dossier
Vendredi 30 mai 2008 à 12h05

Visite de plateau : Grande Ourse - La clé des possibles

Photo Par Karl Filion

Les techniciens s'affairaient à installer une immense grue à l'entrée du cimetière du Mont-Royal et se préparaient à une autre nuit de tournage pour la scène finale du film Grande Ourse - La clé des possibles tandis que Patrice Sauvé, les écouteurs sur les oreilles, attendait lui aussi la tombée de la nuit. Amorcé le 28 avril dernier, le tournage se poursuit jusqu'au 10 juin.

Voyez notre galerie de photos du plateau, en cliquant ici.

« Aujourd'hui, on entre dans le dernier acte du film. », déclare Patrice Sauvé, l'air serein. « Il y aura une mise à mort. »

Dans le cimetière de Port-Lacroix, le sorcier Louis-Bernard Lapointe et sa nouvelle flamme, la libraire Évelyne O'Neal, rencontrent le couple Foucault, des spécialistes des mondes parallèlles. Pour sauver son ami Biron, qui a été enlevé, Lapointe doit absolument trouver la clé des possibles.

« C'est un film d'aventures, avec un élan narratif où il y a une quête, des énigmes, un ticking clock... »

Doit-on avoir vu la série pour bien comprendre? « Si on a vu la série, le seul avantage sera de revoir des personnages qu'on a aimé. Ils reviennent en force, c'est un bonheur de les retrouver. Pour le grand public qui aime le cinéma fantastique, il y aura aucun problème, il y a assez d'information au départ pour tout comprendre. »

Est-ce que l'expérience de tournage est différente par rapport à la télévision? « Oui, beaucoup, parce que les enjeux sont plus grands. On a toujours un désir de qualité mais, tu ne reviens pas deux fois à un endroit pour un film. On est ici, ce soir, s'il y a un pépin, c'est foutu. »

Tandis qu'on discute, une bonne douzaine d'hommes s'affairent à déplacer de quelques centimètres le rail d'une immense grue sur laquelle on installera la caméra. « Parce que c'est du cinéma, il faut se donner cette envergure-là, ces moyens techniques-là. Sur un petit écran, tu ne vois pas les mouvements de caméra, mais sur grand écran tu as le plaisir de voir les choses se développer. »

Avoir l'expérience de Cheech est-il un gros avantage? « On apprend toujours, mais je dirais que je suis plus vigilant au niveau narratif. Je me concentre sur le storytelling. Il faut être attentif à la construction dramatique du film. »

Que faites-vous lorsque vous n'êtes pas sur le plateau? « Je n'arrive pas à faire grand chose... je tombe sur des barres de couleur le soir. J'ai regardé There Will Be Blood et The Assassination of Jesse James. J'essaie de regarder des films qui sont très structurés narrativement. Tu essaies de ne pas trop déprimer en voyant de grands grands films, alors que toi tu essaies de faire le mieux que tu peux. »

« J'écoute de la musique, c'est ce que j'essaie de faire le plus. Grande Ourse est construit autour de la troisième symphonie de Gorecki, qui ne ressemble pas du tout à la musique que Normand Corbeil a composé, mais la charge dramatique de la série passe par cette musique-là. »

Le film, scénarisé par Frédéric Ouellet, devrait prendre l'affiche dans la première moitié de 2009.

Partager sur : Twitter Facebook
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.