actualité
Vendredi 23 avril 2010 à 05h00

Nouveautés : Le journal d'Aurélie Laflamme

Photo Par Karl Filion
Geneviève Chartrand et Marianne Verville dans Le journal d'Aurélie Laflamme

Voici les nouveautés de la semaine.

Le journal d'Aurélie Laflamme - Québec - 108 min.

Réalisé par Christian Laurence. Avec Marianne Verville, Édith Cochrane.

Aurélie Laflamme est une adolescente de quatorze ans qui se sent comme une extraterrestre dans ce monde étrange qui est le nôtre. Depuis la mort de son père il y a cinq ans, la jeune femme vit seule avec sa mère qui voue un culte obsessionnel au ménage. Avec sa meilleure amie, Kat, qui s'éprend d'un dégénéré, et ses professeurs qui ne comprennent pas son humour et qui l'envoient continuellement au bureau du directeur, Aurélie tente de gérer cette existence au mieux de son pouvoir tout en souhaitant que sa planète d'origine lui envoie un signe et l'aide à traverser l'adolescence.

The Back-Up Plan (Le plan B) - États-Unis - 105 min.

Réalisé par Alan Poul. Avec Jennifer Lopez, Alex O'Loughlin.

Zoe rêve d'avoir des enfants. Échaudée par ses précédentes relations qui ont mal tourné, elle décide d'exaucer son voeu en recourant à l'insémination artificielle. Peu de temps après cette importante décision, la jeune femme fait la connaissance de Stan. Même si ce n'est pas nécessairement le coup de foudre à leur première rencontre, le charme de l'un opère sur l'autre, et vice-versa. Apprenant qu'elle est effectivement enceinte, Zoe tarde à annoncer la nouvelle à son nouveau compagnon. Pendant neuf mois, les amants passeront leur temps à s'éloigner et à se rapprocher, mettant sérieusement à l'épreuve leur couple.

Coco Chanel et Igor Stravinsky - France - 120 min.

À Montréal seulement.

Réalisé par Jan Kounen. Avec Anna Mouglalis, Mads Mikkelsen.

Suite à la présentation controversée du Sacre du printemps, au Théâtre des Champs Élysées de Paris, en 1913, la couturière de renom Coco Chanel s'éprend du compositeur Igor Stravinsky. Sept ans plus tard, suite à la mort de Boy Chapel, elle décide de l'inviter, avec sa famille, à emménager dans sa maison de campagne afin de lui offrir un lieu de travail propice à la création d'une nouvelle oeuvre moderne et révolutionnaire. Les deux créateurs amorcent une relation passionnelle au beau milieu des quatre enfants de Stravinsky et de sa femme, maintenant gravement malade.

The Losers (Losers) - États-Unis - 98 min.

Réalisé par Sylvain White. Avec Jeffrey Dean Morgan, Zoe Saldana.

Cinq soldats d'élite de l'armée américaine - Clay, Jensen, Roque, Pooch et Cougar - sont témoins d'une tragédie orchestrée par le mégalomane Max lors d'une mission de routine en Bolivie. Bien décidés à se venger, ils acceptent l'aide d'une mercenaire mystérieuse, Aisha, qui leur permet de rentrer à Amérique à condition qu'ils éliminent Max. Ce dernier essaie de vendre aux puissances mondiales une arme de destruction massive de haute-technologie. Alors que leur confiance est rudement mise à l'épreuve, les cinq hommes devront redoubler d'ardeur et d'inventivité afin de capturer et tuer Max.

Max Manus - Norvège, Danemark, Allemagne - 118 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par Joachim Rønning, Espen Sandberg. Avec Aksel Hennie, Nicolai Cleve Broch.

Après avoir combattu les Russes en Finlande, Max Manus revient en sa Norvège natale occupée, où il retrouve ses amis et se joint au mouvement de Résistance. Rapidement, il est repéré par ses ennemis, mais réussit, grâce à deux coups d'éclat consécutifs, à s'échapper de leurs griffes. Il se retrouve alors en Écosse, où il retrouve son meilleur ami Gregers, avec qui il sera éventuellement chargé de mener des opérations de sabotage contre le régime nazi. Tout au long de la guerre, c'est ce qu'il fera, gravant ainsi son nom dans l'Histoire. Mais le prix à payer pour devenir un héros national en vaut-il réellement la peine?

La Nana (La bonne) - Chili, Mexique - 95 min.

À Montréal seulement.

Réalisé par Sebastián Silva. Avec Catalina Saavedra, Claudia Celedón.

Raquel est une servante qui est au service de la même famille depuis plus de vingt ans. Ses patrons, la voyant maintenant s'effriter devant leurs yeux, décident de la soulager d'une partie de son travail en engageant une autre nounou. Mais Raquel ne veut rien entendre, refuse littéralement de partager son espace. À ce point qu'elle n'hésitera pas à attaquer, par des méthodes également puériles que perverses, les autres servantes qui seront engagées par la maison, cela jusqu'à ce que son corps, lui-même, la force à prendre du recul, à accepter dans son entourage la présence de Lucy, une femme dynamique et audacieuse, avec qui elle développera une relation d'amitié salvatrice.

A Shine of Rainbows - Irlande, Canada - 101 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par Vic Sarin. Avec John Bell, Connie Nielsen.

Tomas, un petit garçon de 8 ans vivant dans un orphelinat décadent, est un jour adopté par Maire, une femme resplendissante et remplie d'affection. Rapidement, tous deux se rendent sur une île éloignée d'Irlande, où se trouve la demeure que partage Maire avec son mari, Alec. Ce dernier, visiblement moins enthousiaste que sa femme à l'idée d'adopter un enfant, éprouve bientôt des difficultés à communiquer avec Tomas. Le temps passe. Peu à peu, le petit Tomas s'adapte à sa nouvelle vie, se faisant même quelques amis au passage. Mais comme la santé physique de Maire commence à se détériorer, ces premiers instants de bonheurs sont aussitôt menacés. Tomas devra-t-il retourner dans son orphelinat? Seul Alec peut maintenant décider du contraire.

L'épine dans le coeur - France - 86 min.

À Montréal seulement.

Réalisé par Michel Gondry.

Le cinéaste français Michel Gondry tourne sa caméra en direction de sa tante Suzette, et refait, en sa compagnie, le parcours de sa vie d'institutrice dans les Cévennes, une région montagneuse de la France, située à cheval entre les départements de la Lozère et du Gard. Le simple fait de retourner dans les souvenirs de sa tante, de l'interroger, de lui offrir la parole semble faire s'envoler une couche de poussière qui recouvrait, depuis trop longtemps sûrement, les blessures cachées de son âme. En poursuivant la discussion avec Jean-Yves, le fils de Suzette, c'est le portait d'une famille aimante mais légèrement dysfonctionnelle que construit finalement Gondry. Le portait de sa propre famille.

American Radical: The Trials of Norman Finkelstein - Canada, États-Unis, Israël, Liban, Palestine - 84 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par David Ridgen, Nicolas Rossier.

Norman Finkelstein est un intellectuel américain d'origine juive spécialisé dans les sciences politiques. Ses récents travaux, tous aussi controversés les uns que les autres, dénoncent, en bloc, l'industrialisation de la Shoah qu'auraient accomplie les siens au cours des dernières décennies, cela pour des raisons politiques et économiques. Ses prises de position radicales sur le conflit israélo-palestinien, de même que son insistance à dévoiler les fraudes intellectuelles d'universitaires hauts placés, lui vaudront de se retrouver à de très nombreuses reprises sur le banc des accusés. Norman Finkelstein, antisémite notoire ou brillant intellectuel? Voilà la question à laquelle tentent, ici, de répondre les documentaristes David Ridgen et Nicolas Rossier.

Les résumés ont été rédigés par Cinoche.com.

Partager sur : Twitter Facebook
Actualités reliées
ACTUALITÉ (Vendredi 16 avril 2010 à 05h00) Nouveautés : Kick-Ass et Death at a Funeral
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.