Gare du Nord

Version originale en français
Le film peut être vu sans risque par des personnes de tout âge.
Film Québécois

Durée

1h59

Genre

Drame

Origine

  • Québec
  • France

Date de sortie au Québec

22 novembre 2013

Synopsis

Sur les quais de la Gare du Nord, Ismaël récolte des témoignages pour un sondage afin de payer ses études et enfin terminer sa thèse. Il rencontre par hasard Mathilde, une femme élégante mais mystérieuse qui a de nombreux rendez-vous à Paris. Les deux tombent rapidement amoureux et passent beaucoup de temps ensemble à errer dans la gare, auprès des commerçants, des clients et des voyageurs. Ils croisent Sacha, un père qui cherche à retrouver sa fille disparue, et Joan, une agente immobilière qui attend ses clients alors que sa famille l'attend à la maison.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Producteurs

Studio de production

  • Les Films d'Ici
  • Productions Thalie
  • France 3 Cinéma

Distributeur au Québec

  • K-Films Amérique
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
60%
Louis-Paul Rioux
Cote: 4 (Bon)

Par son jeu senti, le talentueux quatuor d'interprètes domine avec grâce la distribution bigarrée.

Séquences
Asher Pérez-Delouya
Cote: Bon

C'est comme si les personnages étaient spectateurs de leur vie, tant l'autre n'est qu'une rencontre dont le seul ancrage est un lieu, pas un être.

La Presse
60%
Marc-André Lussier
Cote: 3 étoiles

Cela dit, force est de reconnaître que, pour intéressant qu'il soit, ce film choral n'est, hélas, pas tout à fait à la hauteur de sa belle ambition.

24imag
Céline Gobert

Plus qu'un patchwork, plus qu'un puzzle : un prisme à mille facettes dont jaillissent les visages et contradictions humaines. La Gare du Nord est une micro-société à elle seule. Le terrain idéal pour une étude sociologique en bonne et due forme, et en va-et-vient.

Cinéfilic
40%
Jean-Marie Lanlo
Cote: 2 étoiles

Malheureusement, bien avant d'atteindre son but, le film change de direction. Une histoire d'amour improbable vient prendre le dessus, accompagnée de micro-fictions insignifiantes qui viennent réduire à néant les belles promesses du début.

Télérama
Jacques Morice

Cette fois, pas de fusion miraculeuse entre documentaire et fiction, mais un amalgame à la fois rêche et plein de grumeaux, où les intentions tant sociales que cinématographiques sont trop lisibles. Dans ce puzzle confus, morose et violent, les histoires humaines n'existent qu'à l'état d'ébauches, d'élans empêchés.

Télérama
Pierre Murat

Claire Simon a élargi son espace. Les petits bureaux, les cours de récré ont fait place à une gare — c'est-à-dire un monde en mouvement. Mais son regard est resté le même : ce qu'elle cherche, encore et toujours, c'est isoler, rehausser l'individu.

Le Nouvel Obs
67%
Marie-Elisabeth Rouchy
Cote: 2 coeurs

De cette représentation miniature de la société, où le surnaturel surgit parfois de la manière la plus inopinée et où la foule sert de révélateur à l'individu, la réalisatrice tire un bouleversant et douloureux hymne à la vie en marche.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.