Affiche du film
© Paramount Pictures

Le brise-coeur

Version en français
v.o.a. : The Heartbreak Kid
6 octobre 2007

Je-ne-sais-quoi

Photo Par Karl Filion
Les frères Farrelly récidivent avec une comédie irrévérencieuse dans la plus pure tradition de leurs délits passés. Les créateurs de Kingpin se surpassent quand vient le temps de mettre Ben Stiller dans l'embarras, leur humour physique en est un de malaise et d'inconfort. Malheureusement, ils ne parviennent pas à maintenir le rythme jusqu'à la fin.

Même quadragénaire, Eddie n'est toujours pas marié. Mais, à la suite d'une rencontre fortuite avec Lila, il croit avoir trouvé la femme qu'il lui faut et décide, sur un coup de tête, de l'épouser. Les nouveaux mariés partent en voyage de noces au Mexique, où Eddie découvre la vraie nature de sa femme, qui ne lui avait pas tout dit. Désillusionné, Eddie passe de plus en plus de temps avec une autre cliente de l'hôtel, Miranda, en vacances avec sa famille, sans lui avouer son nouvel état civil.

Une autre comédie vulgaire sur le sexe et les relations de couple, après Grossesse surprise et Supermalades plus tôt cet été. Même genre, même ton, mais sans la justesse de l'observation sociale. Le film est plus ludique mais aussi moins cohérent et moins rafraîchissant. Quelques blagues sont bien trouvées et bien audacieuses, mais en général, il manque un petit quelque chose pour que Le brise-coeur soit une vraie bonne comédie, surtout en cette année très prolifique. D'autant que c'est parfois plus dégoûtant que drôle.

Il faut dire que le film baigne dans un romantisme kitsch pendant bien trop longtemps, particulièrement au début et à la fin, alors que les couples se forment et se déforment (sic!). À force de toujours vouloir réconcilier les deux amoureux, le rythme est brisé et l'espèce de folie contagieuse des situations embarrassantes si chères aux deux frères tombe un peu à plat... jusqu'à ce qu'on s'assume enfin pour une conclusion extrême à la limite du cabotinage.

Encore une fois, les nombreuses vulgarités et scènes sexuelles risquent de choquer. Cependant, contrairement à Grossesse surprise et Supermalades, l'aspect érotique de ce film-ci semble inutile et forcé.

Mais les amateurs des frères Farrelly ne seront pas déçus, la recette est la même, mais elle est particulièrement bien appliquée ici. Le charme discret du film qui les a consacrés, Marie a un je-ne-sais-quoi, est retrouvé mais dans une moindre mesure. Ben Stiller est toujours aussi énergique, on ne verrait pas Le brise-coeur sans lui, mais au final, quelques ruptures dans le ton et des longueurs bien regrettables nuisent un peu à la réussite du film.
Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.