Affiche du film  The Ladykillers
© Walt Disney Pictures Canada

Les tueurs de dames

Version en français
v.o.a. : The Ladykillers
20 juillet 2005

Oh! Ironie, douce ironie!

Photo Par Karl Filion
Les renommés frères Coen récidivent avec une comédie noire avec Tom Hanks dans le rôle principal. Si les frères Coen ont l'habitude de bien miser sur leurs productions, cette fois-ci, ils ratent de justesse la cible.

Tom Hanks joue le rôle, dans ce nouveau film de Joel et Ethan Coen, qui signent le scénario et la réalisation, du chef d'une bande de criminel qui utilisent le sous-sol d'une vieille dame pour creuser, sans le lui dire, une tunnel vers la voûte d'un casino située sous terre.

Ce qui saute aux yeux immédiatement, c'est à quel point les personnages sont stéréotypés. Bien sûr, c'est essentiel à l'histoire que de mettre ensemble quelques-uns des plus grands clichés du cinéma : la vieille noire, veuve et ultra-croyante, ou le grand niais qu'on engage pour sa force physique mais qui finira bien par avoir une bonne idée, et il y en a d'autres… Essentiel oui, mais agaçant, plusieurs pourraient décrocher, et j'ai bien failli.

Hanks campe efficacement un professeur-criminel presque unidimensionnel, pas éclatant, mais satisfaisant. Les autres acteurs n'ont d'autre choix que de tomber dans le cliché à cause du manque de substance dans leur personnage…on leur pardonne.

Si la réalisation de frères Coen n'est pas particulièrement inspirée, c'est peut-être parce que le film se veut un remake d'un film de 1955 avec Alec Guiness et Peter Sellers dans les rôles principaux, et dont la reconnaissance se fait encore attendre aujourd'hui. Il n'y a pas grand chose à dire de cette réalisation presque monotone, sinon qu'elle suit l'histoire sans s'écarter un instant des sentiers battus, de la part des frères Coen, c'est décevant.

Sans être vraiment drôle, le film parvient à soutirer quelques sourires, surtout à cause de l'ironie caractéristique des films noirs, il faut apprécier cet humour pour se satisfaire du film, sinon, c'est difficile.

Il n'y a pas de vrai problème identifiable avec Les Tueurs de dames, sinon que de la part des réalisateurs de Fargo et de L'homme qui n'était pas là, nous, pauvres spectateurs, sommes en droit d'en demander plus. J'attends avec impatience le retour triomphal des frères Coen, mais ce n'est pas pour cette fois-ci.
Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.