Affiche du film Dan une galaxie près de chez vous 2
© Les films TVA

Dans une galaxie près de chez vous 2

Version originale en français
17 avril 2008

Pas une mince affaire

Photo Par Karl Filion
Le voyage intersidéral se poursuit pour l'équipage du Romano-Fafard, parti de la terre le 28 octobre 2034 afin de sauver l'humanité de l'auto-destruction. Mais trouver une planète habitable pour déménager les Terriens - quand ils ont une si mauvaise réputation d'autant - est relativement plus difficile que de trouver un appartement à Montréal en juillet, même sur le Plateau, et le défi que le Capitaine Patenaude et son équipage se sont lancé va peut-être au-delà de leurs capacités. Mais dans l'espace, tout est permis, et parce qu'en science-fiction, « on peut dire n'importe quoi », Dans une galaxie près de chez vous 2 se donne toutes les libertés au nom d'un message social terriblement d'actualité. Mais, comme le gouvernement conservateur tente de nous l'expliquer ces temps-ci, trop de liberté, c'est comme pas assez...

Le temps presse pour l'équipage du Romano-Fafard. Après des années de recherches infructueuses, ils viennent de perdre leur dernière sonde sur la planète Crème Hydrante Pour Le Visage Soulage La Peau Sèche. Forcés de s'y poser afin de retrouver la sonde, ils rencontrent les habitants, les Crémeux, qui semblent être sous l'emprise des habitants de la planète voisine, les Iraziens. Le Capitaine Patenaude pourrait peut-être les aider à s'en débarrasser...

Le message environnemental émanant de Dans une galaxie près de chez vous n'a jamais été très subtil, et il est dans ce deuxième volet plus efficace que jamais et se fait plus insistant, sans agacer. On y ajoute un commentaire politique virulent, qui pose d'excellentes questions sur les droits et les devoirs des puissances mondiales (dans ce monde complètement farfelu, le Canada). Il faut cependant, pour se rendre-là, passer par une traverse de chevreuils dans l'espace et un « zipper » galactique qui sont, même dans ce festival de l'absurde, assez incongrus et difficiles à accepter d'emblée.

L'humour, malheureusement, n'est pas aussi efficace qu'à l'habitude même si certaines blagues sortent du lot - dont l'inoubliable « pourriel » - et le rythme est souvent gâché par des scènes risquées qui ne fonctionnent pas toutes (celle des fantômes ou de l'oracle, tout spécialement). Les personnages habituels sont toujours aussi attachants et drôles; Claude Legault donne une profondeur surprenante à Flavien pendant que le Capitaine Patenaude se surpasse, mais les nouveaux personnages manquent tout simplement de corps et sont vites négligés... pour notre plus grand bonheur mais pas celui de l'histoire, accessoire. Les comédiens, de fidèles complices, partagent leur grand bonheur d'être du voyage et leur énergie est contagieuse, mais ils n'étonnent plus comme ils l'ont déjà fait.

On ne peut pas invoquer une quelconque « cohérence » pour aborder Dans une galaxie près de chez vous, mais cela ne signifie pas qu'il faille tout pardonner. Il faut faire un grand travail sur soi pour pénétrer dans cet univers, et ceux qui n'y sont pas préparés risquent de ne pas y parvenir. Pas évident non plus d'être à la fois drôle et actuel. Les fans seront ravis, cela n'a jamais fait le moindre doute, mais force est d'admettre que ce deuxième long métrage n'est pas à la hauteur des espérances.
Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.