Le capital

Version originale en français
Le film peut être vu sans risque par des personnes de tout âge.

Durée

1h54

Genre

Satire sociale

Origine

  • France

Date de sortie au Québec

31 janvier 2014

Date de sortie du DVD

10 juin 2014

Synopsis

Lorsque le président d'une banque européenne apprend qu'il est atteint d'un cancer, ce dernier se tourne vers Marc Tourneuil pour lui succéder à la tête de l'entreprise. Se doutant que les membres du conseil se débarrasseront de lui à la première occasion, Marc décide de défendre son règne en débutant une petite révolution au sein de la société, hissant rapidement celle-ci parmi les institutions financières les plus puissantes de la planète. Entre les combines d'investisseurs américains voulant prendre le contrôle de la boîte et d'alliés en qui il ne peut plus avoir confiance, Marc manoeuvre au coeur du capitalisme sauvage tout en tâchant de ne pas y perdre son âme.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Producteurs

Studio de production

  • K.G. Productions
  • France 2 Cinéma

Distributeur au Québec

  • Les Films Séville
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
60%
Martin Bilodeau
Cote: 4 (Bon)

Critique, allégorie, satire, ce nouvel opus de Costa-Gavras s'égare dans le dédale de ses ambitions.

La Presse
50%
Marc-André Lussier
Cote: 2,5 étoiles

Les revers de cette approche: un didactisme bon teint et une rigidité que même les petits apartés oniriques n'arrivent pas à surmonter. La démonstration tourne malheureusement à l'ennui. Dommage.

Cinéfilic
60%
Miryam Charles
Cote: 3 étoiles

Par moment, le rythme lent et la froideur du personnage principal pourront même provoquer l'agacement. Toutefois, si l'on accepte ces éléments (qui sont pleinement assumés par le réalisateur), on ne peut nier le fait que Le capital est un film solide.

Séquences
François D. Prud'homme
Cote: Très bon

Gad Elmaleh nous offre une performance impressionnante dans le rôle de Marc Tourneuil, un économiste trentenaire qui devient subitement PDG de Phénix, une grande banque européenne sous l'emprise d'un fonds spéculatif américain.

Affaire de gars
60%
Philippe Michaud
Cote: 3 étoiles

En bref, nous ne pouvons que féliciter Costa-Gavras de s'être attaqué au système financier. Toutefois, on aurait aimé voir un peu plus de raffinement dans Le capital pour vraiment y croire.

Le Soleil
40%
Éric Moreault
Cote: 2 étoiles

On comprend que Costa-Gavras ait voulu tourner dans les grands centres financiers du monde (Paris, Londres et New York), mais les séquences à Miami semblent tout droit sortie­s d'un mauvais épisode des Experts! Et les adresses à la caméra, vieux truc de distanciation, semblent artificielles. Sans parler de la finale grotesque.

Télérama
Jacques Morice

Gad Elmaleh (dans son premier grand rôle « sérieux ») loin de gommer ce handicap l'accentue. Il n'est pas du tout crédible en homme d'affaires, et lui-même n'a pas l'air à l'aise.

Le Parisien
33%
Alain Grasset
Cote: 1 étoile

Il ne fait qu'illustrer le sujet sans véritablement le critiquer.

Le Monde
50%
Thomas Sotinel
Cote: Pourquoi pas

Au bout du compte, l'intérêt de ce Capital n'est pas commensurable avec l'importance que lui prêtent ses actionnaires.

Le Nouvel Obs
33%
François Forestier
Cote: 1 coeur

Comme Z, L'Aveu ou Missing, le film est né de la réalité, et Costa s'amuse à reprendre le titre de Marx : Le Capital est, ici, une fable effrayante. Conclusion : nous sommes tous des pigeons.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.