Affiche du film Le retour de Superman
© Warner Bros. Canada

Le retour de Superman

Version en français
v.o.a. : Superman Returns
v.o.a. : Superman Returns: An IMAX 3D Experience
v.o.a.s.-t.arabe : Superman Returns
v.f. : Le retour de Superman : IMAX 3D
27 juin 2006

De retour après la pause

Photo Par Karl Filion

Une suite presque incongrue de scènes exceptionnelles, voilà ce que nous réserve Le retour de Superman. Si peu à reprocher niveau acteurs, presque rien niveau réalisation... sauf que niveau cohésion, on s'est permis quelques raccourcis qui donnent un étrange arrière-goût d'insuffisance au film.

Le retour de Superman, le film, implique beaucoup de choses. D'abord le retour de l'homme d'acier au grand écran après près d'une vingtaine d'années, puis le retour derrière la caméra de l'enfant-prodige des films de super-héros, Bryan Singer, et, bien sûr, le vrai retour de Superman à Metropolis, après cinq ans d'absence pour se cacher à nouveau derrière les lunettes de Clark Kent, pour retrouver son boulot et une Lois Lane furieuse qu'il soit parti sans la saluer.

Cinq ans qu'il est parti pour retrouver sa planète, le voilà de retour. Pas un oiseau, ni un avion, mais Superman. Pendant son absence, Lois Lane s'est remariée et a maintenant un enfant, Lex Luthor a passé quelques temps en prison mais souhaite maintenant prendre sa revanche sur l'humanité et sur Superman. Ce dernier reprend donc du service et sauve le monde en rattrapant des avions en chute libre, aide des demoiselles à traverser la rue et tente de reconquérir Lois.

La majorité des scènes du Retour de Superman, prises séparément, montrent encore tout le savoir-faire de Bryan Singer, déjà bien exprimé dans les deux premiers X-Men. Le sauvetage d'un avion en chute libre est palpitant, les scènes romantiques entre Superman et Lois vibrent d'une très efficace magie et les effet-spéciaux sont bien intégrés. Malhreusement,
les moments avec Lex Luthor sont rarement grandioses, plus près de la parodie que de l'émotion ou de la surenchère.

Lorsqu'on lie les scènes cependant, les défauts apparaissent. Il manque de logique dans ce retour tant attendu mais précipité. Il manque de saveur dans certains dialogues, qui sont parfois plus prévisibles que vivants. D'autant qu'il n'y a rien de très innovateur à nous resservir le coup de l'amour remplacé, même si cette fois-ci, c'est probablement très justifié. Et il y a un manque évident de vision dans cette idée de faire une maquette de Metropolis et de la détruire quand on a un budget si imposant.

Brandon Routh incarne donc l'homme d'acier avec une bonne assurance. Il a un immense charisme qui transparaît bien dans ses mouvements et ses paroles. Kate Bosworth en Lois Lane s'avère difficile à cerner, son interprétation manque de réalisme tandis que le méchant Lex Luthor s'avère être un mégalomane très intéressant mais souvent trop pompeux.

Tout juste satisfaisant pour les attentes, sans innovation, sans saveur particulière ou unique, mais avec longueurs. Dommage parce que Superman est un héros très cool, parfait pour cette attitude d'été, qui laissera sa marque sur le box-office mais peut-être pas dans les mémoires, et dont on attendra la suite avec impatience, question de voir si on aura réglé ce qui cloche. Et aussi parce que, à la manière des plus populaires séries américaines, on aura réussi à accrocher les spectateurs pour qu'ils veuillent absolument savoir ce qui se passera après la pause, au retour, dans un prochain épisode.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.