Scène du film Casanova
© Buena Vista Canada

Casanova

Version en français
v.o.a. : Casanova
3 février 2006

Casanova le charmant

Photo Par Karl Filion
Un film étonnamment candide, très amusant et créatif.

Lasse Hallström présente sa version, romancée, de la légende de Casanova, le célèbre charmeur. Un film à la fois drôle et charmant, qui ne se casse pas la tête avec les probabilités, du réalisateur de Chocolat.

Casanova est une véritable légende à Venise. Il séduit toutes les femmes et s'abandonne à la luxure et à la débauche, si bien que l'Inquisition souhaite le pendre au plus tôt. Casanova va donc se fiancer à une jeune vierge de bonne famille, mais tomber follement amoureux d'une femme de tête, une féministe avant l'heure qui méprise le personnage. Pour la séduire, Casanova va devoir faire preuve de beaucoup de créativité et emprunter quelques identités. À partir de là, les quiproquos et les malentendus s'accumulent, mettant plusieurs fois le célèbre charmeur en danger.

Casanova est d'abord un film rafraîchissant. Étonnamment, parce qu'à première vue, on pourrait croire à une vulgaire comédie romantique pareille à toutes les autres. Il n'en est rien, d'abord parce que le film n'est pas vulgaire, mais aussi parce qu'il est plein d'une apparente et contagieuse bonne volonté. L'immense créativité du scénario, la candeur dans l'interprétation et le savoir-faire de la réalisation font de Casanova un film particulièrement agréable à regarder.

Le travail d'Hallström est intéressant, sans être vraiment innovateur, et permet au film de conserver un excellent rythme qui évite les temps morts. Certaines petites surprises viennent modifier le bon déroulement du récit et, sans dire qu'elles sont complètement imprévisibles, le réalisateur parvient à les rendre très sympathiques, en tout cas acceptables malgré leur improbabilité. Parce qu'il va sans dire que Casanova est bourré de ces revirements rocambolesques qui vont à l'encontre toute logique, comme de ces moments de romantisme lyrique complètement farfelus mais tellement attendrissants. Comme la plupart de ses personnages, Hallström est plein de bonne volonté, ce qui fait de sa réalisation une réussite, donc de Casanova un excellent film d'un genre sur-exploité, la comédie romantique. Sauf que ç'en est une vraie, une agréable à voir et à partager.

Heath Ledger enfile les perruques de Casanova avec beaucoup d'assurance, s'adapte efficacement aux situations et devient vite un héros enjôleur et savoureusement manipulateur. Sienna Miller lui donne une réplique plus assurée encore, dans le rôle d'une femme en avance sur son temps, qui a une grande influence sur les hommes de son temps. Elle séduit, tout comme la jeune Natalie Dormer, en vierge sournoise et pas si candide que ça. Jeremy Irons court un peu partout sans véritable but, tombe un peu dans la facilité, mais ne manque pas de créer plusieurs situations amusantes. Un humour qui n'est jamais vulgaire, surtout basé sur un savoureux sens de la répartie des personnages.

Au final, Hallström présente un film très sympathique, probablement pas mémorable, mais très agréable quand même. Possible même que les plusieurs bonnes blagues et les quelques jolies demoiselles permettront aux copains traînés de force jusqu'au cinéma de passer un moment pas si désagréable que ça, voire amusant. Casanova n'était pas charmeur, non non, il était, et est toujours, charmant.
Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.