Il faut qu'on parle de Kevin

Version originale en anglais avec sous-titres en français
v.o.a. : We Need to Talk About Kevin
Le film ne peut être vu que par des personnes de 13 ans et plus. Les enfants de moins de 13 ans peuvent y avoir accès s'ils sont accompagnés par un adulte.

Durée

1h52

Genre

Drame

Origine

  • États-Unis
  • Grande-Bretagne

Date de sortie au Québec

10 février 2012

Date de sortie du DVD

29 mai 2012

Synopsis

Eva Khatchadourian vit seule dans une petite maison délabrée d'une petite ville des États-Unis. Elle rend régulièrement visite en prison à son fils Kevin, l'auteur d'un massacre dans son école secondaire, commis alors qu'il était âgé de 16 ans. En se remémorant la vie de Kevin, de son enfance difficile à son adolescence marquée par la confrontation, Eva tente de trouver des signes de l'imminence de la tragédie qui affecte maintenant tous les aspects de sa vie. À travers des moments de sa vie de famille, elle reconnaît un adolescent dangereux pour lui-même et pour les autres.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Studio de production

  • BBC Films
  • Atlantic Swiss Productions
  • Artina Films

Distributeur au Québec

  • Les Films Séville
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
75%
François Lévesque
Cote: 3 (Très bon)

Un montage d'une finesse remarquable confère une qualité organique à l'ensemble, qui évite du coup toute préciosité. Il en va de même pour la mise en scène, en équilibre constant entre naturalisme et impressionnisme.

Le Soleil
80%
Normand Provencher
Cote: 4 étoiles

Sur fond d'images recherchées, le scénario fait revivre en flash-backs la longue descente aux enfers de cette mère désemparée, dépassée par les événements, coincée à triple tour dans la culpabilité et l'incompréhension.

Rolling Stone
88%
Peter Travers
Cote: *** 1/2 (out of four)

Acting doesn't get much better than the subtly brilliant display put on by Tilda Swinton in We Need to Talk About Kevin.

Lecinema.ca
80%
Martin Gignac
Cote: 4 étoiles

Un peu trop esthétisant par moments, n'allant pas toujours au bout de ses thèmes (sur l'incapacité parentale, la dérive des enfants rois, etc.), We Need to Talk About Kevin demeure une oeuvre intrigante et déstabilisante, qui fascine de plus en plus, jusqu'à donner la chair de poule à la toute fin. Lorsque l'émotion déferle dans la dernière ligne droite, rien ne peut l'empêcher. Et c'est tant mieux.

La Presse
60%
Philippe Renaud
Cote: 3 étoiles

We Need to Talk About Kevin dérange mais déçoit par une finale qui laisse beaucoup de questions sans réponse.

Voir
60%
Manon Dumais
Cote: 3 étoiles

Bien qu'on devine l'issue du drame par une suite d'indices éloquents et en recollant un à un les morceaux du casse-tête, on ne peut s'empêcher d'être captivé et troublé par cette lente descente aux enfers. D'autant plus que le film nous abandonne à nos réflexions sur l'instinct maternel et sur la part de responsabilité des parents dans les actes de leurs enfants.

24imag
Damien Detcheberry

Au-delà du brillant exercice de style, ce à quoi l'ont réduit à tort quelques critiques cannois rabat-joie, on aura rarement vu exécutée avec autant de maîtrise la formule selon laquelle une image vaut mille mots.

Agence QMI
80%
Isabelle Hontebeyrie
Cote: 4 étoiles

We Need to Talk About Kevin est sans conteste l'un des meilleurs films de l'année avec une force de frappe et une puissance comparable - dans un autre genre, bien sûr - à celle d'Incendies, de Denis Villeneuve.

Hour
80%
Kevin Laforest
Cote: 4 stars

Lynne Ramsay delivers a masterpiece of an art-house horror film in which each moment is rivetingly visceral, notably thanks to striking imagery, jarring sound design and an unnerving score by Radiohead's Jonny Greenwood.

The Gazette
50%
T'Cha Dunlevy
Cote: 2.5 out of five

Tilda Swinton is typically great; Seamus McGarvey's cinematography is dazzling; Radiohead guitarist Jonny Greenwood's score is entrancing; and the plot is packed with drama. So why is We Need to Talk About Kevin so tedious to sit through?

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.