Dancing Arabs

Version originale en hébreu avec sous-titres en anglais
Le film peut être vu sans risque par des personnes de tout âge.

Durée

1h44

Genre

Drame

Origine

  • Israël
  • Allemagne
  • France

Date de sortie au Québec

15 mai 2015

Synopsis

Eyad est un Arabe qui grandit avec sa famille en Israël. Il se demande pourquoi son père qui a fait des études n'a pas un meilleur emploi. En vieillissant, il a l'opportunité de fréquenter un prestigieux internat à Jérusalem où il est mis à l'écart par les autres élèves. Cela ne l'empêche pas d'avoir le béguin pour Naomi, une jolie juive de son âge. Ils doivent toutefois cacher leur histoire d'amour pour éviter les représailles. C'est à cette époque que Eyad se rapproche de Jonathan, un lycéen israélien qui est atteint d'une maladie dégénérative, et qu'il commence à emprunter son identité.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Scénaristes

Studio de production

  • Konken Studios
  • United Channel Movies
  • ZDF/Arte

Distributeur au Québec

  • Métropole Films Distribution
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
60%
Georges Privet
Cote: 4 (Bon)

Malheureusement, la nécessité de comprimer en un seul film une matière littéraire très riche entraîne des changements de tons pas toujours heureux, négociés avec une certaine raideur par la mise en scène plutôt classique de Riklis.

24imag
François Jardon-Gomez

En somme, ce que Dancing Arabs gagne en volonté de réconciliation, il le perd en force de frappe.

Cinéfilic
70%
Sébastien Veilleux
Cote: 3 1/2 étoiles

Malgré tout, Dancing Arabs est un film rafraîchissant et poétique, rempli de clins d’œil aux points commun que partagent ces deux communautés.

Séquences
70%
Élie Castiel
Cote: 3 1/2 étoiles

Avec Dancing Arabs, malgré sa forme candide, sereine et à la limite, ludique, Eran Riklis a sans doute réalisé, malgré sa simplicité, un de ses films politiques les plus engagés, mais également atteint d’un élan de romantisme naïf qui rend la réconciliation voulue quasi inatteignable.

The Hollywood Reporter
Boyd van Hoeij

As usual for a Riklis film, actors are all perfectly cast and the production values are high (...).

Variety
Jay Weissberg

Riklis’ strongest film in several years, this is another well-intentioned plea for coexistence, though apart from one scene that lays bare, with welcome righteousness, the disturbing orientalism infiltrating even Israeli intellectual circles, the whole thing is rather too scrubbed and clean. Precisely for this reason, it should play well internationally.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.