Affiche du film Harry Potter and the Prisoner of Azkaban
© Warner Bros. Canada

Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban

Version en français
v.o.a. : Harry Potter and the Prisoner of Azkaban
v.o.a. : Harry Potter and the prisoner of Azkaban IMAX
20 juillet 2005

Quand Harry rencontre...

Photo Par Karl Filion

Le sorcier préféré des enfants revient « hanter » les écrans de cinéma et, n'essayons pas de le cacher, il va faire un malheur, encore.

Dans ce troisième film de la série, les acteurs Daniel Radcliffe, dans le rôle d'Harry, Emma Watson, dans le rôle d'Hermione, et Rupert Grint, dans le rôle de Ron, reprennent leurs personnages respectifs. Même si cela semble de plus en plus improbable, je souhaite fortement les voir de retour dans les quatre autres films à venir (s'ils sont réalisés), car ils sont des plus attachants et des plus justes. Sincèrement, leur développement est exemplaire, ils sont tous les trois bien imprégnés de la psychologie des personnages, omniprésente même si le film s'adresse d'abord à des enfants. Car, quoi que l'on dise, quoi que l'on reproche à J.K. Rowling (l'auteure des livres), on ne peut pas enlever à Harry Potter et à ses acolytes une profondeur psychologique et un passé trouble qui influence leurs personnalités propres, en particulier pour le petit Harry.

Il se développe dans ce troisième film toute une « mythologie » propre à la série, qui devient de plus en plus complexe et unique, avec des « classes » de personnages plus précises qu'auparavant. Heureusement, pour quelqu'un qui, comme moi, n'a pas lu les livres, l'adaptation se fait vite et bien, sans anicroche, et la continuité du film n'est pas compromise par cette complexité, qui est franchement bienvenue, parce qu'elle permet aux adultes dans la salle de se sentir interpellés par ce film qui, derrière son allure enfantine, cache une maturité surprenante.

La réalisation, d'ailleurs, est calme et posée, mature en fait, et offre, lorsque c'est nécessaire, une certaine innovation. Elle a la qualité de savoir se retenir lorsque la scène requiert une discrétion, tout en permettant à tous les éléments du film, à savoir les personnages, les effets-spéciaux, qui fusent de toutes parts, et l'environnement gothique des environs de l'école de Poudlard, de coexister, sans compromettre la bonne progression de l'histoire.

Si la tendance entre les deux premiers films laissait présager une histoire plus sombre, la logique est respectée. Les aventures du petit Harry sont plus impressionnantes, plus glauques, moins pour les touts-petits, qui seront quittes, par moment, à une bonne frousse.

Ce nouvel opus de la série à succès Harry Potter charmera petits et grands. Les enfants trouveront leur compte dans l'imaginaire fantastique, et drôlement riche, du petit sorcier, et ils seront ravis de voir un héros de leur âge aussi convaincant. Les grands, eux, s'ils veulent bien se laisser aller, verront la magie de légendes occultes et seront surpris par la profondeur et la richesse des propos tenus, ainsi que du rendu cinématographique, d'une maturité unique dans ce genre des « films pour enfants ».

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.