Le loup-garou

Version en français
v.o.a. : The Wolfman
Le film ne peut être vu que par des personnes de 13 ans et plus. Les enfants de moins de 13 ans peuvent y avoir accès s'ils sont accompagnés par un adulte.
Doublé au Québec

Durée

1h42

Genre

Suspense d'épouvante

Origine

  • États-Unis

Date de sortie au Québec

12 février 2010

Date de sortie du DVD

1 juin 2010

Synopsis

En Angleterre, en 1891, une bête féroce terrorise les habitants d'un petit village reculé. Suite à la mort de son frère, le comédien Lawrence Talbot revient au manoir de son enfance, où habitent toujours son père et la fiancée de son défunt frère. Il amorce une enquête afin de découvrir ce qui a laissé son frère atrocement mutilé. Il découvre qu'une créature mythique, qui semble ne sortir que les soirs de pleine lune, dévore les passants. Lorsqu'il rencontre la bête, il est mordu. Lorsqu'il se transforme lui aussi en loup-garou, les autorités décident de le capturer afin de tenter de le soigner. Mais Lawrence compte plutôt démasquer le meurtrier...

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Studio de production

  • Universal Pictures

Distributeur au Québec

  • Universal Pictures
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
45%
Médiafilm
Cote: 5 (Moyen)

Joe Johnston (Jurassic Park III) s'en remet à une trame sonore tonitruante afin de pallier au manque de rythme, et aux effets-choc afin de masquer son incapacité à soutenir la tension. Benicio Del Toro est éclipsé par ses partenaires

Lecinema.ca
40%
Martin Gignac
Cote: 2 étoiles

Ennuyant remake d'un classique de l'horreur, The Wolfman ne se laisse regarder que pour le grand soin apporté à l'image, aux décors et aux costumes. Pour le reste, mieux vaut ne pas être trop exigeant et prendre le tout comme une énorme parodie qui ne s'assume malheureusement pas.

Voir
50%
Manon Dumais
Cote: 2,5 étoiles

De fait, le récit s'avère plutôt rachitique et ce n'est certainement pas la musique pompeuse et omniprésente de Danny Elfman (non mais, quelle mouche l'a piqué?) qui nous fera croire que l'ensemble, bien saignant au demeurant, va satisfaire les amateurs du genre.

The Gazette
70%
Katherine Monk
Cote: 3,5 étoiles

Johnston fully expects his audience is in the lycanthrope loop, and because the self-awareness is mutual, The Wolfman experience functions much like a good round of flirtation, where each recognizable cue and wink to genre prompts a giddy moment of expectation.

La Presse
60%
Aleksi K. Lepage
Cote: 3 étoiles

Ça sent bon, c'est déjà cuit et même gratiné, on sait à quoi s'attendre, on ne sera pas surpris. The Wolfman est si ordinairement bon qu'il en défie le goût.

Cinema Blend
30%
Katey Rich
Cote: 1,5 étoile

But with more time to develop character, better technology to play with and a whole lot more money, Johnston had the opportunity to expand on some of the rich psychological territory of the original Wolf Man, and make it look glossier in the process. But, of course, he didn't do any of that.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.