rvcq
Mardi 26 février 2013 à 13h32

RVCQ 2013 : La SODEC assume sa part de responsabilités

Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

Même si une de nos productions québécoises a réussi à obtenir une place aux Oscars encore cette année, 2012 a été - comme on ne cesse de le répéter partout avec des graphiques, des déclarations-chocs et des articles de fond - l'une des pires années depuis dix ans en terme de parts de marché pour notre cinématographie. En 2012, le Québec n'a pas pu amasser plus que 4,8 % de parts de marché alors que 79% était accaparé par les États-Unis, 6% par la France, 1,5% par les productions canadiennes hors Québec et 8,7% par les autres pays, dont la Grande-Bretagne.

Lors d'une discussion publique sur la rentabilité des films qui se déroulait dans le cadre des Rendez-vous du Cinéma Québécois, Catherine Loumède, directrice de la division cinéma de la Société de développement des entreprises culturelles à la SODEC, a déclaré : « on a fait des choix, on a cru rejoindre un grand public et on s'est trompés: distributeurs, producteurs et institutions. On n'a pas rejoint le public ».

Madame Loumède a également précisé que la rentabilité des films était un faux débat, puisque « à part aux États-Unis, il n’y pas de cinématographie nationale rentable », ce qui est effectivement le cas si l'on ne tient compte que du box-office. Le film Omertà a été l'oeuvre québécoise la plus populaire et elle n'a récolté que 2,7 millions $ pour un budget d'environ 7 millions $, un chiffre qui demeure relatif puisqu'il n'inclut pas les dépenses publicitaires et autres frais adjacents. Même chose pour Les Pee-Wee : L'hiver qui a changé ma vie, qui a obtenu un budget presque équivalent à celui d'Omertà et qui n'a pas fait plus de 2,5 millions $ dans les salles québécoises.

Pour ne pas reproduire les mêmes erreurs que par le passé, la SODEC se dit prête à changer sa façon de faire, notamment en soutenant davantage les scénaristes, qui jouent un rôle important dans la réussite d'un film, à l'étape de l'écriture.

La SODEC a récemment annoncé qu'elle subventionnerait pour l'exercice financier 2012-2013, les films 1987, la suite de 1981 de Ricardo Trogi, Le temps que durent les roses, un film sur le dopage dans le sport écrit par Sophie Lorain, et le drame Qu'est-ce qu'on fait ici? écrit et réalisé par Julie Hivon.

En 2013, nous verrons, entre autres, sur nos écrans les longs métrages Lac mystère d'Érik Canuel, L'autre maison de Mathieu Roy, Miraculum de Podz ainsi que Amsterdam de Stefan Miljevic. Reste à voir si ces oeuvres permettront la remontée tant espérée du cinéma québécois dans les parts de marché.

Partager sur : Twitter Facebook
Actualités reliées
ACTUALITÉ (Samedi 2 février 2013 à 07h00) Ciné-Québec 2013 : Films à venir de EOne/Séville
ACTUALITÉ (Samedi 26 janvier 2013 à 08h00) Ciné-Québec 2013 : Films à venir de EOne/Vivafilm
ACTUALITÉ (Mardi 11 décembre 2012 à 08h35) La SODEC appuie six autres projets pour 2012-2013
ACTUALITÉ (Jeudi 13 septembre 2012 à 07h08) Téléfilm Canada et la SODEC appuient Brian
ACTUALITÉ (Vendredi 1 juin 2012 à 17h08) La SODEC annonce sa deuxième vague de financement 2012-2013
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.