La ballade de l'impossible

Version originale en japonais avec sous-titres en français
v.o.jap.s.-t.a. : Norwegian Wood
Le film ne peut être vu que par des personnes de 13 ans et plus. Les enfants de moins de 13 ans peuvent y avoir accès s'ils sont accompagnés par un adulte.

Durée

2h14

Genre

Drame sentimental

Origine

  • Japon

Date de sortie au Québec

3 février 2012

Date de sortie du DVD

15 mai 2012

Synopsis

Après le suicide de son meilleur ami Kizuki, Watanabe s'installe à Tokyo pour y compléter ses études universitaires. Un jour, alors que les révoltes populaires de cette fin des années 60 explosent autour de lui, il rencontre par hasard Naoko, l'ancienne petite-amie de Kizuki. Ils se fréquentent pendant quelques temps puis font l'amour, le soir du vingtième anniversaire de Naoko. Le lendemain, Naoko disparaît sans laisser de traces. Bouleversé par cet événement, Watanabe se cherche un long moment puis fait la rencontre de Midori, une charmante jeune fille qui transforme aussitôt son désespoir en lumière. C'est à ce moment précis que Naoko revient dans la vie de Watanabe, par l'intermédiaire d'une lettre qui l'appellera dans un sanatorium, loin, très loin de chez lui.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Producteurs

Studio de production

  • Asmik Ace Entertainment

Distributeur au Québec

  • Métropole Films Distribution
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
60%
Louis-Paul Rioux
Cote: 4 (Bon)

Cependant, ce récit d'un triangle amoureux sur fond de deuil douloureux apparaît somme toute assez mince, et son rythme languissant pourra mettre à l'épreuve la patience de certains spectateurs.

La Presse
60%
Marc-André Lussier
Cote: 3 étoiles

Il est toutefois dommage que Tran Anh Hung se soit livré à un exercice avant tout esthétique. Son récit aurait pu être mieux arrimé aux tourments intérieurs des protagonistes.

24imag
Serge Abiaad

Norwegian Wood, c'est l'amour comme une douloureuse et torturante force insensée qui fait vaciller inextricablement ses personnages entre marées hautes et basses, ne proposant au final que l'ambiguïté, peut-être pour nous rappeler justement, comme le disait Stig Dagerman, un autre suicidé, que « notre besoin de consolation est impossible à rassasier ».

The Gazette
60%
Brendan Kelly
Cote: 3 out of five

What's striking is how the film creates an unusual blend of poetic imagery, moody storytelling and surprisingly frank discussions of sexuality, along with a few of the more luminous sex scenes you'll see this year.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.