Bienvenue à New York

Version en français
v.o.a. : Welcome to New York
v.o.a.s.-t.f. : Bienvenue à New York
Le film ne peut être vu que par des personnes de 18 ans et plus.

Durée

2h04

Genre

Chronique dramatique

Origine

  • États-Unis

Date de sortie au Québec

15 août 2014

Synopsis

Divisant son emploi du temps entre sa carrière de banquier et l'assouvissement de sa dépendance sexuelle, les vices de Devereaux sont sur le point de l'entraîner dans une fulgurante descente aux enfers. Alors qu'il s'apprête à prendre l'avion pour retourner à Paris, Devereaux est appréhendé par les autorités américaines après qu'une femme de chambre d'un grand hôtel new-yorkais ait porté plainte contre lui pour agression sexuelle. Après un court séjour derrière les barreaux, le puissant homme d'affaires est confiné entre les murs d'un luxueux appartement d'où sa femme Simone, bien au fait de ses nombreuses déviances, tente de gérer la crise et de minimiser l'impact de celle-ci sur sa propre réputation.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Scénaristes

Producteurs

Studio de production

  • Wild Bunch

Distributeur au Québec

  • Remstar
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
45%
Martin Bilodeau
Cote: 5 (Moyen)

Par son intention malveillante et son approche superficielle du scandale qui a secoué le monde financier et médiatique en 2011, Abel Ferrara rate sa cible.

La Presse
30%
Marc-André Lussier
Cote: 1,5 étoile

Inspiré de l'affaire Dominique Strauss-Kahn, ce film de mauvais goût, qu'on dirait écrit à la va-vite sur un bout de table, n'est qu'un prétexte à racoler à plein régime à partir d'un drame qui, il y a trois ans, a frappé l'imagination.

Le Devoir
40%
François Lévesque
Cote: 2 étoiles

Pas une réussite, pour dire le vrai, mais pas davantage un navet. Brute, immédiate, la mise en scène de Ferrara possède un côté cru qui sied au sujet scabreux.

Agence QMI
60%
Isabelle Hontebeyrie
Cote: 3 sur 5

On a l'impression que le réalisateur fait dans la surenchère et se livre à un exercice de voyeurisme de mauvais goût, sentiment exacerbé par la nudité de Gérard Depardieu et les scènes de sexe, omniprésentes dans la première moitié du long métrage.

Cinéfilic
30%
Jean-Marie Lanlo
Cote: 1,5 étoile

À force de trop charger son personnage principal, Ferrara le rend improbable et oublie qu'il ne suffit pas de s'inspirer d'une personne réelle (en ne retenant que le pire) pour la rendre crédible.

Séquences
30%
Pierre Ranger
Cote: 1,5 étoile

Difficile donc d'éprouver de l'empathie pour lui et de l'intérêt pour ce huis clos hypnotique, froid et lassant.

Cinémaniak.net
Syril Tiar
Cote: Navet

Certes, un auteur doit prendre parti et faire des choix, toutefois on peut regretter combien le réalisateur condamne durant tout son film son personnage principal en salissant au combien la vie du protagoniste et en ne s'intéressant qu'à des aventures graveleuses.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.