À la vie

Version originale en français
En attente de classement

Durée

1h44

Genre

Comédie dramatique

Origine

  • France

Date de sortie au Québec

20 mai 2016

Date de sortie du DVD

30 août 2016

Synopsis

En 1962, au bord de la mer à Berck-Plage, Hélène retrouve Lili qu'elle n'avait pas revue depuis la fin de la guerre. C'est par le biais d'une annonce publiée dans un journal, que les deux rescapées du camp de concentration d'Auschwitz peuvent enfin renouer après s'être perdues de vue à l'époque. Alors qu'elle accueille Lili à sa descente de l'autobus, Hélène s'aperçoit qu'elle est accompagnée de Rose, leur amie qu'elle croyait morte au camp. Au cours des jours, les retrouvailles entre les trois femmes vont laisser cours à des souvenirs bouleversants, mais aussi à des moments heureux.

Studio de production

  • Elzévir Films
  • France 3 Cinéma

Distributeur au Québec

  • Ciné maison royale

Liens

Horaire cinéma

Ce film n'est pas à l'affiche.

Revues de presse
Médiafilm
45%
Bruno Dufort
Cote: (5) Moyen

Les meilleures intentions donnent rarement naissance à des oeuvres mémorables. Ce film de Jean-Jacques Zilbermann en est une autre illustration.

Le Monde
Mathieu Macheret

(...) une reconstitution historique empesée et à la mise en scène sans inventivité de Zilbermann, trop esclave de la linéarité de son scénario.

Le Parisien
Pierre Vavasseur

La complicité des trois femmes, leur parenthèse réenchantée, leurs chamailleries éphémères, l'état de leur vie amoureuse ne débouchent que sur un chapelet d'émotions effleurées qui provoquent un ennui flottant.

Séquences
60%
Élie Castiel
Cote: 3 étoiles

L'émotion traverse l'écran, mais le fait avec une délicatesse inouïe. Et un pétillant décor sixties typiquement français où on entonne du twist « Richard Anthony », où les couleurs pastel autoproclament leur indépendance et leur état d'esprit, et où l'individu est prêt à trinquer de nouveau à la vie.

Agence QMI
60%
Isabelle Hontebeyrie
Cote: 3 sur 5

C'est un long métrage bien inégal que propose là Jean-Jacques Zilbermann. Autant certaines scènes sont d'une force peu commune (l'évacuation du camp, l'entrée d'Hélène dans l'appartement où elle retrouve les reliefs du repas qui a précédé son arrestation et celle de sa famille), autant on a du mal à pleinement ressentir toutes les émotions que le cinéaste a voulu transmettre.

Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.