Affiche du film  Combat Revanche
© Warner Bros. Canada

Combat revanche

Version en français
v.o.a. : Grudge Match
24 décembre 2013

Il faut choisir ses combats

Photo Par Karl Filion

La nostalgie est définitivement à la mode, et Hollywood en fait la preuve à chaque année avec ses films inspirés (ou carrément plagiés) de ses succès du passé. Grudge Match est la définition même d'une « valeur sûre » d'un point de vue marketing : Stallone, De Niro, la boxe, Noël, $$$. Il ne faut donc pas s'étonner que le film soit réalisé anonymement et que son histoire emprunte des sentiers bien balisés. S'il y a bien deux ou trois blagues bien trouvées, la preuve est à nouveau faite que quelques bonnes idées ne peuvent pas rescaper une absence complète d'innovation.

Il y avait un certain potentiel à voir deux vétérans acteurs qui ont tous les deux incarné un boxeur au cinéma dans des films légendaires s'affronter à nouveau, et la bande-annonce - drôle, punchée, référentielle - en faisait la démonstration. Sauf que, comme souvent, les meilleurs moments du film sont dans cette bande-annonce, et presque tout le reste est maladroit. Les exemples d'une ancienne flamme infidèle et l'histoire habituelle du père absent qui est trop irresponsable pour s'occuper d'un enfant nous viennent particulièrement en tête. Ces scènes ralentissent le rythme inutilement, alors que le film s'étire déjà trop.

Il y a pourtant quelques scènes fort amusantes, dont un événement promotionnel lors d'un gala de MMA et une surenchère de montages d'entraînement qui tient presque de l'hommage postmoderne, mais l'ennui nous frappe assez vite. L'humour flirte avec une vulgarité molle (hâte de voir comment les doubleurs québécois traiteront les blagues autour du nom du personnage de BJ) qui fera rire les parents sans inquiéter les enfants mais qui n'étonnera personne. Et le combat de boxe final est risible - ridicule à la Rocky - alors que 99 % des coups portés atteignent le menton et qu'aucun des deux boxeurs ne se défend. Un combat ouvert, mais sans enjeu.

Le réalisateur Peter Segal, habitué aux comédies grand public sans personnalité (50 First Dates, The Longest Yard, Get Smart), s'acquitte de sa tâche sans coups d'éclat, permettant aux acteurs chargés de l'aspect humoristique (Kevin Hart et Alan Arkin) de faire leur numéro et aux boxeurs, de boxer. C'est un spectacle d'acteurs de vedettes pour attirer les foules, et rien de plus, et aucun de ces acteurs n'a le moindre effort à faire.

Grudge Match aurait pu être bien pire, il faut être honnête. Ses longueurs et ses blagues trop faciles sont regrettables. Les acteurs semblent souvent s'ennuyer et les répétitions sont nombreuses. Les clichés aussi. Le combat final est complètement inutile. Quelques bons gags ressortent, ceux qui parviennent à nous étonner le moindrement. Mais le tout est si bon enfant qu'il est difficile de le rejeter en bloc. Il est pourtant très facile de l'oublier. D'ailleurs, c'est déjà fait.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.