Affiche du fim  La Saga Twilight : Révélation - Partie 1
© Les Films Séville

La saga Twilight : Révélation - Partie 1

Version en français
v.o.a. : The Twilight Saga: Breaking Dawn - Part 1
18 novembre 2011

Pas grave

Photo Par Karl Filion

Les problèmes des films de la saga Twilight sont toujours les mêmes : l'incohérence du récit, l'absence complète de schéma narratif et un manque de respect flagrant pour tout ce qui se rapproche d'une logique interne. Pour éviter les problèmes ou pour aborder des sujets souhaités (sexe avant le mariage, avortement, etc.) on se permet toutes les entorses à un univers qui, en quatre livres, devrait au moins être autosuffisant, indépendamment de sa qualité. Mais ce quatrième film, première partie du quatrième roman de la saga de Stephenie Meyer, met en relief cette vilaine tendance à modifier les conditions pour que le récit fonctionne.

On a besoin d'une femme enceinte mais on n'a pas le temps d'attendre neuf mois? Parfait, le foetus mi-humain mi-vampire se développe plus rapidement. On est confronté à un combat sans issue où un clan est en danger? Pas grave, on va imprégner le nouveau-né et Edward va déclarer que « c'est leur plus importante loi », et qu'ils n'ont donc pas le choix de la respecter (on n'est pas à une coïncidence forcée près). Parlant de niaiseries coïncidences forcées...

On se souvient que dans le deuxième film (Tentation), toute l'intrigue tenait au fait qu'un vampire avait perdu le contrôle de sa soif de sang et avait mis Bella en danger alors qu'elle s'était coupé le doigt en déballant un cadeau (oui oui...). Or, dans ce film-ci, on peut pratiquer une césarienne et même servir en gobelets avec une paille du sang à boire sans déclencher une frénésie semblable. Et puis, les vampires, ils ne brillent plus au soleil? Les Volturi (qui étaient dans la bande-annonce, d'ailleurs), si menaçants dans les films précédents, n'y sont plus?

Pas grave non plus si, pendant 25 minutes, l'enjeu est de savoir si, oui ou non, le beau Edward, dégoûté par sa force, va accepter ou non d'honorer sa femme qui, elle, ne demande que ça (on vous l'avait déjà dit que c'était un petit peu une *******). Le reste du temps, l'enjeu consiste à savoir si Bella va survivre à l'accouchement (posez la question...) ou si son mariage va être suffisamment cher féérique. Rarement des enjeux aussi féminins (mariage, lune de miel et douleurs sexuelles, grossesse) sont traités comme des noeuds dramatiques autosuffisants. Cependant, nous, on croyait qu'une femme, c'était plus complexe qu'une vulgaire vache reproductrice. On s'est peut-être trompé...

Le manque de cohésion et de sérieux de ce quatrième film lui est tout simplement fatal. Cela n'a aucune importance que les acteurs soient bons ou mauvais, que les effets spéciaux soient réussis ou non, que la musique n'arrête jamais du début à la fin du film, ce qui compte, c'est qu'on reconnaisse les personnages qu'on a aimés dans les livres. Peu importe si le transfert de la page à l'écran est possible ou bien réalisé. C'est toujours pareil avec les films qu'on peut juger juste en voyant les bandes-annonces... Désolé, mais c'est réduire à bien peu de choses l'impact et l'importance du cinéma. Surtout quand il est question de centaines de millions de dollars et de l'avenir de toute une génération de préadolescentes...

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.