Affiche du film Mariage 101
© Warner Bros. Canada

Mariage 101

Version en français
v.o.a. : License to Wed
5 juillet 2007

Foi et communication

Photo Par Karl Filion
Robin Williams enfile le costume de révérand et tente de faire la leçon dans une comédie romantique tout ce qu'il y a de plus classique : les revirements sont prévisibles, les blagues sont prévisibles et le résultat ne dépasse jamais l'ultra convenu.

Sadie Jones et Ben Murphy ont décidé de se marier à l'église de St-Augustine, où préside le révérand Frank, un ami de la famille Jones. Mais ce dernier oblige tous les couples qui désirent se marier dans son église à passer un cours inhabituel sur le mariage où l'honnêteté et la communication entre les amoureux sont mis à dure épreuve.

Deux ou trois bonnes blagues ne sauvent pas du tout la mise du film, qui est attendrissant, tout au mieux, mais jamais convaincant et certainement pas drôle. Entre les bébés robotisés et leurs blagues à l'odeur douteuse et les excursions dans la ville les yeux bandés au volant d'une voiture, les seuls moments légèrement rafraîchissants sont ceux avec le meilleur ami de Ben et les quelques audaces sexuelles que se permettent le révérand et Sadie...

La complicité entre Mandy Moore et John Krasinski a aussi ses bons moments, la candeur des deux jeunes étant souvent suffisante pour sauver les scènes d'une déconvenue assurée. Étonnant d'ailleurs qu'on pressente souvent, au début d'une scène, un fiasco qui n'arrive jamais complètement. Sauf la finale, qui en rajoute un peu trop à l'aspect rose-bonbon où personne ne travaille ou n'a d'autre obligation. Placer les deux héros dans une riche famille de la bourgeoisie est devenu le raccourci le plus efficace pour s'éviter tous les problèmes du genre. Aller en Jamaïque? Pas de problème, j'ai l'argent qu'il faut même si je viens de me payer tout un mariage qui n'aura pas lieu.

La morale - inévitable dans ce type de film - ne manque pas non plus d'agacer par son aspect conventionnel et articifiel. Près de 50 % des mariages échouent, mais ceux du révérand Frank jamais. La soeur qui ne s'est pas mariée à St-Augustine est d'ailleurs divorcée. La communication fait foi de tout. Et montrer dans la bande-annonce l'ensemble de ses blagues n'est pas une bonne idée non plus.

Robin Williams peut bien aller se rhabiller, on le préfère en comique subversif, ou alors en professeur sagace; il n'est ici qu'une parodie qui vise peut-être à redonner à la religion sa préséance sur le mariage tout en modernisant les concessions qu'elle est prête à faire pour ramener au bercail les brebis égarées. Le sexe avant le mariage? D'accord, mais à la lune de miel, faites semblant d'être étonnés.
Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.