actualité
Vendredi 13 juillet 2007 à 05h00

Nouveautés : Le directeur selon Von Trier

Photo Par Karl Filion
Iben Hjejle dans Le directeur

Voici les nouveautés de la semaine :

The Boss of it All (Le directeur) - Danemark, Suède, France, Italie - 99 min.

Réalisé par Lars Von Trier. Avec Jens Albinus, Peter Ganzler.

Ravn s'apprête à vendre sa société informatique à un homme d'affaires islandais qui insiste pour traiter avec le directeur. Seul hic dans l'affaire: au moment de créer sa compagnie, Ravn s'est inventé un patron fictif à qui il faisait prendre les décisions impopulaires. Afin de finaliser la vente, il fait appel à un comédien au chômage, Kristoffer, à qui il fait jouer le rôle du directeur, le temps d'une signature. Mais la transaction ne se déroule pas comme prévu et Kristoffer se voit contraint de jouer le grand patron pendant toute une semaine auprès des employés dubitatifs. Réalisant chemin faisant la duplicité de Ravn, l'acteur décide de déjouer ses plans.

God Grew Tired of Us - États-Unis - 86 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par Christopher Quinn.

John, Daniel et Panther font partie des quelque 20 mille «garçons perdus» qui, fuyant leur Soudan natal déchiré par la guerre civile, ont en 1987 amorcé un long et dangereux périple à travers le désert, qui les a conduits en Éthiopie, puis au Kenya. En 2001, alors que les trois jeunes hommes vivaient dans un camp de réfugiés, une organisation humanitaire leur a offert, ainsi qu'à d'autres compagnons d'infortune, la possibilité d'émigrer aux États-Unis. Mais la vie qui les attendait dans cet Eldorado dont ils ne savaient rien ne fut pas aussi heureuse qu'ils l'avaient espérée. La solitude, l'inquiétude, l'insécurité, ainsi que le souvenir de leurs proches demeurés en Afrique, ont rendu leur intégration difficile, voire douloureuse.

Adam's Apples (Adam's Apples) - Danemark - 93 min.

Réalisé par Anders Thomas Jensen. Avec Ulrich Thomsen, Mads Mikkelsen.

Reconnu coupable d'un crime mineur, Adam, un néo-nazi violent, est condamné à purger sa peine auprès d'Ivan, un prêtre à la foi inébranlable qui, dans son église de campagne, se consacre à la réhabilitation d'anciens prisonniers. Devant le comportement hostile d'Adam, Ivan ne baisse pas les bras et encaisse ses coups sans protester. Il le charge de prendre soin de son pommier et de préparer, le moment venu, une tarte aux pommes. Mais l'arbre est attaqué par des corbeaux, des vers et la foudre. La générosité de son bienfaiteur ne faisant qu'attiser sa propre révolte, Adam forme bientôt le projet de l'assassiner.

Captivity - États-Unis, Russie - 84 min.

Réalisé par Roland Joffé. Avec Elisha Cuthbert, Daniel Gillies.

Alors qu'elle participe à un cocktail caritatif dans une boîte de nuit de Soho, Jennifer, une top-modèle new-yorkaise, tombe sous l'effet d'une drogue versée dans son verre puis se réveille dans une chambre de tortures truffée de caméras de surveillance. S'amorce pour la jeune femme un long combat contre cette souricière piégée et son ravisseur anonyme, qui la soumet à toutes sortes d'épreuves macabres et déjoue chacune de ses tentatives d'évasion. Mais l'espoir de Jennifer renaît lorsqu'elle s'aperçoit que dans la pièce voisine, un jeune homme subit le même sort qu'elle.

Belle toujours - France, Portugal - 68 min.

À Montréal seulement.

Réalisé par Manoel de Oliveira. Avec Michel Piccoli, Bulle Ogier.

Alors qu'il assiste à un concert symphonique, Henri Husson aperçoit dans l'auditoire Séverine, une femme qu'il a connue autrefois. Sans nouvelles d'elle depuis près de quarante ans, il tente de l'approcher, mais celle-ci, par crainte de remuer un passé trouble, fait tout pour l'éviter. Henri parcourt les quartiers chics de Paris à sa recherche, en vain, avant d'échouer dans un bar. Lorsqu'il recroise finalement l'élégante dame dans la rue, celle-ci, de guerre lasse, accepte son invitation à dîner. Pendant leur tête-à-tête, dans une chambre d'hôtel de luxe, la conversation prend une étrange tournure. Séverine, qui s'apprête à entrer au couvent, attend d'un Henri passablement diminué qu'il lui révèle s'il avait autrefois trahi son secret.

Introducing the Dwights - Australie - 104 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par Cherie Nowlan. Avec Brenda Blethyn, Khan Chittenden.

Jean Dwight, divorcée hyperactive d'origine anglaise, se lève tous les matins aux aurores pour gagner de quoi subvenir aux besoins de ses deux fils, Tim et Mark, qu'elle couve telle une mère poule. Les week-ends, la quinquagénaire exploite ses modestes talents d'humoriste dans diverses boîtes de seconde zone, avec l'espoir de relancer une carrière qui stagne depuis qu'elle a émigré en Australie. Au quotidien, son humour vitriolique met son entourage à rude épreuve, à commencer par les petites amies de Tim. Lorsque la plus récente élue de ce dernier décide de lui tenir tête, le clan Dwight s'en trouve transformé pour le mieux.

Scenes of a Sexual Nature - Grande-Bretagne - 91 min.

À Montréal et en anglais seulement.

Réalisé par Edward Blum. Avec Eileen Atkins, Andrew Lincoln.

Par une belle journée d'été, Hampstead Heath, un parc de Londres, devient le théâtre des intrigues sentimentales de sept couples. Eddie et Iris, assis par hasard sur le même banc, découvrent qu'ils se sont connus avant la Deuxième Guerre mondiale. Tout près de là, le «blind date» de Julia et Gerry tourne au vinaigre. Pendant ce temps, Sara et Pete finalisent les procédures de leur divorce tandis qu'Anna, décidée à rompre avec Ludo, est harcelée par Noel. Parallèlement, ce dernier tente de séduire Sophie, une belle Française tombée dans l'oeil de Jamie, qui du coup provoque la colère de son épouse Molly. De son côté, Billy propose à Brian de cesser la drague à condition qu'ils adoptent un enfant. Tout bien considéré, la prostituée Esther et son client Louis forment le couple le plus épanoui du parc.

Les résumés proviennent de Médiafilm.

Partager sur : Twitter Facebook
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.