Affiche du film  Maison Blanche en péril
© Sony Pictures

Maison Blanche en péril

Version en français
v.o.a. : White House Down
27 juin 2013

Chaîne de commandement déraillée

Photo Par Karl Filion

Vous savez que je ne peux pas vous mentir. Que même si vous allez probablement me couvrir d'insultes, je dois absolument, cette fois encore, vous mettre en garde : White House Down est très probablement le film le plus idiot de l'année. Cela n'a pas d'importance que ce soit un « simple divertissement », ou un « film estival », ou un « film à effets spéciaux » (ils sont très mauvais de toute façon), c'est surtout, prioritairement, en premier lieu, un film d'une incroyable bêtise.

Ne me jugez pas trop vite : j'ai beaucoup apprécié Independance Day, un film d'action qui alliait divertissement et « cool » avec un succès certain; j'ai beaucoup apprécié The Patriot, en 2000, qui était ambitieux et habilement patriotique; et je suis un grand fan de Stargate. Sauf que Roland ne me laisse pas le choix : White House Down est possiblement son pire film en carrière (malgré que 10,000 B.C. est aussi un sérieux candidat). À côté de ça, Olympus Has Fallen a l'air d'un film oublié de Michelangelo Antonioni.

Pourquoi? Parce qu'il repousse l'entendement de coïncidences et d'idioties, de décisions irresponsables et irréfléchies et qu'il réutilise (sans même faire le moindre effort) tous les clichés de ce type de films. Vous n'allez pas me dire que depuis 1980, on n'a rien inventé qui soit original? Résultat : les personnages sont tellement imbéciles (autant les gentils que les méchants), que plus rien n'a le moindre impact. Tout est fade, inintéressant, déjà vu.

Des exemples pour illustrer : combien de fois dans ce film les méchants menacent de tuer un personnage important (en pointant leur fusil sur sa tempe) pour se rétracter au dernier instant (sans raison)? Des dizaines. Après deux ou trois, on a compris le principe et toute cette mascarade désespère... Et combien de fois faut-il « faire croire » que le Président est mort avant que la mécanique ne devienne caduque? Jamais un tel film ne démontrera une telle audace. Et c'est sans parler de cet instant surréaliste où un pilote décide de lui-même d'annuler une attaque parce qu'il voit une fillette agiter un drapeau... (*facepalm*)

Depuis le temps que des terroristes de tous acabits planifient et exécutent des attaques sur le Président ou sur la Maison-Blanche, il serait grand temps qu'ils se concertent (ou regardent simplement les films) afin de ne pas répéter les mêmes erreurs (ce serait moins répétitif pour nous aussi). Même principe avec les gentils : à quoi bon avoir un système de sécurité ultra-développé et des dizaines de gardes si on entre dans l'armurerie comme dans un moulin? Ce qu'il faut comprendre ici, c'est que ces éléments sont essentiels pour que l'histoire fonctionne, ce qui l'affaiblit grandement (mortellement). Sans ces tricheries, le film n'existerait pas...

Voilà. Il n'y a tout simplement pas d'intérêt à voir un film (n'importe lequel) où tous les personnages sont des idiots, incapables de prendre une décision logique et trop stupides pour même appliquer leur propre plan. Les terroristes représentés ici ont un plan, qu'ils ont de toute évidence mûri pendant longtemps, et qui est pour ainsi dire un plan-suicide, et ils sont incapables de prendre les décisions nécessaires pour même l'accomplir. L'Amérique est régulièrement sauvée par un faux-sentimentalisme franchement aride cinématographiquement parlant. Comme à chaque fois, c'est inacceptable.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.