actualité
Vendredi 2 octobre 2009 à 05h00

Nouveautés : Zombieland, Mon amour

Photo Par Karl Filion
Jesse Eisenberg et Woody Harrelson dans Zombieland

Voici les nouveautés de la semaine :

Zombieland (Zombieland) - États-Unis - 88 min.

Réalisé par Ruben Fleischer. Avec Woody Harrelson, Jesse Eisenberg.

Dans une Amérique décimée par un virus qui a transformé tous les habitants en zombies sanguinaires, Columbus, un jeune homme timide qui a développé toute une série de règles élémentaires pour survivre, rencontre un redneck nonchalant désespérément à la recherche d'un Twinkie. Sur leur route, ils croisent deux soeurs malhonnêtes, Wichita et Little Rock, qui ont trouvé un moyen de survivre. Elles veulent se rendre dans un parc d'attraction en Californie qui ne serait apparemment pas infesté par les zombies.

Bright Star (Mon amour) - Grande-Bretagne, Australie, France - 119 min.

Réalisé par Jane Campion. Avec Ben Wishaw, Abbie Cornish.

Au XIXe siècle, le poète romantique John Keats tient le chevet de son frère mourant en Angleterre. Lorsque la mort emporte son cadet, John se retire dans la maison de campagne de son bon ami Charles Brown. Il s'éprend alors de Fanny Brawne, une fougueuse jeune femme qui aime la couture et les soirées mondaines, à qui il donne des leçons de poésie. Bien que son confrère Charles tente de le convaincre de l'insupportable frivolité de Fanny, John ne peut que rêver de ses lèvres. Les deux amoureux se fiancent à Noël 1819. Un soir, John, qui a été prisonnier d'une violente tempête, revient très malade à la maison. La souffrance ne cesse de le marteler jusqu'à ce que ses amis lui conseillent de quitter l'Angleterre pour de plus chaudes contrées.

Capitalism : A Love Story (Capitalisme : Une histoire d'amour) - États-Unis - 120 min.

Réalisé par Michael Moore.

Le documentariste Michael Moore examine, comme il l'a fait il y a vingt ans avec Roger and Me, l'impact qu'ont les politiques économiques des grosses entreprises américaines sur les simples travailleurs. Liant certains hauts dirigeants d'entreprise au pouvoir en place, il aborde le plan de relance de l'économie qui a coûté plusieurs milliards aux contribuables américains. À travers l'exemple d'entreprises coopératives, de familles expropriées ou celui de travailleurs de Chicago qui ont occupé leur usine afin d'être payés, Moore révèle que l'amour que les Américains ont toujours porté à leur système économique s'est effrité.

Whip It! (Ça roule!) - États-Unis - 111 min.

Réalisé par Drew Barrymore. Avec Ellen Page, Juliette Lewis.

Bliss Cavendar est une jeune fille atypique d'un petit village du Texas. Poussée par sa mère à participer à des concours de beauté, elle travaille à temps partiel dans un snack bar des environs. Avec sa meilleure amie Pash, elle se rend à Austin afin d'assister à une compétition féminine de roller derby, un sport robuste qui se joue en patins à roulettes. Admise dans l'équipe grâce à sa vitesse, Bliss domine la ligue sous le nom de « Babe Ruthless ». Tant que se parents n'apprennent pas qu'elle participe à cette activité underground, tout ira bien. Bliss trouve une grande complicité avec ses coéquipières et rencontre même un charmant garçon...

Toy Story 1 and 2 - 3D (Histoire de jouets 1 et 2 - 3D) - États-Unis - 88 et 92 min.

Réalisé par John Lasseter. Avec les voix de Tom Hanks, Tim Allen.

Woody, le jouet préféré d'Andy, ne se sent pas menacé par l'arrivée de Buzz Lightyear, un jouet astronaute qui croit être en mission. Jaloux, Woody met la vie de Buzz en danger afin de s'en débarrasser. Pris de remords et rejeté par ses compagnons, Woody se lance à la rescousse de Buzz, qui a été recueilli par Sid, un jeune voisin qui fait la vie dure à ses jouets. Quelques temps plus tard, Woody est enlevé par le propriétaire d'un magasin de jouets qui veut le vendre à gros prix à un musée, Buzz Lightyear et tous ses compagnons se précipitent à sa rescousse. Woody, qui a fait la rencontre de Jesse et de Pete le Prospecteur, se laisse convaincre qu'une retraite éternelle est préférable que d'être abandonné par Andy lorsqu'il grandira.

It Might Get Loud - États-Unis - 98 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par David Guggenheim.

Trois célèbres guitaristes rock, Jimmy Page (Led Zeppelin), The Edge (U2), et Jack White (The White Stripes) se rencontrent et racontent certains de leurs souvenirs, de leurs histoires musicales ainsi que des détails sur leur technique. Est révélé de quelle façon chacun de ses musiciens a travaillé à l'élaboration d'un son et d'un style qui lui est propre, au fil du temps. Les trois artistes sont filmés alors qu'ils se retrouvent dans différents lieux et villes. Se déroulent aussi de singulières discussions sur le comment et le pourquoi ils jouent de la guitare et composent de la musique.

Cliente - France - 104 min.

Réalisé par Josiane Balasko. Avec Nathalie Baye, Eric Caravaca.

Marco et Fanny, un couple de trentenaires, sont amoureux et heureux. Depuis quelques temps, leurs ennuis financiers semblent être réglés. Fanny ignore la véritable source de ces revenus inattendus. Marco fait des chantiers le soir, mais le jour, il devient Patrick, une escorte de luxe. Il rencontre ainsi Judith, une séduisante femme de carrière divorcée, qui a couramment recours aux services sexuels de jeunes escortes masculines. Judith devient une cliente régulière de Patrick, et chacun s'attache à l'autre plus qu'il ne l'aurait cru. Les choses se compliquent davantage lorsque Fanny découvre le pot-aux-roses et la véritable carrière d'appoint de son mari...

Je suis heureux que ma mère soit vivante - France - 90 min.

Réalisé par Claude et Nathan Miller. Avec Vincent Rottiers, Sophie Cattani.

L'enfance de Thomas n'a rien d'une sinécure. Son petit frère et lui-même, enfants d'une jeune mère irresponsable, sont très tôt placés en adoption. Si son frère s'adapte plutôt bien à son nouvel environnement, Thomas, lui, refuse de reconnaître à ses nouveaux parents leur rôle hiérarchique. Contestataire et enfant turbulent, il est finalement placé dans un internat. La santé mentale de Yves, son père d'adoption, s'écroule cependant. Thomas devient mécanicien. Un beau jour, il part à la recherche de sa vraie mère. Surprise, elle semble s'être figée dans le temps. Sa beauté, son allure... Elle a un autre fils, elle travaille comme infirmière. Thomas s'attache de plus en plus à cette famille qui aurait pu être la sienne...

Je te mangerais - France - 100 min.

À Montréal seulement.

Réalisé par Sophie Laloy. Avec Judith Davis, Isild Le Besco.

Marie est une jeune musicienne de talent qui emménage à Lyon dans l'appartement d'Emma, une amie d'enfance. Emma se réjouit particulièrement de l'arrivée de Marie, qui comble de sa présence l'immense vide laissé dans son logis par les départs successifs de son père, mort, et de sa mère, portée disparue. Mais alors que Marie tente de s'adapter à la rigueur des études que lui impose le conservatoire, la présence d'Emma dans tous les aspects de sa vie se fait de plus en plus lourde, oppressante, perturbante... Tout cela n'est pas sans bouleverser Marie, qui ne sait plus que choisir entre la fuite et l'abandon.

Antoine - Canada - 81 min.

À Montréal seulement.

Réalisé par Laura Bari.

Antoine, un petit garçon montréalais d'origine vietnamienne, est aveugle de naissance. Né prématurément, ses rétines se sont décollées pendant qu'il était maintenu en vie dans un incubateur. Laura Bari filme le parcours de cet enfant à ses débuts à l'école régulière, où tout est mis en oeuvre pour qu'il puisse évoluer au même rythme que ses camarades de classe. Elle le suit également dans son monde imaginaire, dans lequel il est détective privé, conduit une voiture et mène des enquêtes avec ses amies Julietta et Maelle. À l'aide d'un micro, Antoine capture aussi les bruits qui attirent son attention, participant ainsi à la création de la bande sonore du film.

The Invention of Lying - États-Unis - 99 min.

Réalisé par Ricky Gervais, Matthew Robinson. Avec Ricky Gervais, Jennifer Garner.

Dans un monde où les humains ne connaissent pas le mensonge ni la tromperie, Mark Bellison fait la rencontre d'Anna. Cette dernière, à la recherche d'un homme doté de gènes suffisants pour sa progéniture, repousse d'abord Mark, qui est petit et grassouillet et qui vient de perdre son emploi de scénariste. Lorsque Mark apprend à mentir, et réalise qu'il peut faire croire tout ce qu'il dit à n'importe qui, il devient riche et célèbre. Cela ne suffit pas à Anna, qui le trouve toujours petit et grassouillet. Pendant ce temps, Mark devient un héros national alors qu'il dévoile au monde ce qui survient après la mort.

The Boys are Back - Australie, Grande-Bretagne - 104 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par Scott Hicks. Avec Clive Owen, Nicolas McAnulty.

Joe Warr est un journaliste sportif en pleine crise existentielle. Sa femme vient de mourir d'un cancer foudroyant, le laissant seul avec son fils de six ans. Désemparé, il broie du noir, ne sachant s'en occuper correctement. Au lieu d'user de discipline, il acquiesce à toutes ses demandes. La situation ne s'améliore guère lorsque son autre fils adolescent quitte ses pénates de l'Angleterre pour venir le rejoindre en Australie. Le trio doit dorénavant s'habituer à sa nouvelle réalité sans présence féminine. Un jour, le paternel se voit contraint de reprendre ses occupations, ce qui l'oblige à s'éloigner de la demeure familiale.

Les résumés ont été rédigés par Cinoche.com.

Partager sur : Twitter Facebook
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.