J'enrage de son absence

Version originale en français
Le film peut être vu sans risque par des personnes de tout âge.

Durée

1h39

Genre

Drame psychologique

Origine

  • France
  • Luxembourg
  • Belgique

Date de sortie au Québec

15 mars 2013

Date de sortie du DVD

21 mai 2013

Synopsis

De passage en France pour régler la succession de son père, Jacques renoue avec Mado, son ancienne compagne. Ils ne se sont pratiquement plus revus depuis la mort de leur fils. Jacques s'est donné corps et âme à son travail, alors que Mado a fondé une nouvelle famille avec Stéphane. Elle est la mère de Paul, un garçon de sept ans. Lorsque son ancien mari rencontre cet enfant, il se sent renaître. À l'insu des autres, Paul et Jacques continuent à se voir secrètement. L'homme va même jusqu'à habiter dans la cave de son nouvel ami...

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Scénaristes

Studio de production

  • BNP Paribas Fortis Film Fund
  • Iris Films
  • Mon Voisin Productions
  • Mosaique Films

Distributeur au Québec

  • Axia Films
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
60%
Louis-Paul Rioux
Cote: 4 (Bon)

La mise en scène assurée forge un climat oppressant, aliénant, qui pourra toutefois en rebuter certains. Il y avait longtemps que William Hurt n'avait pas été aussi poignant.

Voir
50%
Manon Dumais
Cote: 2,5 étoiles

Toutefois, à force de faire taire le protagoniste inconsolable, défendu admirablement par William Hurt, et de laisser la musique dicter l'émotion, le tout devient si lourd, si sombre, si intense qu'on flirte dangereusement avec le mélodrame.

Agence QMI
80%
Véronique Harvey
Cote: 4 étoiles

Un récit passionné, voire obsessionnel; des acteurs de talent, sans faille aucune; une fin poignante et empreinte de souffrance; bref, un film minimaliste, marqué par une sensibilité à fleur de peau.

Panorama-Cinéma
70%
Mathieu Li-Goyette
Cote: 7 - Très bien

Sans crises de larmes, sans jamais exploiter ses interprètes pour nous tirer la larme de l'œil, la cinéaste n'a qu'un seul mot d'ordre : dignité.

La Presse
70%
Marc-André Lussier
Cote: 3,5 étoiles

Très sobre, très maîtrisé sur le plan de la réalisation, J'enrage de son absence se distingue aussi grâce à la qualité de ses interprètes.

Libération
Bayon

Parti drame (un père orphelin revenant), c'est un thriller, mat et parfait : casting, lenteur, obsession digne de Selby ou Thomas Bernhard.

Télérama
Pierre Murat

Tout du long, avec aplomb, Sandrine Bonnaire filme la douleur. Pas la spectaculaire, la folle, l'hystérique, mais la diffuse, celle qui est tapie dans l'ombre, survit quand on la croit endormie.

Le Parisien
Pierre Vavasseur

Bonnaire ne fait rien pour arrondir les angles. Son cinéma est brut, franc, débarrassé des faux-semblants. La lumière est belle. Les acteurs, quasiment épiés, magnifiques.

Le Nouvel Obs
67%
Sophie Grassin
Cote: 2 coeurs

Beau film à la mise en scène dépouillée portée par la nécessité d'aller à l'essentiel, J'enrage de son absence s'enroule autour de silences, de contrastes (ombre et lumière), de non-dits.

L'Express
60%
Christophe Carrière
Cote: 3 étoiles

Il y a bien quelques redites et coquetteries, mais vite évacuées par la composition de William Hurt, qui joue les silences à la perfection, et celle d'Alexandra Lamy, tout en humilité et en finesse, des qualités des plus grandes.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.