entrevue
Jeudi 24 juillet 2014 à 15h56

Rock Demers parle de La gang des hors-la-loi

Photo Par Karl Filion

Une scène du film La gang des hors-la-loi

Le 24e film de la série des Contes pour tous, dont certains grands classiques datent d'il y a plus de trente ans, prend l'affiche ce vendredi. La gang des hors-la-loi, réalisé par Jean Beaudry et chapeauté par Rock Demers, met en vedette André Kasper, Guy Thauvette et plusieurs jeunes acteurs du Québec et du Nouveau-Brunswick.

Lors d'une projection de presse à Québec plus tôt cette semaine, le prolifique producteur du film a répondu à quelques questions, et expliqué la genèse du projet. « C'est tout un historique! En 1994, un vendredi après-midi, quelqu'un que je ne connaissais pas entre dans mon bureau. Il s'agit de Lance Woolaver, qui me dit qu'il a écrit un roman qui pourrait m'intéresser. Quelques semaines plus tard, je trouve enfin le temps de le lire, et je trouve qu'il y a certainement une adaptation cinématographique possible. Je reste sans nouvelles pendant deux ou trois ans, puis Lance suggère de faire une première version du scénario », explique Rock Demers.

« Cette première version était pleine de poésie, avec des personnages magnifiques, mais aucun enjeu dramatique. Je lui ai donc suggéré de travailler avec un vrai scénariste. Lance a donc travaillé avec André Melançon sur un scénario de film qui devait être tourné en anglais. Ils ont développé un très beau scénario, mais l'histoire se passait en 1960, et en principe les Contes pour tous se passent toujours aujourd'hui. »

« Mais je ne pouvais pas oublier ce projet, j'y tenais trop. Après quelques années encore, André a repris l'écriture, mais en français, de nos jours. Lorsqu'il a eu des problèmes de santé, c'est à Jean Beaudry que j'ai demandé de finir la scénarisation et de réaliser le film. »

Pourquoi l'histoire se déroule-t-elle au Nouveau-Brunswick? « On cherchait un petit village de pêcheurs en Gaspésie, et on avait trouvé des locations qui convenaient, mais souvent à plusieurs kilomètres l'une de l'autre. Un jour, Clarence Leblanc, d'une société de production au Nouveau-Brunswick, m'a contacté pour me parler de la région de Richiboucto et de Shediac, qui avait tout ce qu'on recherchait. »

« Je trouve formidable qu'un Conte pour tous - qui ont souvent été tournés partout dans le monde - se déroule au Nouveau-Brunswkick, c'était en quelque sorte le travail de toute la francophonie canadienne. Une chose que j'aime beaucoup, ce sont les quatre accents francophones qu'on retrouve dans le film. »

Quels thèmes vous tiennent particulièrement à coeur? « La relation entre les jeunes et les personnages âgés, l'esprit de gang. Les jeunes et les personnes âgées s'unissent pour contester une décision prise. »

Le meilleur exemple de cette distance entre les générations est la présence d'un jeune acteur de 12 ans, André Kasper, dans le rôle principal.Il joue le rôle de Nicolas, un jeune garçon dont le père vient de mourir. « J'ai beaucoup pensé à ce qu'il est devenu après que son père est décédé, et aussi à comment il était avant. Avant il aimait beaucoup la pêche, il adorait l'eau, il nageait toujours avec son père, mais après il est tombé un peu en dépression et il ne nage plus. J'ai aussi appris le baseball pour le film. Mon meilleur ami joue au baseball, il m'a montré un peu, et après je suis rentré dans une ligue, dans une équipe, maintenant je continue à jouer, j'aime vraiment ça. »

Il donne la réplique à l'expérimenté Guy Thauvette . « C'était comme mon grand-père. Il me donnait des conseils, il était vraiment un peu comme un frère genre, il était extraordinaire, fantastique. J'ai vraiment adoré travailler avec lui. »

Distribué par K-Films Amérique, La gang des hors-la-loi prend l'affiche ce vendredi à travers le Québec.

Partager sur : Twitter Facebook
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.