entrevue
Vendredi 26 mars 2010 à 13h05

Robert Morin parle de Journal d'un coopérant

Photo Par Karl Filion
Scène du film Journal d'un coopérant

Lorsque Robert Morin s'est rendu au Rwanda, en 2005, pour le tournage du film Un dimanche à Kigali, il a vu un pays ravagé par la guerre.« J'accompagnais ma compagne de vie qui faisait les décors du film. J'ai vu des camions d'aide internationale, l'ONU, et je me suis dit qu'il y avait moyen d'aider vraiment les gens, et j'avais le goût de prendre une année sabbatique de cinéma. Comme je suis bon menuisier, j'ai pensé que je pourrais aller bâtir des cabanes, alors je me suis mis à faire des recherches pour savoir à qui prêter mon marteau, et je suis tombé sur plein de statistiques. J'ai fait, en fait, ce que mon personnage n'a pas fait avant de partir. En m'informant, j'ai déchanté... il y a tellement de fuites possibles à l'argent. »

« J'ai trouvé aussi qu'il y avait une métaphore à faire entre l'aide internationale et l'amour des enfants. » De quelle façon? « Dans les deux cas, ça part avec une intention qui est sincère, et ça finit toujours par une manifestation de pouvoir sur des gens qui sont très fragiles, très fragilisés. Quand t'arrives avec ton gros truck, à Kigali ou n'importe où, c'est quand même une manifestation de ton pouvoir. C'est du néo-colonialisme. »

Est-ce que le scénario se développe autour d'impératifs narratifs, ou d'impératifs idéologiques? « Toujours narratifs. Je ne suis pas un cinéaste engagé et je ne veux pas en être un non plus. Pour moi, ce qui est important, c'est le glissement progressif d'un personnage qui perd toute confiance en lui, en ses idéaux; on suit une dépression nerveuse finalement. Comme dans Papa à la chasse aux lagopèdes et dans Petit Pow! Pow! Noël, ce sont des personnes qui se confient à la caméra, qui témoignent de leur chute à la caméra. »

« Avant d'être un statement politico-social, c'est une exploration d'une forme dramatique. »

À la différence de ces deux films, où vous aviez le contrôle sur tout, il y a pas mal d'éléments extérieurs. « Oui, ce n'est pas un huis clos. C'est un personnage sur une dent-de-scie, les chocs s'accumulent pour lui. » Il y a peu d'acteurs connus, et l'impression de réel est très forte. « C'est une fiction. Ce sont tous des acteurs, je les ai auditionnés, choisis et payés. Tout est joué dans le film. Il n'y a rien de documentaire là-dedans, sauf le dépotoir. Tout le reste est joué, répété. »

« À mon sens, une bonne fiction, c'est quelque chose dans lequel t'embarques, et tu finis par y croire. Quand c'est bien fait. Ce qui s'ajoute à mon truc, c'est la forme de la caméra, et le fait que les acteurs ne sont pas connus. C'est sûr que ça crée un effet documentaire qui ajoute à la « crédibilité » du projet. J'aurais pu prendre des acteurs connus, je me serais peut-être simplifié la vie sur le plateau, mais je ne suis pas sûr que je l'aurais fait. »

Cette impression de documentaire convainc davantage? « Dans ce contexte-là, oui. Tu veux donner l'impression que le gars a filmé ça dans son quotidien. » Le but, c'est que les gens y croient? « Oui! Si les gens croient au film, c'est eux qui partent avec le problème : est-ce que j'y crois à la coopération? C'est de créer des questions dans la tête des gens. Tu en créés plus si tu imites un documentaire que pour une fiction. »

Pourrait-on dire que le film ne serait pas « fini » s'il n'était pas diffusé? « Même s'il n'est pas diffusé longtemps, il faut qu'il se retrouve sur les écrans quelque part. Sinon, ça devient kafkaïen. C'est essentiel qu'un film soit vu. C'est un film à controverse, aussi, donc si ça part, ça peut partir et emmener de nouveaux publics. »

« C'est un film que j'ai fait volontairement pour déranger, je suis content qu'il dérange et que les gens qui vont le voir vont recevoir un coup de bâton dans la face. »

Journal d'un coopérant prend l'affiche aujourd'hui à Montréal.

Partager sur : Twitter Facebook
Actualités reliées
ACTUALITÉ (Vendredi 26 mars 2010 à 05h00) Nouveautés : How to Train Your Dragon et Chloe
ACTUALITÉ (Mercredi 10 février 2010 à 17h08) RVCQ 2010 : Dévoilement de la programmation
ACTUALITÉ (Lundi 25 janvier 2010 à 08h59) Journal d'un coopérant de Robert Morin fermera les Rendez-vous
DOSSIER (Mercredi 5 décembre 2007 à 14h00) Entrevue : Robert Morin et Louis Bélanger
ACTUALITÉ (Vendredi 30 novembre 2007 à 10h13) La Coop vidéo de Montréal fête ses 30 ans au Cinéma Beaubien
ACTUALITÉ (Vendredi 10 février 2006 à 16h35) Extrait exclusif de Que Dieu bénisse l'Amérique
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.