actualité
Vendredi 24 août 2007 à 05h00

Nouveautés : Le journal d'une nanny, Guerre et Mr. Bean

Photo Par Karl Filion
Scarlett Johansson dans Le journal d'une nanny

Voici les nouveautés de la semaie :

The Nanny Diairies (Le journal d'une nanny) - États-Unis - 104 min.

Réalisé par Shari Springer Berman et Robert Pulcini. Avec Scarlett Johansson, Laura Linney.

Alors qu'elle remet en question ses projets de carrière dans le monde de la finance, Annie Braddock, 21 ans, se voit offrir un poste inattendu: celui de nanny pour un gamin de cinq ans, rejeton d'un couple très fortuné du Upper East Side de Manhattan. Bientôt, les frustrations de madame X, épouse oisive d'un homme d'affaires absent et caractériel, rejaillissent sur Annie, déjà soumise à un code de conduite sévère qui lui interdit notamment de fréquenter des garçons. Malgré que s'additionnent les exigences irrationnelles et demandes inhabituelles, Annie s'attache à son protégé, et réciproquement. Au point d'ailleurs où la jeune femme, témoin involontaire de l'effritement du couple de madame X, se refuse à quitter son emploi afin de ménager le petit.

Mr. Bean's Holidays (Les vacances de Mr. Bean) - Grande-Bretagne, États-Unis - 89 min.

Réalisé par Steve Bendelack. Avec Rowan Atkinson, Willem Dafoe.

Heureux gagnant d'une caméra vidéo et d'un voyage sur la Côte d'Azur, M. Bean, Londonien hurluberlu, débarque en France avec sa maladresse proverbiale. Par sa faute, un célèbre réalisateur russe, membre du jury au Festival de films de Cannes, rate le train sur lequel l'attend son fils Stepan. Le coeur sur la main, M. Bean se propose de conduire l'enfant à bon port. Mais les autorités, qui croient à un kidnapping, lancent un avis de recherche contre lui. Occupé à filmer tout ce qu'il voit, M. Bean perd son portefeuille, puis son passeport, et enfin Stepan. Ayant atterri accidentellement sur le plateau d'une pub tournée par Carson Clay, cinéaste américain égocentrique, le sujet le plus gaffeur de sa Majesté attire l'attention d'une starlette française qui lui offre de l'accompagner à Cannes où le film de Clay est projeté en compétition.

War (Guerre) - États-Unis - 103 min.

Réalisé par Philip G. Atwell. Avec Jason Statham, Jet Li.

Lorsque son confrère d'origine asiatique et sa famille sont assassinés, l'agent du FBI Jack Crawford jure d'avoir la peau de Rogue, dont il croit avoir reconnu la signature funeste sur les lieux incendiés du crime. Trois ans plus tard, le mystérieux assassin sort de l'ombre dans le but de provoquer une guerre entre Chang, chef des triades chinoises de San Francisco, et Shiro, qui dirige les yakuzas du Japon. Ce dernier, ignorant des projets de Rogue, envoie sa fille en Californie afin qu'elle veille à ce que les deux statuettes convoitées par son ami Chang arrivent à bon port. Peu de temps après, Rogue, dans l'intimité des deux chefs, trahit leur confiance et, du coup, les renvoie dos-à-dos. Pendant ce temps, Crawford, abandonné par sa femme et son fils, reprend l'enquête dans l'espoir d'affronter Rogue.

Ten Canoes (Ten Canoes) - Australie - 91 min.

À Montréal seulement.

Réalisé par Rolf de Heer. Avec Crusoe Kurddal, Jamie Dayindi Gulpilil Dalaithngu.

Au début du XXe siècle, dans le nord-est de l'Australie, dix aborigènes partent chasser au bord d'un marais, confectionnant sur place leurs canoës d'écorce. L'un des chasseurs, l'inexpérimenté Dayindi, convoite la plus jeune épouse de son frère aîné, le sage Minygululu. Ce dernier, au fait de la situation, profite de ce séjour prolongé loin de leur tribu pour raconter à son petit frère une histoire s'étant déroulée il y a plus de mille ans. En ce temps-là, un célibataire brûlait de désir pour la plus jeune femme de son grand frère, le chef du clan. Or, l'arrivée d'un étranger possédant des pouvoirs magiques avait déclenché une séquence d'événements dramatiques. Après avoir entendu cette histoire, Dayindi préférera attendre d'être plus vieux avant de prendre épouse.

Paprika - Japon, États-Unis - 90 min.

À Montréal seulement.

Réalisé par Satoshi Kon.

Un malfaiteur s'empare d'un prototype révolutionnaire, le DC Mini, permettant aux psychothérapeutes d'enregistrer dans Internet les rêves de leurs patients. Son but: détraquer la psyché des citoyens de sa ville. Inquiétée par les délires hallucinogènes de son supérieur, une des premières victimes du DC Mini, la docteure Atsuko Chiba parvient à ramener celui-ci dans le monde réel en se dédoublant en un alter ego onirique appelé Paprika, capable de s'introduire dans le subconscient des autres. Aidée par un collègue boulimique et un détective, la scientifique se soumet à son tour à la périlleuse expérience du DC Mini. Au gré de ses allers-retours entre les deux mondes, elle tente de mettre en échec le projet machiavélique du criminel.

Resurrecting the Champ - États-Unis - 112 min.

À Montréal en en anglais seulement.

Réalisé par Rod Lurie. Avec Josh Hartnett, Samuel L. Jackson.

Erik, ambitieux journaliste sportif d'un quotidien de Denver, fait par hasard la connaissance de Champ, un itinérant en qui il reconnaît un ex-champion de boxe que tout le monde croyait mort. Pressentant d'excellentes retombées professionnelles pour ce scoop inattendu, le jeune reporter convainc son nouvel ami, qui écume les poubelles de la ville, de lui raconter son incroyable histoire de gloire et de déchéance. Entre les deux hommes, un lien de confiance se tisse peu à peu. Au contact du vieux boxeur, le journaliste en vient à modifier sa vision du monde, et à se rapprocher de son jeune fils, duquel il vit séparé. Publié dans un prestigieux magazine, l'article fait d'Erik un des journalistes les plus convoités de la profession. Mais dans le milieu de la boxe, il soulève des doutes quant à son bien-fondé.

Sunflower - Chine - 129 min.

À Montréal en en anglais seulement.

Réalisé par Zhang Yang. Avec Sun Haiying, Joan Chen.

Beijing, 1976. Après six années passées dans un camp de travail, Zhang Gengnian retrouve les siens. Or, le contact avec son fils de neuf ans, Xiangyang, s'avère particulièrement difficile. Ce dernier, qui a grandi dans une relative insouciance auprès de sa mère, n'apprécie guère qu'un «inconnu» lui dicte ses quatre volontés. Encore moins qu'il lui impose ses rêves d'artiste en le forçant à pratiquer le dessin. Presque 20 ans s'écoulent. Les relations entre père et fils n'ont guère progressé. Xiangyang, qui rêve de quitter la maison pour aller découvrir le monde, y renonce devant le refus catégorique de son père. Quelques années plus tard, Xiangyang est marié. Ses parents lui demandent de leur donner un descendant. Cette requête devient aussitôt la source d'un nouvel affrontement.

Balls of Fury (Balles en feu) - États-Unis - 90 min.

Dès le mercredi 29 août.

Réalisé par Robert Ben Garant. Avec Dan Fogler, Christopher Walken.

Randy Daytona, ex-champion de ping-pong à la retraite depuis sa défaite cuisante aux Jeux de Séoul en 1988, se laisse convaincre par Rodriguez, un agent du FBI, de participer à un tournoi illégal. Celui-ci est organisé par Feng, un caïd soupçonné de trafic d'armes, dont on ne connaît pas le visage, et qui a autrefois causé la mort du père de Randy. Pour remettre à niveau le pongiste, aujourd'hui débraillé et ventripotent, Rodriguez fait appel à un restaurateur expert en ping-pong et à la nièce sexy de ce dernier, lesquels ont tous deux un compte à régler avec Feng. Ayant eu vent des progrès de Randy, le puissant mafieux l'invite dans son domaine secret en Amérique Centrale pour le faire participer à son fameux tournoi. Sans toutefois l'aviser que les concurrents défaits seront froidement mis à mort.

Les résumés proviennent de Médiafilm.

Partager sur : Twitter Facebook
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.