L'enfance du mal

Version originale en français
Le film ne peut être vu que par des personnes de 13 ans et plus. Les enfants de moins de 13 ans peuvent y avoir accès s'ils sont accompagnés par un adulte.

Durée

1h36

Genre

Suspense

Origine

  • France

Date de sortie au Québec

8 avril 2011

Synopsis

Céline a quatorze ans. Avec son copain Romain, elle organise de petites combines qui lui permettent de subsister jusqu'au lendemain. Il faut dire que Céline a fui de chez son tuteur, et qu'elle doit maintenant se débrouiller seule pour survivre. C'est ainsi qu'elle en est venue à s'introduire dans la dépendance de la maison d'un couple bourgeois, la nuit, afin de s'abriter comme il se doit. Lorsqu'ils réalisent cela, les propriétaires de la maison, le juge Henri Van Eyck et sa femme, la sermonnent, puis tentent de lui venir en aide. En un rien de temps, Céline les séduit et s'incruste dans leur quotidien, jusqu'au moment où une série de révélations les feront douter de sa sincérité.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Scénaristes

Producteurs

Studio de production

  • Local Films

Distributeur au Québec

  • K-Films Amérique
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
45%
Médiafilm
Cote: 5 (Moyen)

Au carrefour du film noir et du drame psychologique, cette réflexion sur les apparences et sur la figure de l'innocente perverse se distingue par une mise en scène élégante. Mais les personnages mal définis et les invraisemblances atténuent sa portée.

La Presse
60%
Marc-André Lussier
Cote: 3 étoiles

Évidemment, certains ressorts dramatiques se révèlent aussi inévitables que prévisibles. L'enfance du mal se démarque plutôt grâce à son style - classique, mais de belle tenue -, et Coussemacq se révèle habile à créer des atmosphères très riches.

Voir
50%
Guillaume Fournier
Cote: 2,5 étoiles

À la condition d'exclure sa fin abracadabrante, qui nous laisse tout de même un goût amer dans la bouche tellement elle nous apparaît improbable et atrocement forcée, ce premier film d'Olivier Coussemacq demeure une oeuvre intéressante, dans laquelle se distingue un talent de metteur en scène dont on observera avec intérêt l'épanouissement.

Panorama-Cinéma
50%
Élodie François
Cote: 5 - Moyen

Néanmoins, L'enfance du mal n'est pas un mauvais film; son intrigue, aussi simple soit-elle, est assez intéressante.

Le Point
Olivier De Bruyn

Pour son premier essai, Olivier Coussemacq signe une oeuvre délicate, intense qui plonge profond dans les contradictions de ses protagonistes.

The Los Angeles Times
Jacques Mandelbaum

Tout cela, qui est relativement téléphoné, parvient toutefois à imposer un climat d'inquiétude chabrolien sur fond de tapisserie verdâtre suintant l'ennui, et de lutte des classes larvée dans une ville de province.

Télérama
80%
Pierre Murat
Cote: 4 étoiles

Dès la première scène - Céline observant en cachette ses futures victimes -, on est frappé par le soin qu'apporte le réalisateur au cadrage, au décor, à la lumière. Tout le reste est de la même eau : impeccable. Manque simplement le petit brin de folie qui ferait tout décoller...

Le Figaro
Marie-Noëlle Tranchant
Cote: 2 coeurs

L'Enfance du mal , premier film d'Olivier Coussemacq, joue une partition originale, servie par un trio d'interprètes captivants.

L'Express
Christophe Carrière

Ce film reprend les ficelles de plusieurs scénarios bien connus.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.