Affiche du film  La vérité
© Filmoption Internationnal

La vérité

Version originale en français
v.o.f.s.-t.a. : Guilt
17 mars 2011

Aveux

Photo Par Karl Filion

Avec La lâcheté, Marc Bisaillon avait démontré une maturité prometteuse dans un premier film fort efficace. D'abord parce que son personnage principal, défendu par le talentueux Denis Trudel, permettait une exploration décalée de thématiques porteuses telles que la culpabilité et le manque d'amour. Poursuivant dans cette idée de « conscience coupable », le réalisateur propose, avec La vérité, d'observer la réaction des coupables face à leurs remords - deux adolescents qui sont ici responsables de la mort d'un homme, suite à une série de mauvaises décisions - et face à leur avenir. Moins inédit que son prédécesseur, La vérité s'avère tout aussi compétent, peut-être même mieux réalisé, mais moins senti, moins poétique.

La réalisation de Bisaillon est simple, mais efficace, tout comme le montage. Il s'agit de faire parler l'histoire, de la raconter le plus simplement possible puisqu'on prend le pari qu'elle est porteuse de sens. Or, contrairement à La lâcheté, les recoins moraux explorés par le film ont déjà été éclairés et ne s'avèrent pas aussi inédits que souhaité; que le héros, le défenseur du bien et du juste, soit rongé par le remords est inspiré assez directement de la morale judéo-chrétienne qui a longtemps dominé la conscience sociale québécoise et qui est toujours à la mode dans le cinéma hollywoodien. Le coupable est forcé à l'aveu parce que... et bien parce que, c'est plus gentil. Après un premier film qui justement s'en extirpait, on croyait bien que Marc Bisaillon allait poursuivre cette recherche philosophique allant au-delà des présupposés moraux.

Cela n'enlève rien cependant aux qualités de La vérité; ses personnages sont bien cernés (les ados mieux que les adultes) et les acteurs qui les incarnent certainement talentueux - mentionnons tout particulièrement le langage, crédible et dynamique, qu'ils utilisent -, alors que la réalisation se consacre entièrement à leur évolution psychologique, quitte à abandonner l'exercice de style. Si les deux jeunes hommes sont dépeints avec sensibilité, on perd un peu de vigueur avec des personnages féminins assez peu définis de la petite amoureuse et de la mère, plus victimes que moteurs d'une avancée narrative.

Mais on voit toujours une humilité omniprésente dans la caméra de Marc Bisaillon, qui suit avec beaucoup d'empathie ses personnages à travers leurs déboires. Cela permet de passer plus facilement au travers des quelques longueurs du scénario, autrement assez crédible pour que le récit coule de source. Oui, Gabriel et Yves prennent des décisions discutables (plusieurs même), mais leur véracité en tant qu'adolescents les rend plausibles et on s'intéresse véritablement à leur destin, ce qui n'était pas acquis. Et qui est une qualité non-négligeable.

Au final, on pourra parler d'un succès si La vérité s'inscrit dans la continuité logique de la tétralogie amorcée avec La lâcheté et qui est appelée à se poursuivre avec L'amour, dont le scénario est en cours d'écriture. C'est alors que nous pourrons voir si le talent que l'on devine est en mesure de s'exprimer.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.