Affiche du film  8 fois debout
© A-Z Films

8 fois debout

Version originale en français
v.o.f.s.-t.a. : Eight Times Up
11 novembre 2010

Proverbe japonais

Photo Par Karl Filion

Les trente premières minutes de 8 fois debout sont de grande qualité. Elles sont empreintes d'une cruauté tendre, d'une fascinante exploration de personnages riches et impénétrables (sont-ils des menteurs pathologiques, ou pas?) qui sont le présage d'un talent d'auteur d'exception. Mais parce que le film tombe par la suite dans des considérations plus anecdotiques et bien moins stimulantes, 8 fois debout laisse une impression de vide, d'inachevé, qui est bien regrettable parce qu'on devine ce que ce film aurait pu être s'il avait conservé cette saveur unique.

Elsa vit une existence modeste faite de petits boulots, souvent illicites, et d'une constante recherche d'emploi. Son voisin de pallier, Mathieu, vit sensiblement les mêmes problèmes qu'elle : ils sont incapables de décrocher un boulot. Ils s'entraident, se comprennent. Un jour, ils sont jetés à la rue et séparés. Sans le sous, Elsa, qui tente en parallèle de reprendre contact avec son fils dont elle a perdu la garde, reçoit l'aide de son cousin qui croit lui avoir obtenu un emploi. Elle espère que cette fois-ci, c'est la bonne.

En représentant avec une délicieuse minutie ces personnages complexes, le réalisateur et scénariste Xabi Molia insuffle à son premier long métrage le délicat humanisme qui fait du cinéma un objet d'observation sociale. Sans dénoncer, en tendant même fortement vers la comédie, Molia met en scène un drame social plus éloquent que les films ouvertement « engagés », parce que plus subtils et plus cohérents. Il n'y a pas de misérabilisme, pas cette tendance à forcer la pitié : oui, les personnages de 8 fois debout sont dans le pétrin, mais leur optimisme n'est jamais affecté. Pourquoi, en effet, la prochaine fois ne pourrait-elle pas être la bonne?

Cela ne veut pas dire cependant qu'elle le sera. Mais comme le film ne répond jamais véritablement à la question, il passe dans un registre plus poétique que narratif; cela le rend plus accessible (tout le monde peut ressentir le malaise de voir une femme lancer ainsi le ballon à son fils, sans que sa frustration soit ostentatoire) mais cela lui nuit aussi. Parce que le deuxième tiers du film, flottant entre deux moteurs dramatiques, perd grandement de son intérêt à cause de la simplicité des observations. Des anecdotes, des évidences sans importance qui nous éloignent de ces deux fascinants personnages.

Dans le rôle principal, Julie Gayet est entièrement dédiée à Elsa, mais elle n'y trouve pas le personnage pour jouer dans le véritable registre qui lui convient (jusqu'à preuve du contraire, évidemment). Elle est délibérément décalée, bien sûr, mais l'actrice n'est pas ici irremplaçable, dans ce qui s'avère être une performance compétente, mais éclipsée par celle, toute en délicatesse, de Denis Podalydès - sous-utilisé - est particulièrement attendrissante, dans le rôle d'un homme vulnérable, mais pas un « perdant ». Une profondeur véritablement fascinante, qu'on aurait aimé découvrir davantage.

Un film qui est à la fois lourd et léger, complexe et facile d'accès, c'est à la fois stimulant et décevant. Parce qu'on comprend bien (et très rapidement) qu'on est devant autre chose que ce cinéma interchangeable, ce cinéma de commande auquel on a droit plus souvent qu'autrement. On en vient à espérer une expérience transcendante, et on est souvent déçu. Ce 8 fois debout est un film inspiré et inspirant, prometteur mais incomplet. On ne peut qu'espérer une incursion plus complète dans cet univers qui nous a si aisément plu.
Partager sur : Twitter Facebook
Photo Karl Filion

Mes dernières critiques

Alexandre et sa journée épouvantablement terrible, horrible et affreuse
Le juge
Les apparences
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
2 temps 3 mouvements
Qu'est-ce qu'on fait ici?
L'épreuve : Le labyrinthe
Aimer, boire et chanter
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.