Affiche du film  Au bonheur des ogres
© Métropole Films Distribution

Au bonheur des ogres

Version originale en français
20 février 2014

Le charme du Bonheur Parisien

Photo Par Karl Filion

Adapté du roman éponyme de Daniel PennacAu bonheur des ogres propose un récit inventif et coloré en plus de pouvoir miser sur des acteurs charismatiques... du moins, lors de la première partie. Lors de cette introduction, le film installe un univers légèrement décalé qui souligne subtilement des travers de société bien ancrés et actuels et qui place cette histoire au-delà des considérations réalistes et qui la rend unique. Dommage que le dénouement ne parvienne pas à maintenir la même magie.

Bourré de savoureux clins d'oeil (tirés, pour la plupart, de l'écriture riche de Pennac), Au bonheur des ogres est en premier lieu amusant et mystérieux, car lorsqu'il dénonce, il le fait subtilement. Le héros, Benjamin Malaussène, travaille comme bouc-émissaire dans un grand magasin de Paris (le Bonheur Parisien); son métier, c'est de se faire engueuler par le responsable jusqu'à ce que les clients insatisfaits, devenus mal à l'aise de le voir ainsi, retirent leur plainte. L'ironie, ici, est savoureuse... Comme le sont d'ailleurs les dialogues, fins et colorés.

La vie de famille de l'attachant Benjamin est aussi plutôt compliquée, et la mise en scène l'illustre bien; c'est la découverte des personnages et de cet univers unique qui est fascinant. Les comédiens, de Raphaël Personnaz et Guillaume de Tonquedec aux jeunes enfants, en passant par Emir Kusturica, contribuent tous à les rendre suffisamment mystérieux pour maintenir notre attention, dans l'attaque du prochain revirement. Malheureusement, une fois cette étape passée, alors que le récit glisse lentement vers sa conclusion, on perd cette magie, ce charme, au profit d'une simple résolution technique bien moins inspirée, qui abandonne même son petit côté subversif.

Il est vrai que le noeud de l'intrigue - cette enquête liée aux attentats perpétrés dans le magasin - n'est pas le plus passionnant. Les enjeux impliquant le personnage de « Tante Julia » (une Bérénice Bejo qui ne semble pas être dans le même film que les autres) ne convainquent pas vraiment non plus. Le réalisateur Nicolas Bary ne parvient pas à dynamiser ces aspects du récit, qui paraissent plaqués, comme le dénouement, lui qui maîtrisait pourtant les nombreuses références du long métrage. C'est le récit qui flanche, pas nécessairement son travail...

Dommage, car Au bonheur des ogres parvenait à placer son récit dans un contexte différent, le rendant de ce fait bien différent de la majorité des films familiaux à sortir sur nos écrans. Mais le défi est à moitié relevé seulement, et le long métrage perd son aspect inédit après une introduction prometteuse.

Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.