Affiche du film  Méchant menteur
© Sony Pictures

Méchant menteur

Version en français
v.o.a. : Just Go With It
11 février 2011

Happy Aniston

Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

Il y a longtemps que Jennifer Aniston n'avait pas eu de si belles affinités avec un acteur, une si crédible communion à l'écran que celle qu'elle entretient avec Adam Sandler dans Just Go With It. Ce n'est pas un secret pour personne; l'efficacité d'une comédie romantique est généralement proportionnelle à la qualité de la chimie qui règne entre les deux protagonistes, censés être follement épris l'un de l'autre. L'échec de The Bounty Hunter ainsi que celui de The Switch (l'un des pires couples de l'histoire du cinéma américain) est donc facilement explicable, tout comme la réussite cette nouvelle oeuvre de Dennis Dugan. Même si on ne peut échapper aux inépuisables blagues de premier niveau (peu importe le nom farfelu que l'on donne à une crotte, ça reste une blague de crotte), on parvient à atteindre un registre humoristique rarement égalé dans les films du Chanteur de noces.

Danny, un chirurgien esthétique de Los Angeles, s'amuse à prétendre qu'il est marié mais que sa femme lui fait vivre l'enfer pour attirer la sympathie de la gent féminine. Sa technique a toujours fonctionné jusqu'au jour où il rencontre Palmer, une jeune femme séduisante de 23 ans qui enseigne les mathématiques au primaire. Bien qu'il lui affirme qu'il est sur le point de divorcer, cette dernière exige de rencontrer sa (fausse) femme pour s'assurer de son honnêteté. Danny demande donc à sa secrétaire Katherine de jouer le rôle de son épouse.

Avec Adam Sandler à l'écran et Dennis Dugan derrière la caméra, on ne pouvait évidemment pas s'attendre à un humour fin et intelligent, mais, malgré leur esprit gamin et leurs tendances grossières, les deux hommes prouvent aujourd'hui qu'ils ont les habiletés nécessaires pour varier leur style. L'espièglerie et la crédulité des enfants aidant, le long métrage parvient à de nombreuses reprises à nous décrocher un sourire et nous amène à croire en la possibilité d'une idylle entre les personnages très différents et pourtant complémentaires qu'incarnent Sandler et Aniston. La jeune fille sexy, jouée par la mannequin Brooklyn Decker, ne représente guère le stéréotype de la belle idiote, crée uniquement pour imposer une certaine rivalité à la principale intéressée. Les scénaristes sont parvenus à aborder le personnage d'une manière différente, s'élevant au-delà du cliché hollywoodien.

La moitié du film se déroule dans le paradis terrestre qu'est Hawaï. Les paysages magnifiques et les hôtels luxueux occupent une place fondamentale dans le récit et sont même parfois le déclencheur de certaines intrigues. Même si la plupart de ces dernières sont prévisibles, même si on voit les ficelles depuis notre siège, on n'aurait pu imaginer de conclusion plus adaptée à cette oeuvre aux effluves romantiques et légers. De plus, Méchant menteur est l'un des rares longs métrages qui ne révèlent pas ses meilleures blagues et ses scènes les plus inspirées six mois avant dans une bande-annonce de trois minutes (une réussite qui mérite d'être mentionnée).

Vous ne serez certes pas surpris ni épaté par cette plus récente comédie d'Happy Madison Productions, il n'y a rien de novateur, rien de révolutionnaire ou de subversif, qu'une oeuvre simple et amusante qui n'a pour but que de divertir... et qui y parvient. Mais qui a dit qu'on se devait d'être narrativement ambitieux ou techniquement extravagant pour être efficace? Just Go With It réussit son mandat, reste à savoir si le public sera au rendez-vous.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Elizabeth Lepage-Boily

Mes dernières critiques

Les sept mercenaires
Crise à Deepwater Horizon
Snowden
Pour l'amour d'Hollywood
Nelly
Juste la fin du monde
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.