entrevue
Mercredi 25 septembre 2013 à 15h55

Scarlett Johansson parle de Don Jon

Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

Scarlett Johansson dans Don Jon

Lors de notre passage à Toronto pour le TIFF, nous avons eu la chance de rencontrer Scarlett Johansson dans le cadre de la première nord-américaine de Don Jon, le premier film à titre de réalisateur de Joseph Gordon-Levitt. Le film raconte l'histoire d'un jeune Italien du New Jersey, accro au porno sur internet, qui fait des efforts pour tenter d'améliorer sa vie et plaire à sa nouvelle petite amie, jouée par Johansson.

« J'aime ce personnage parce qu'elle a des convictions, explique l'actrice. Elle est coupable de certains défauts, dont je suis probablement coupable aussi, et dont beaucoup de gens sont coupables. Elle veut que son copain entre dans le moule qu'elle a en tête. Elle se demande pourquoi il ne peut pas être davantage comme elle. Je crois que c'est seulement avec l'expérience que l'on peut apprendre à vivre avec l'autre et que ce sont ses différences, celles qui nous dérangent au début, qui permettront éventuellement aux deux personnes de grandir. »

« Je ne voulais pas qu'on la perçoive comme quelqu'un de désagréable et prude, ce qu'elle aurait pu aisément devenir, une genre de poupoune matérialiste, superficielle et stéréotypée. J'ai rapidement sympathisé avec elle, parce qu'elle a de bonnes intentions, peut-être que certaines ne sont pas tout à fait réalistes, mais ce n'est certainement pas une mauvaise personne. Peut-être que si Jon lui avait parlé davantage dès le début, elle aurait pu être plus ouverte. »

Le film possède certaines séquences très graphiques. « La première fois que j'ai lu le scénario, je me souviens qu'il y avait beaucoup de ce genre de scènes, très graphiques et choquantes. Elles revenaient très souvent. Bien entendu, je comprenais l'idée derrière la répétition et son but, mais j'en ai parlé avec Jo. Je me demandais si ce n'était pas trop, si ce n'était pas trop répétitif. Il a toujours été très ouvert aux discussions. C'est quelque chose que j'ai beaucoup apprécié de lui, il était très attentif et disponible. Il a écrit le scénario seul, j'ai été l'une des premières personnes à le lire, alors j'ai pu lui donner mes impressions et mes commentaires dès le début. »

Comme il s'agit du sujet du film, avez-vous eu des discussions relatives à la consommation de matériel pornographique durant le tournage? « Pas vraiment. Nous avons davantage parlé de relations humaines, principalement des attentes que nous avons envers l'autre dans une relation amoureuse. À quel point sommes-nous capables d'accepter les différences de l'autre et comment les hommes et les femmes se voient l'un l'autre? Et quels sont les efforts qu'ils sont prêts à faire pour s'améliorer et arriver à accepter les défauts du partenaire? »

Joseph, Tony Danza, Brie Larson et Glenne Headly forment une famille plutôt spéciale. « Nous voulions tous faire partie de ces scènes de famille parce qu'elles étaient toutes si géniales. Cette famille italienne catholique du New Jersey où le père a un pouvoir certain, mais où les femmes peuvent également parler fort et déplacer de l'air était magnifique et fonctionnait merveilleusement au sein de l'histoire. Tony Danza est juste incroyable et particulièrement drôle. »

En tant que star hollywoodienne, vous êtes souvent considérée comme « un objet sexuel », croyez-vous qu'il est possible d'utiliser cette attention à son avantage ? « Certainement. Grâce à ça, j'ai pu participer à des campagnes publicitaires pour des produits cosmétiques et des marques de vêtements et être photographiée par des artistes de grand talent. J'ai été capable de l'utiliser à mon avantage, mais d'un autre côté, ça peut devenir très frustrant à certains moments parce que je me suis toujours considérée comme un « character actor », alors c'est très frustrant quand les médias nous placent dans une catégorie alors que le travail que je fais n'est pas orienté vers mon allure. Je crois qu'il faut être conscient de ses capacités et toujours pousser ses propres limites. »

Vous réaliserez votre premier film l'été prochain. Qui sont vos modèles? « J'ai été chanceuse. J'ai pu travailler avec des réalisateurs incroyables qui, comme Jo d'ailleurs, ont une vision de ce qu'ils font, mais qui sont toujours ouverts aux idées des autres, ouverts à la collaboration. Ils travaillent avec une équipe qu'ils ont engagée parce qu'ils la respectent et qu'ils sont ouverts à écouter ce qu'elle a à apporter à leur projet. J'ai appris beaucoup de leçons sur les plateaux de tournage, notamment ce qui fait une équipe de tournage heureuse; un camion de café, des beignes le matin et un bon traiteur; ça se résume au ventre finalement! »

Le premier film que Scarlett Johansson réalisera s'intitule Summer Crossing. « L'histoire se déroule en 1948. C'est à propos d'une adolescente de 19 ans qui vit à New York et qui a une relation avec un gardien de stationnement. C'est un film sur la perte de l’innocence. C'est une belle histoire d'amour. Ce genre d'histoire d'amour qui vous change et qui influencera votre vie sentimentale à jamais. »

Don Jon prend l'affiche en version originale anglaise et en version française ce vendredi.

Partager sur : Twitter Facebook
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.