : L'art de gagner

Version en français
v.o.a. : Moneyball
23 septembre 2011

America's pastime

Photo Par Karl Filion

Voilà un excellent exemple d'excellent film américain. S'il ne peut servir qu'à prouver que les critiques de cinéma sont capables (la nuance, c'est qu'ils n'y sont pas obligés) d'apprécier autre chose que les films étrangers sous-titrés et arides, et que la chose primordiale - peut-être la seule importante - c'est l'intelligence du scénario, ce sera déjà ça de gagné. Mais Moneyball permet bien davantage : c'est un divertissement efficace et un mélange réussi entre drame et comédie, qui démontre que les histoires les plus touchantes sont parfois celles qui semblent les plus anodines; peut-être est-ce un phénomène générationnel, mais de nos jours, les grands récits n'ont plus l'impact émotif qu'ils ont déjà eu, et c'est dans le destin de gens simples qu'on peut trouver les décisions les plus déchirantes.

Car Moneyball a, parmi ses qualités, son intérêt pour les « humains » derrières les vedettes du sport. Aucun des joueurs des A's d'Oakland n'est une supervedette, aucun ne gagne plusieurs millions de dollars par an (excepté David Justice) et ces hommes se battent pour leur salaire au quotidien, contre les blessures, les mauvaises séquences, les impondérables, pour élever leur famille et vivre le rêve américain. Ces hommes n'ont évidemment pas, à première vue, la valeur sociale d'un travailleur de rue, d'un intervenant en toxicomanie ou en violence conjugale, mais ils vivent tout de même des déceptions qu'on pourrait aisément associer à la désillusion américaine. Après tout, le baseball est bien « le passe temps de l'Amérique » par excellence.

Ces thématiques de loyauté, de famille, de travail et de laissés-pour-compte sont au centre d'une américanité mise en scène par Bennett Miller, réalisateur de Capote (un film de 2005 qui saisissait parfaitement l'essence de l'américanité à la fin des années 50) avec un grand talent. Sa caméra est à l'écoute des personnages et, malgré quelques petites longueurs en fin de parcours, le rythme est rigoureux. Un savant montage appuie également les moments forts du film.

Brad Pitt et Jonah Hill, par leur opposition, ajoutent humour et punch au récit, développant une complicité désopilante à l'écran. À eux deux, ils unissent à nouveau le spectre de l'Américain moyen, rendant plus universelle leur histoire qui n'a pourtant rien de commun. Leur présence est si enivrante qu'on oublie même de remarquer que d'excellents acteurs (Philip Seymour Hoffman) et plusieurs personnages sont carrément sous-utilisés. Et les exemples de cette efficacité sont nombreux : une scène où le vieillissant David Justice est habilement remis à l'ordre par son patron, une autre où des joueurs sont échangés avec une désinvolture étonnante, ou des renvois dans les mineures, des discours sur la victoire, tous aussi prenants les uns que les autres, loin des clichés habituels des films sportifs.

Moneyball est un film sur les États-Unis, c'est pour ça, presque par défaut, qu'il aborde le sport; les deux sont indissociables. Il parle de bien d'autres choses aussi, parmi les valeurs qui ont bâti cette société qui a tant de défauts mais aussi bien des qualités. L'opposition entre l'innovation et le statu quo y est aussi très forte, tant et si bien qu'on a la ferme impression qu'il y a plus à découvrir de ce film particulièrement réussi.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.