Le dîner de cons

Version en français
v.o.a. : Dinner for Schmucks
Le film peut être vu sans risque par des personnes de tout âge.

Durée

1h54

Genre

Comédie

Origine

  • États-Unis

Date de sortie au Québec

30 juillet 2010

Date de sortie du DVD

4 janvier 2011

Synopsis

Tim est un homme bon qui travaille pour une compagnie financière. Pour avoir la chance d'obtenir une promotion, il doit se présenter à un souper spécial organisé par son patron. Lors de cette réception, Tim doit amener une personne assez risible et extravagante pour que les invités puissent rire à ses dépens. Tim, qui considère cette rencontre d'une bassesse inconvenante, demande à son assistante d'annuler le souper au moment où il frappe un piéton. Ce dernier, particulièrement dérangé, collectionne les souris mortes pour ensuite les immortaliser dans des reconstitutions d'évènements importants de l'histoire. Un invité parfait pour la soirée de son patron.

Synopsis © Cinoche.com

Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
45%
Médiafilm
Cote: 5 (Moyen)

La réalisation de Jay Roach s'avère fruste et le niveau de jeu des deux vedettes, mal assorti, avec, d'un côté, un Paul Rudd trop effacé, et, de l'autre, un Steve Carell déguisé et grimaçant.

Lecinema.ca
60%
Martin Gignac
Cote: 3 étoiles

Dans 99% des cas, le résultat aurait été catastrophique et affligeant. Hors ce n'est pas le cas ici tant le rire est abondant et la chimie tout à fait opérable entre les deux têtes d'affiche.

Cinema Blend
50%
Josh Tyler
Cote: 2,5 étoiles

Steve Carell is not Jim Carrey and his great strength as an actor is in the way he convincingly plays the sympathetic everyman. Carell's too talented to blow it even when he's miscast, but he ends up bringing a lot of that everyman sympathy to a character who is absolutely not an everyman and would probably be funnier if he didn't have our sympathy.

Variety
Paul Debruge

Paul Rudd plays the straight man, while Steve Carell charitably tackles the lonely loser who stumbles into his humiliation scheme, in "Dinner for Schmucks," an uproarious odd-couple remake of Francis Veber's hit.

The New York Times
A. O. Scott

It treads a careful boundary between nasty and sweet, balancing the rude humor of humiliation with an affirming, tolerant, almost scolding final message: Be nice! It dabbles in sexual naughtiness without dreaming of going too far into complicated zones of lust and betrayal. (The French version, as you might expect, goes much further.)

USA Today
75%
Claudia Puig
Cote: *** (our of four)

Based on the 1998 French comedy The Dinner Game, Schmucks is one of the rare remakes that improve upon the foreign-made original.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.