Les griffes de la nuit

Version en français
v.o.a. : A Nightmare on Elm Street
Le film ne peut être vu que par des personnes de 13 ans et plus. Les enfants de moins de 13 ans peuvent y avoir accès s'ils sont accompagnés par un adulte.

Durée

1h35

Genre

Épouvante

Origine

  • États-Unis

Date de sortie au Québec

30 avril 2010

Date de sortie du DVD

5 octobre 2010

Synopsis

Des adolescents ont des rêves mortels. Pendant leur sommeil, ils sont pourchassés par un être diabolique doté de griffes meurtrières. Ils doivent se réveiller à temps avant de se faire trucider par l'inquiétant Freddy Krueger. Voyant ses amis mourir l'un après l'autre, Nancy fait tout pour rester éveillée. Elle en profite pour mener une enquête sur cet homme qui serait peut-être issu de son passé. La jeune femme se remémore peu à peu une histoire qui a bouleversé les gens de son entourage. Pour en finir avec son bourreau, elle n'aura aucun autre choix que de l'affronter...

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Scénaristes

Studio de production

  • New Line Cinema

Distributeur au Québec

  • Warner Bros. Canada
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
45%
Médiafilm
Cote: 5 (Moyen)

Bavard, illogique, surexplicatif, le scénario culmine sur une confrontation trop expéditive.

Lecinema.ca
40%
Martin Gignac
Cote: 2 étoiles

Un simple produit puéril pour faire accourir les adolescents dans les salles, alors qu'ils peuvent très bien trouver la version originale dans n'importe quel club vidéo et passer un bien meilleur moment. Au moins, il y a le délectable Jackie Earle Haley pour passer le temps. C'est déjà ça de pris.

La Presse
40%
Aleksi K. Lepage
Cote: 2 étoiles

La faute de cette bourde ne revient pas à Haley, ni aux acteurs et actrices, qui font ce qu'ils peuvent suivant les ordres d'un réalisateur apparemment déjà blasé (Samuel Bayer), d'un producteur peu subtil (Michael Bay) et de scénaristes nouvellement adeptes du copier/coller.

Cinema Blend
20%
Eric Eisenberg
Cote: 1 étoile

The general consensus is typically a question: why did they bother? Now the company has put out their eighth film and sixth remake, this time tackling the legendary Wes Craven film A Nightmare on Elm Street, and, surprise, surprise, it is just as pointless as the others.

The Los Angeles Times
Robert Abele

What we want are freaky visuals, and as an exercise in "re-imagining," to use Hollywood's favorite rehash euphemism, this "Nightmare" is mostly stale goods. You'd think Bayer's music video background would jibe well with the playful surreality of Craven's premise. But when not paying homage - the claw in the bathtub, the morphing wall - Bayer surprisingly traffics in factory-level horror atmospherics and loud, saw-it-coming shocks. In the end, your last fever dream about failing to study for an exam was probably scarier.

Variety
Dennis Harvey

Thus, it seemed possible a reboot might be more corrective than redundant - especially with the inspired choice of Jackie Earle Haley as Freddy 2.0. Alas, little about New Line's return to the well delivers on that promise.

The New York Times
A. O. Scott

The filmmakers' use of computer-generated effects doesn't help much, and makes a few of the scenes that should be horrifying look silly. The cast - notably Rooney Mara and Kyle Gallner as Freddy's longest-surviving prey - are reasonably adept at screaming, crying, looking sleepy and earnestly delivering expository information they glean from research on the Internet and at the local bookstore.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.