actualité
Vendredi 31 octobre 2008 à 05h00

Nouveautés : Zack et Miri font un porno

Photo Par Karl Filion
Elizabeth Banks et Seth Rogen dans Zack et Miri font un porno

Voici les nouveautés de la semaine :

Zack and Miri Make a Porno (Zack et Miri font un porno) - États-Unis - 101 min.

Réalisé par Kevin Smith. Avec Seth Rogen, Elizabeth Banks.

Incapables de payer les comptes et le prochain loyer, Zack et Miri, colocataires et amis de longue date, inspirés par leur rencontre avec une star du cinéma XXX, décident de produire un film pornographique dont ils seront les vedettes. En peu de temps, ils ont convaincu Lester, collègue de Zack, de leur avancer l'argent, et réquisitionné par petites annonces une équipe d'interprètes hauts en couleur pour s'envoyer en l'air avec eux sous l'oeil de la caméra. Mais au premier jour de tournage, le garage dans lequel les compères avaient improvisé un studio est démoli. Changeant leur fusil d'épaule, l'équipe modifie radicalement le scénario et amorce le tournage, de nuit, dans le café où Zack et Lester travaillent. À mesure qu'approche le moment où Zack et Miri auront à partager l'écran, la gêne s'installe entre eux. Et la tension érotique monte d'un cran.

Changeling (L'échange) - États-Unis - 141 min.

Réalisé par Clint Eastwood. Avec Angelina Jolie, John Malkovich.

Los Angeles, 1928. Christine Collins, superviseure au standard téléphonique, découvre en rentrant du travail que Walter, son garçon de huit ans, a disparu. L'enquête pour le retrouver semble être dans l'impasse lorsque le capitaine Jones vient lui apprendre que le gamin a été retrouvé sain et sauf. Or, l'enfant qu'on lui jette dans les bras, sous l'oeil des médias, n'est pas Walter. Au grand désarroi de Christine, Jones refuse de la croire et la force à prendre le jeune imposteur avec elle, déployant une série de mesures douteuses pour la convaincre qu'elle se trompe puis, voyant qu'elle se braque, pour la faire taire. Le révérend Briegleb, en croisade contre les membres corrompus de l'administration municipale, lui vient en aide. Mais il faudra attendre la confession d'un adolescent pour que l'enquête sur la disparition de Walter reprenne.

Un capitalisme sentimental - Québec - 93 min.

Réalisé par Olivier Asselin. Avec Lucille Fluet, Alex Bisping.

En 1929, Fernande Bouvier, une femme sans intérêt qui vivote à Paris auprès d'un artiste aux idéaux révolutionnaires, devient à son insu l'objet d'un pari entre trois hommes d'affaires américains: Charles, un propriétaire minier, George, un fabriquant de cuvettes, et Victor, un spéculateur qui, convaincu que l'on peut artificiellement créer la demande pour un produit, a l'idée folle de coter Fernande Bouvier en bourse. Or, à la suite d'une campagne publicitaire musclée, tout Wall Street s'arrache les actions de l'insolite compagnie. Peu après, sous le nez de Victor épris d'elle, Fernande épouse Charles, puis George, dont les affaires péréclitent. Bientôt lasse de se sentir exploitée, Fernande décide de faire la grève, provoquant une crise boursière d'une ampleur inégalée.

The Haunting of Molly Hartley (Le cauchemar de Molly Hartley) - États-Unis - 85 min.

Réalisé par Mickey Lidell. Avec Haley Bennett, Jake Weber.

En franchissant le seuil de sa nouvelle école de Boston, où elle a été admise en dernière année du secondaire, Molly Hartley espère oublier que sa mère, maintenant internée dans un institut psychiatrique, a tenté de la tuer. Les premiers jours coulent paisiblement et la jeune élève fait la connaissance d'un garçon populaire qui en pince pour elle. Mais le mauvais sort dont elle semble frappée refait surface, sous forme d'hallucinations funestes. La fréquence de celles-ci s'accélère à mesure qu'approche son dix-huitième anniversaire, jour au cours duquel le diable, à qui elle aurait été promise, s'emparera d'elle.

What Just Happened? - États-Unis - 107 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par Barry Levinson. Avec Robert De Niro, Robin Wright-Penn.

Ben, un puissant producteur hollywoodien, est à la croisée des chemins. Son plus récent film vient de connaître une désastreuse projection-test et la dirigeante du studio exige que la fin soit changée, au grand dam du réalisateur, qui y voit une violation de son intégrité artistique. Plus conciliant, Ben sait qu'il doit plier. Surtout que son projet suivant, dont le tournage est imminent, souffre déjà des caprices de sa star, Bruce Willis. Sa vie personnelle n'est guère plus simple, Ben éprouvant encore des sentiments très forts pour Kelly, son ex-épouse et mère de ses deux jeunes enfants. Alors que se prépare une importante séance de photo consacrée aux producteurs hollywoodiens les plus en vue, Ben tente tant bien que mal de sauver sa place dans l'image.

RocknRolla - Grande-Bretagne, États-Unis - 114 min.

Réalisé par Guy Ritchie. Avec Gerard Butler, Tom Wilkinson.

Grâce à un prêt de Lenny, un caïd londonien ayant dans sa poche la moitié des dirigeants du pays, One Two, efficace homme de main, s'est lancé dans la spéculation immobilière. Or, le pauvre malfaiteur n'est qu'un pion dans les mains de Lenny, qui se sert de lui pour acquérir des propriétés dans ce marché très concurrentiel, qui surclasse celui de la drogue. Contraint sous la menace de rembourser sa dette au débiteur qui l'a arnaqué, One Two et ses acolytes acceptent de monter une affaire avec une comptable corrompue à la solde d'un parrain de la pègre russe.

Le premier jour du reste de ta vie - France - 114 min.

Réalisé par Rémi Bezançon. Avec Jacques Gamblin, Zabou Breitman.

Cinq instantanée de la vie d'une famille, depuis 1988, année du départ de la maison d'Albert, le fils aîné, jusqu'au décès en 2000 de Robert, le père chauffeur de taxi. Entre ces deux dates: le combat de Marie-Jeanne, mère au foyer, pour redonner un sens à sa vie et apprivoiser Fleur, sa benjamine taciturne, hostile à toute forme d'autorité; les efforts de Robert pour garder contact avec son aîné industrieux, devenu chirurgien esthétique, et aider son cadet Raphaël, glandeur et poète, à voler de ses propres ailes. Avec maladresse parfois, Robert voudrait donner à ses enfants, en quête existentielle perpétuelle, l'amour et la reconnaissance que son propre père, intellectuel mesquin, lui a refusé toute sa vie.

Heaven on Earth - Canada - 104 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par Deepa Mehta. Avec Preity Zinta, Vansh Bhardwaj.

Chand, une jeune et ravissante Indienne, s'apprête à s'envoler pour Toronto où l'attend sa future belle-famille. Il s'agit d'un mariage arrangé, tradition à laquelle semble se soumettre sans réserve la promise. Le matin du départ, sa mère tient toutefois à lui rappeler une vieille légende, que Chand connaît pourtant par coeur, celle du pèlerin et du cobra. La noce a lieu le lendemain de son arrivée au Canada alors que tombe la première neige. Après le mariage, la nouvelle épouse déchante: sa belle-mère la déteste, son mari la bat. Désespérée, elle se réfugie de plus en plus dans le souvenir des contes de son enfance. Dans ses rêveries, elle devient le pèlerin de la légende. Ce n'est qu'une question de temps avant que ne se manifeste le cobra.

The Other End of the Line - États-Unis - 105 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par James Dodson. Avec Jesse Metcalfe, Shria Saran.

En Inde, une fille de bonne famille travaillant pour le centre d'appel d'une grande banque américaine, décide sur un coup de tête de se rendre à San Francisco afin d'y rencontrer un client victime de fraude, de qui elle s'est éprise au téléphone.

Made in Jamaica - France - 110 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par Jérôme Laperrousaz.

Prenant pour point de départ le meurtre du danseur populaire Gerald «Bogle» Levy, ce documentaire pose un regard sur la société jamaïcaine contemporaine, ses misères et sa violence, à travers les témoignages de musiciens et chanteurs de la scène reggae et dancehall.

Patti Smith: Dream of Life - États-Unis - 109 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par Steven Sebring.

Assise dans un coin de sa chambre dans son appartement new-yorkais, l'icône rock Patti Smith contemple le désordre. En voix off, elle relate les moments marquants de son enfance et de sa jeunesse, puis son arrivée à New York, au début des années 1970. Sur une période de 11 ans, le documentaire suit l'artiste un peu partout dans le monde mais, surtout, plonge dans son univers intérieur, qu'elle révèle au fil d'une narration introspective et la lecture de textes et poèmes de Blake, Ginsberg, Burroughs et Baudelaire, entre autres.

Les résumés proviennent de Médiafilm.

Partager sur : Twitter Facebook
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.