Affiche du film  Belle épine
© K-Films Amérique

Belle épine

Version originale en français
9 juin 2011

À qui m'aimera

Photo Par Karl Filion

Rigueur de la caméra, du décor, de l'interprétation, Belle épine veut être renfermé, veut peser lourd sur les épaules de son personnage principal. Cela le rend extrêmement rugueux, presque laid, voire même repoussant. Mais Belle épine veut aussi être aimé, et pour ce faire, il laisse transparaître des émotions qu'il n'assume pas, mettant au défi, à la manière de son héroïne Prudence Friedman, les autres personnages/spectateurs de l'aimer quand même, alors que ses motivations demeurent absconses et que ses gestes revendiquent l'inexpliqué. Un film dont l'intensité (77 min!) ne trouve malheureusement pas d'équivalent dans la narration.

Prudence Friedman, une adolescente de 17 ans, habite Paris avec sa soeur. Leur mère vient de mourir et leur père travaille au Canada. Alors qu'elle délaisse l'école, Prudence se lie d'amitié avec plusieurs jeunes casse-cou qui cherchent des sensations fortes sur leur moto, ainsi qu'avec la rebelle Maryline. Dans cet univers, il ne s'agit pas de comprendre mais de vivre, simultanément avec elle, les émotions de l'héroïne. Mais son obstination d'autodestruction et de confrontation la rendent plus antipathique qu'émouvante. Le désir est d'abord installé comme d'un moteur (le seul) du récit, alors que le deuil est rapidement délaissé (pour revenir, comme une « explication », en fin de parcours).

Léa Seydoux, une jeune actrice à la force subtile, trouve le moyen de s'illustrer, donnant à son personnage de Prudence une intensité qui intrigue au départ, mais qui déçoit ensuite. La simplicité de ses actions combinée à l'aspect anecdotique du récit - quand bien même les quelques dialogues seraient bien écrits - la placent dans un no man's land social qui confine au rôle d'observateur. Les actrices sont toutes efficaces, là n'est pas la question, mais elles sont loin (comme le film) de l'ambition de grandeur qui différencie le cinéma du reportage (dont on a un exemple probant à l'intérieur du film).

Le problème, c'est que même si le tout est assez bien fignolé, relativement bien tourné et fort bien joué, on s'ennuie. Les tribulations de cette adolescente ne semblent pas s'inscrire dans un contexte plus global, comme le portrait d'une génération, ou dans un commentaire sur un état de société - voilà l'histoire de Prudence, qui vit un deuil et qui a une mauvaise passe. Même ses fréquentations, qui construisent le film, demeurent anecdotiques. C'est à cause de cela que la finale du film, trop appuyée, ne convainc guère. Sans être vraiment ratée non plus... Mais un relâchement émotif en guise de conclusion, cela détonne avec la rigueur du reste, comme pour tenter une dernière fois de faire appel aux émotions.

Sentiments mitigés donc, suite à ce Belle épine. Pour Rebecca Zlotowski, il s'agit d'un premier film prometteur, qui laisse supposer que si on ajoutait une histoire mieux construite à cette manière brute de filmer, avec une cruauté presque intrinsèque, on pourrait faire naître des émotions fortes et bouleversantes. Mais ce n'est pas encore tout à fait au point.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.