À perdre la raison

Version originale en français
Le film peut être vu sans risque par des personnes de tout âge.

Durée

1h51

Genre

Drame psychologique

Origine

  • Belgique
  • Luxembourg
  • France
  • Suisse

Date de sortie au Québec

26 octobre 2012

Date de sortie du DVD

19 mars 2013

Synopsis

Murielle et Mounir sont de jeunes amoureux remplis d'espoir et de projets. Mounir vit chez un riche médecin qui, en plus de lui assurer une vie matérielle aisée, l'a adopté pour le sortir du Maroc, où il devait affronter des lendemains incertains. Après le mariage des deux amants et l'agrandissement de leur famille, Murielle aurait bien aimé qu'elle et son époux quittent le joug du docteur, mais Mounir n'a pas la force ni la volonté de quitter son père adoptif. Murielle tombe donc dans une profonde dépression qui l'amène à poser des gestes irréversibles et impardonnables.

Synopsis © Cinoche.com

Réalisateur

Studio de production

  • Versus Production
  • Samsa Film
  • Les Films du Worso
  • Box Productions
  • Prime Time
  • Radio Télévision Belge Francophone (RTBF)
  • Radio Télévision Suisse (RTS)
  • SRG SSR idée suisse

Distributeur au Québec

  • Axia Films
Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
75%
Jean Beaulieu
Cote: 3 (Très bon)

La mise en scène sobre et précise du réalisateur belge, avec ses cadrages serrés et une caméra tenue à la main, met en évidence la spirale du désarroi dans laquelle se trouve entraînée l'héroïne, campée par une Émilie Dequenne à fleur de peau et d'une justesse troublante.

Voir
80%
Manon Dumais
Cote: 4 étoiles

D'une caméra semblant épier à la dérobée ses personnages, nuancés comme on en voit rarement au cinéma, Joachim Lafosse laisse le malaise s'installer imperceptiblement entre le couple (solide Tahar Rahim, époustouflante Émilie Dequenne) et son bienfaiteur (Niels Arestrup, d'une troublante vulnérabilité.

La Presse
70%
Marc Cassivi
Cote: 3,5 étoiles

À perdre la raison est un film fort, bouleversant, fascinant, sur la déroute psychologique d'une femme et sur le contexte familial atypique qui a contribué à sa spirale autodestructrice.

Télérama
Jacques Morice

Auscultation, autopsie d'un drame, voilà ce qu'est le film, qui sonde un peu partout pour comprendre ce qui relève de l'inconcevable. Une tension est savamment entretenue, qui contracte le coeur, du début à la fin. Pas la moindre goutte de sang, mais paroles, gestes et silences, tout fait mal, ici, comme des coups de poignard. 

Télérama
Louis Guichard

Animé des meilleures intentions (la cause des femmes), le réalisateur semble ne pas voir qu'il reproduit, à force de réalisme psychologique, ce qu'il dénonce. Il martyrise pendant deux heures cette jeune mère, la rendant toujours plus triste, plus paumée, plus abîmée, lui refusant le moindre sursaut de rébellion.

Le Parisien
67%
Hubert Lizé
Cote: 2 étoiles (Beaucoup)

Bouleversante, transfigurée physiquement, Emilie Dequenne réalise une performance impressionnante.

Le Monde
80%
Jacques Mandelbaum
Cote: À voir

La puissance d'évocation du film, qui fait de la douceur une arme plus destructrice que la violence, est indéniable. Les acteurs y sont impressionnants d'intensité dans la retenue, la mise en scène, en caméra portée et cadrages serrés, soutenue par une musique baroque qui court droit à la mort, est oppressante à souhait.

Le Nouvel Obs
100%
Xavier Leherpeur
Cote: 3 coeurs

Une tragédie aux accents antiques mais résolument moderne, portée par trois comédiens fouillant avec une rare intensité les détresses et les violences extrêmes de leur personnage.

Libération
Ondine Millot

La mise en scène est limpide, sans jeu d'ombre ni de suspense, les trois acteurs principaux - Emilie Dequenne, Tahar Rahim et Niels Arestrup - époustouflants.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.