Affiche du film  Escouade Gangsters
© Warner Bros. Canada

Escouade gangster

Version en français
v.o.a. : Gangster Squad
10 janvier 2013

Escouade vintage

Photo Par Karl Filion

Gangster Squad est un film inoffensif, banal, neutre, anodin. Semblable à tant d'autres, peu ingénieux, et stéréotypé. Surtout stéréotypé. C'est d'autant plus décevant qu'il est réalisé par Ruben Fleischer, le génie derrière Zombieland (et aussi responsable du potable 30 Minutes or Less) dont l'étoile pâlit sérieusement avec ce film. Gangster Squad rebrasse bêtement les éléments liés au film de gangsters (et aussi au charme vintage d'une reconstitution des années 50) sans proposer la moindre idée nouvelle, et le réalisateur ne parvient pas à donner une cohérence humoristique au film.

Beaucoup de talent gaspillé, s'il faut en plus compter les Josh Brolin, Ryan Gosling, Sean Penn, Giovanni Ribisi et Emma Stone, qui semblent sur le pilote automatique. Il faut dire cependant que leurs personnages sont assez peu développés, et que même ces acteurs talentueux ne parviennent pas à leur donner du coffre. La faute va aussi en partie aux dialogues quétaines et grandiloquents, où s'affrontent poétiquement de grandes notions de morale et d'honneur, sans que ces thématiques ne reçoivent le traitement qui leur est dû. On néglige vite ces questionnements pour présenter des fusillades au ralenti.

Policiers et juges corrompus, règlements de compte (le méchant tue sans appel tous ceux qui font une erreur), figurants qui font office de chair à canon (et qui sont incapables de viser), femme inquiète (et enceinte) du héros... Les lieux communs sont nombreux, et ils sont insignifiants. Pourtant, on peut utiliser ces clichés pour s'élever au-dessus de la masse, pour proposer quelques retournements et déstabiliser le spectateur (Zombieland le faisait avec un autre genre); rien de cela ici. Et la finale, extrêmement poussée (et d'autant plus banale), vient pratiquement tout gâcher par son humour parfois burlesque.

C'est d'autant plus regrettable que l'histoire, même si elle paraît extrêmement synthétisée, met en place plusieurs éléments qui auraient pu être intéressants s'ils avaient été mieux développés. Par exemple, l'histoire d'amour entre le personnage de Gosling et la maîtresse (Stone) du méchant (Penn) avait beaucoup de potentiel (lors d'une rencontre impromptue dans la maison de ce dernier, en particulier) mais se termine bêtement de la manière la plus convenue qui soit. Idem pour la plupart des background des personnages secondaires, aussi anonymes qu'interchangeables.

Gangster Squad est donc davantage un film raté qu'un mauvais film; il n'est tout simplement pas assez innovateur pour véritablement passionner et est trop simpliste pour convaincre. Ce qu'on voit, ce qu'on entend, on l'a déjà vu et entendu. On en gardera donc peu de souvenirs, ce qui est presque pire que d'en garder de mauvais.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.