Affiche du film Les Dieux de l'Égypte
© Les Films Séville

Les Dieux d'Égypte

Version en français
v.o.a. : Gods of Egypt
26 février 2016

Gerard Butler chevauchant des scarabées géants

Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

Très sérieusement, on se demande ce qu'on a voulu faire avec Gods of Egypt, parce que le long métrage nous apparaît bien davantage comme une stoner comedy que comme un film d'aventures mythologiques.

Dans ce film, Gerard Butler conduit un carrosse doré mené par deux scarabées volants surplombant une armée de guerriers masqués catapultant des boules de lave, des déesses - au look de Spice Girls égyptiennes - chevauchent des serpents géants aux longues dents cracheurs de feu et les Dieux ont de l'or qui leur coule dans les veines, des yeux en perle, sont de tailles disproportionnées et peuvent se transformer en personnages de Warcraft quand bon leur semble... Vous voyez le genre!

L'abrutissement de ce film est tel qu'il est difficile à critiquer. Tout dans Gods of Egypt est grotesque. Même les effets spéciaux - qui devraient normalement être le principal intérêt de la production - sont minables. Certains « green screen » sont moins bien réussis que ceux de Star Wars: Episode VI - Return of the Jedi, datant de 1983! Le jeu des acteurs frôle le burlesque, les textes sont pitoyables et les inepties narratives se multiplient au fil des minutes à vitesse grand V.

Gods of Egypt nous donne parfois l'impression d'être un vieux film de monstres des années 40 qui aurait récemment subi une métamorphose beauté, mais la chose est encore bien pire. Ce film a été imaginé pour un public de 2016, qui a vu Avatar et Interstellar, qui peut faire des effets spéciaux réalistes en quelques secondes avec l'aide d'une application sur son téléphone cellulaire. Comment peut-on croire que des armures de métal et des reptiles géants sont suffisants pour nous impressionner?

Image de

Les costumes sont probablement le seul élément partiellement intéressant dans la production de 140 millions $. Les robes que portent les différents personnages féminins principaux sont (bien que laissant peu de place à l'imagination) splendides. Mais, soyons honnêtes, quand la seule chose positive qu'on ressorte d'un film est « la qualité de ses costumes », on est bien loin de Schindler's List...

Si le but de votre visite au cinéma est de rigoler un peu, de vous instruire sur la manière de produire un film sans histoire avec des effets spéciaux dans tous les plans, peut-être que Gods of Egypt est un choix éclairé, mais si vous consommez du cinéma pour toute autre raison, ce film d'Alex Proyas, s'apparentant à Immortals de Tarsem Singh, est tout ce qu'il y a de plus affligeant.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Elizabeth Lepage-Boily

Mes dernières critiques

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.