Affiche du film  Hors de moi
© Warner Bros. Canada

Hors de moi

Version en français
v.o.a. : Unknown
17 février 2011

La peur de l'inconnu

Photo Par Karl Filion

Au cinéma, on dirait qu'il est obligatoire de classer les films dans des catégories : est-ce un film d'action? de science-fiction? d'amour? Cette classification créée des attentes sur ce que devrait être ce film qu'on croit aller voir (et on n'envisage pas facilement les hybrides). Mais si ce réflexe est particulièrement inhibiteur pour les films (certains, par peur de déplaire ou par lâcheté, se contentent d'offrir le strict minimum, et refusent systématiquement les innovations), il peut aussi permettre de réfléchir sur ces attentes du spectateur, et de faire avec lui l'exercice : qu'attend-on vraiment d'un film d'action? L'exemple récent le plus probant de cet état des choses demeure The Mist, dont la finale est encore à ce jour d'une audace rare dans le genre très formaté des suspenses. À l'opposé, un film comme The Village avait été fort mal reçu parce qu'il ne respectait pas ses « promesses »... L'équation qui dit : « j'allais voir un film d'action + il y a de l'action dans ce film = succès » est insuffisante.

Le Dr. Martin Harris se rend à Berlin avec sa femme Liz pour une conférence internationale sur la biodiversité. Alors qu'il est victime d'un accident en taxi, il perd connaissance et passe quatre jours dans un coma. À son réveil, il essaie de reprendre contact avec sa femme, mais celle-ci ne le reconnaît plus et un homme a pris sa place, prétendant être le véritable Dr. Martin Harris. S'agit-il d'un véritable cas de perte de mémoire ou d'un complot?

Le charisme de Liam Neeson est primordial au succès du film. Sans être le héros musclé ou l'assassin surentraîné qui est habituellement le héros de ce type de suspense, il est intimidant, de par sa stature et sa voix. Il est aussi crédible dans le rôle du docteur spécialiste et le film, dans sa manière de filmer les combats, ne nous laisse pas croire qu'il est spécialisé en combat à mains nues (même s'il conduit assez bien une voiture dans une poursuite à haute vitesse).

Or, le scénario s'intéresse justement à ce problème : comment un chercheur, un rat de laboratoire, aussi Liam Neeson soit-il, peut-il affronter des tueurs à gages spécialement entraînés? La réponse qu'offre le film a de quoi étonner, et elle s'avère fort satisfaisante dans les circonstances. Il y a peut-être cet abus des flashs mémoriels et quelques revirements inutiles vers la fin, mais on s'en sort assez bien tout compte fait.

Dommage que le film doive se consacrer à certains clichés éculés : on est en Allemagne, alors on va dans un bar techno; les choses qui ne devraient pas exploser explosent; évidemment, les méchants prennent tout leur temps pour exécuter le gentil pour que les secours aient le temps d'arriver... C'est dommage, parce qu'on avait l'impression jusque-là que, dans les limites d'un film d'action du genre, Unknown prenait sa tâche plus au sérieux que les autres en évitant les invraisemblances les plus flagrantes. Déjà ça, c'était rafraîchissant.

Mais on se met à rêver : si le film avait voulu aller plus loin, il aurait joué sur l'ambiguïté morale du héros, sur son passé (que je ne dévoile pas) et on aurait pu voir un dénouement à la fois surprenant et inattendu. Heureusement, le tout est bouclé assez rapidement, si bien qu'on ne garde pas un mauvais souvenir de cette finale consensuelle. Et qu'au final, on ne garde pas non plus un mauvais souvenir d'Unknown.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.