Affiche du film  Irremplaçable
© Les Films Séville

Irremplaçable

Version en français
v.o.a. : Miss You Already
3 novembre 2015

La despote du cancer

Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

Il y a des choses qui devraient être illégale dans la vie : les leggins léopard taille plus, la saveur artificielle de bananes, les mots de passe de 12 caractères et les films moyens qui font pleurer autant que Miss You Already. Il me semble que lorsqu'on pleure sur Le patient anglais, Forrest Gump, La Liste de Schindler ou même Titanic, on a l'impression que nos larmes ont une valeur qualitative proportionnée. Mais quand on cherche son souffle tellement les sanglots nous étouffent dans un film sur l'amitié avec Drew Barrymore, on a l'étrange impression d'avoir gaspillé un chagrin sur quelque chose qui n'en valait pas le coup... Peut-être que ce n'est que moi aussi, et que certains considèrent qu'un film qui vous bouleverse à ce point est une réussite indéniable... Sachez que ce n'est pas mon opinion.

Évidemment, si on me raconte l'histoire d'une femme atteinte d'un cancer du sein, qui traverse des épreuves épouvantables pour être confrontée à son propre échec et sa mort imminente, je vais éclater en sanglots. J'ai cette désagréable impression que Miss You Already m'a provoqué pour engendrer de tels sentiments dépressifs chez moi. Le film va très loin pour émouvoir son public, si loin que par delà les larmes abondantes, on en vient à remettre en question la valeur narrative de certaines scènes. Fallait-il vraiment qu'on aille jusqu'à nous montrer le moment où la mourante apprend à sa fillette qu'elle va mourir? Dans cette histoire d'amitié, cette séquence est fortuite. Elle ne fait qu'engendrer encore davantage de sanglots, qui, dans ce genre de production, se travestissent en dollars.

Il n'y a pas que des éléments négatifs non plus dans Miss You Already. L'affection que se témoignent ces deux femmes est inspirante. Les deux actrices - Drew Barrymore et Toni Collette - ont une belle chimie et cette dernière se manifeste en un humour crédible à l'écran. La qualité des textes est également responsable de l'efficacité comique de certains dialogues. Malgré l'incroyable tristesse du sujet, une blague (pas toujours bien traduite précisons-le) vient souvent briser la tension et dédramatiser la situation, une chose qu'on apprécie.

Comme il y a encore des gens qui se ballade avec des leggins léopard et qui mangent des guimauves en forme de bananes en tentant désespérément de se rappeler les lettres, les chiffres et les caractères spéciaux de leur mot de passe trop long, il faut se rendre à l'évidence et accepter de verser des rivières de larmes sur un film comme Miss You Already. C'est cliché, c'est prévisible, c'est barbant par moment, mais c'est profondément et viscéralement trop triste pour nous laisser de marbre. Le film n'en vaut pas les larmes, c'est certain, mais si vous aimez pleurer au cinéma, ruez-vous sur Miss You Already; vous ne serez pas déçus.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Elizabeth Lepage-Boily

Mes dernières critiques

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.