dossier
Samedi 5 février 2011 à 07h00

L'Hebdo : Les films québécois de 2011

Photo Par Elizabeth Lepage-Boily

En 2011, de nombreux films québécois de tous acabits prendront l'affiche sur nos écrans. Tous les genres se chevaucheront - comédie romantique, suspense, biographie dramatique, drame de moeurs - nous permettant de découvrir de nouveaux talents (Sarah Mutch, Julia Stone, Kevin Parent) et d'approfondir des styles qui nous sont plus familiers - comme, bien sûr, la comédie.

Le long métrage le plus attendu de l'année est définitivement Le sens de l'humour, une comédie de la même équipe qui nous a donné De père en flic, le film le plus payant de l'histoire du cinéma québécois. Même si le sujet et la facture du film s'annoncent bien différents du succès estival de 2009, Le sens de l'humour devrait obtenir une réponse positive du public, sans toutefois briser de nouveaux records. Bien que l'on doive, de toute évidence, le triomphe historique de De père en flic à l'humoriste Louis-José Houde et à sa complicité évidente avec l'acteur Michel Côté, tous deux de retour à l'écran, il est difficile d'imaginer qu'un succès aussi démesuré puisse arriver deux fois au même collectif d'artistes et d'artisans.

Même si le chiffre magique de 10 millions $ sera difficilement atteignable, Le sens de l'humour devrait être le film québécois le plus lucratif cette année. Si la qualité de Gerry est comparable à celle de Dédé à travers les brumes, qui dépeignaient également la vie d'un chanteur connu, le long métrage d'Alain Desrochers pourrait aussi obtenir de bons résultats au box-office. Il faut également surveiller Sur le rythme, le premier film de danse entièrement produit au Québec, qui pourrait bien attirer les jeunes - et les moins jeunes - dans les cinémas au mois d'août.

28 janvier

Paru la semaine dernière, le long métrage Funkytown est parvenu à récolter 384 413 $ à sa première fin de semaine dans les salles, ce qui devrait lui permettre d'amasser près d'un million et demi en fin de course (un résultat respectable, mais discutable lorsqu'on pense à la monumentale compagne publicitaire qui entourait le film). Funkytown a bénéficié d'un budget de 8 millions $, comprenant les droits musicaux qui représentent, à eux seuls, plus d'un huitième du total.

En 1976, le Québec se croyait à la veille de devenir un pays, Montréal voulait devenir la métropole la plus courue en Amérique du Nord, et une mode appelée « Disco » influençait toute une génération. Funkytown raconte l'histoire de sept personnages qui tentent de se tailler une place dans cet univers d'excès où tout était permis alors que, pour l'espace d'un moment, le disco était roi.

25 février

Le pari était tout de même colossal; produire un suspense québécois entièrement tourné à Cuba. Alors que Claude Legault et Julie Perreault étaient d'abord associés au projet, c'est finalement Karine Vanasse et Sébastien Huberdeau qui incarnent les deux personnages principaux d'Angle mort.

Les Québécois Éric et Stéphanie vont passer leurs vacances d'hiver dans un pays d'Amérique latine, dans une région renommée pour ses pistes de randonnée. En plus de devoir composer avec l'omniprésence des militaires, la population de la Republica de Santiago est traumatisée par les crimes d'un tueur en série pyromane qui sévit sur les routes de la région...

4 mars

The Year Dolly Parton Was my Mom est une comédie dramatique en langue anglaise que la réalisatrice et scénariste Tara Johns décrit comme un « chick flick » - un film fait par des filles et pour des filles. Le long métrage est, semble-t-il, davantage touchant et romanesque que déprimant. La Québécoise Macha Grenon, que l'on a pu voir dans les films L'âge des ténèbres et L'enfant prodige, incarne la mère d'une jeune adolescente.

Elizabeth Alison Gray, incarnée par Julia Stone, est une jeune fille assez ordinaire de 11 ans qui attend patiemment que l'adolescence arrive lorsqu'elle découvre que toute sa vie est un mensonge. Avec seulement son imagination et un jeu de Ouija comme allié, elle s'enfuit de chez elle pour découvrir la vérité.

11 mars

Même si Nez Rouge était parvenu à obtenir des résultats satisfaisants au box-office il y a quelques années, la comédie romantique est un genre cinématographique très peu exploité au Québec. Le réalisateur de French Kiss, Sylvain Archambault, se dit perplexe face à la situation: « C'est tout de même particulier comme phénomène puisqu'on aime rire, on aime l'amour et on consomme beaucoup de comédies sentimentales américaines », nous a-t-il révélé lors de la promotion de son plus récent film à Ciné-Québec. Espérons que French Kiss sera à la hauteur de ces oeuvres américaines qui parviennent à charmer le coeur des sentimentales.

Claude Legault et Céline Bonnier incarnent Fred et Juliette deux inconnus qui se croisent un jour de pluie. Fred drague Juliette d'un classique « On s'est pas déjà vus quelque part ? ». À son grand étonnement, Juliette plisse les yeux, réfléchit un instant, et soudain, oui, elle le reconnaît ! Il est Robert qui était assis derrière elle dans son cours de bio. De toute évidence, il y a erreur sur la personne. Mais pour le plaisir de passer une soirée avec Juliette, Fred endosse sur le champ la personnalité du Robert en question. La première pierre est posée pour une histoire d'amour. Mais quelle est l'espérance de vie d'une histoire dont l'équilibre initial tient sur un mensonge ?

22 avril

Que serait une année cinéma sans Guillaume Lemay-Thivierge ou Paul Doucet ? Les deux acteurs - que l'on a vu beaucoup au grand écran ces dernières années - partageront la vedette du long métrage Frisson-des-collines. Le drame québécois, qui se déroule au début des années 70, racontera l'histoire de Frisson, un garçon de douze ans dont le père vient de mourir tragiquement, qui trompe l'ennui de vivre à la campagne auprès de son idole, le motard Tom Faucher, comme lui grand fan de Jimi Hendrix. Il fait les quatre cents coups avec son ami, le gros Thibault, il nourrit un amour secret pour sa maîtresse d'école, la charmante Hélène, et il tente par divers moyens d'accéder à son intimité.

Richard Roy est à la barre de ce film qui dépeindra l'époque « peace & love » au Québec.

20 mai

Connaissant le réalisateur Jean-Marc Vallée, on peut espérer de cette nouvelle oeuvre un récit honnête et puissant, empreint de réalisme et de douceur. Kevin Parent, qui n'a jamais tenu de rôle principal au cinéma, incarnera le héros de la partie contemporaine du récit, alors que Vanessa Paradis supportera sur ses épaules le fragment passé, qui se déroulera dans les années 60 en France.

On doit entre autres à Jean-Marc Vallée le mémorable C.R.A.Z.Y. ainsi que The Young Victoria, qui a obtenu un Oscar en 2010 pour les meilleurs costumes.

17 juin

La biographie dramatique sur le rockeur Gerry Boulet sera disponible sur les écrans dès le début de l'été. Mario Saint-Amand interprète le chanteur et leader d'Offenbach dans un récapitulatif détaillé sur la vie et la mort de l'artiste québécois. Les textes de Gerry ont été rédigés par la journaliste Nathalie Petrowski et Alain Desrochers (Nitro, Cabotins) est derrière la caméra.

1er juillet

French Immersion racontera l'histoire de cinq Canadiens anglais de différents horizons qui fréquentent une école d'immersion française, pendant deux semaines, dans le seul et unique objectif d'apprendre le français. Dans cette école, située dans le Nord du Québec, il est interdit de parler une autre langue que le français. Selon un sondage récent, 97% de la population québécoise sont des « pures laines » nationalistes. Personne ne sait tout à fait qui ou qu’est le 3% restant.

Kevin Tierney, qui a produit les longs métrages Bon Cop, Bad Cop, Love and Savagery ainsi que The Trotsky, assure la réalisation du film, qui met en vedette les Québécois Pascale Bussières, Yves Jacques, Robert Charlebois, Rita Lafontaine, Laurence Leboeuf, Karine Vanasse et Jacob Tierney.

6 juillet

Le sens de l'humour est la comédie québécoise la plus attendue de l'année, celle dont tout le monde parlera et qui augmentera substantiellement les recettes totales du box-office québécois de 2011. Louis-José Houde a une nouvelle chance de prouver aux cinéphiles québécois qu'il sait jouer - son personnage dans De père en flic était tellement calqué sur sa propre expérience de scène qu'il était difficile de juger ses véritables talents de comédien. Cette fois accompagné à l'écran par Benoît Brière, que l'on n'a pas vu au grand écran dans un premier rôle depuis longtemps, Houde incarnera un humoriste - jusqu'ici le défi n'est pas immense - désillusionné et insolent - un travail de composition colossal pour l'un des humoristes les plus aimés et applaudis par le public québécois.

Deux humoristes font le tour des petites villes avec leur spectacle respectif; l'un est trop enjoué et dynamique alors que l'autre est blasé et antipathique. Un seul numéro, qu'ils exécutent ensemble, a un certain succès auprès de l'auditoire. Il consiste simplement à insulter publiquement un membre de l'assemblée jusqu'à la limite de l'insolence. Malheureusement pour eux, un soir ils s'attaquent à un homme aux allures renfermées qui s'avère être un tueur en série. Ce dernier kidnappera donc les deux humoristes pour les punir de leurs bassesses à son égard.

29 juillet

Le deuxième long métrage de Ken Scott, Starbuck, prendra l'affiche cet été. Même si nous n'avons que très peu d'informations concernant ce film présentement en montage, nous ne pouvons nous attendre qu'à une comédie fort bien écrite. Scott, cette fois aidé par Martin Petit, est tout de même responsable des textes d'oeuvres cinématographiques telles que La grande séduction, Guide de la petite vengeance et Les doigts croches, toutes trois efficaces et originales scénaristiquement parlant.

Tout juste au moment où David Wosniak décide de finalement mettre de grands efforts pour réussir sa vie, cet éternel adolescent de 42 ans découvre qu'il est le géniteur de 533 enfants. Soudainement, réussir sa vie semble beaucoup plus difficile que prévu.

3 août

Le premier long métrage de Jean-Phillipe Pearson, Le bonheur des autres, parle de pardon et d'acceptation. Malgré nos déchirures et nos regrets, l'humain doit apprendre à se réjouir du bonheur des autres pour accéder lui-même au bonheur. Marc-André Grondin, Michel Barrette, Julie Le Breton , Louise Portal et Germain Houde font partie de la distribution du film.

Il y a 20 ans, Jean-Pierre quittait la maison, laissant Louise élever seule les enfants; Marion et Sylvain avaient 10 et 8 ans à l'époque. Pendant des années, il avait été un père absent, mais suite à un rapprochement, il croyait que, le temps aidant, ses fautes avaient été oubliées. Au souper d'anniversaire des 29 ans de Sylvain, lorsqu'il annonce à son ex-femme et à ses enfants qu'il a rencontré une jeune femme de 30 ans et qu'ils attendent un bébé, il découvre que rien n'est oublié et encore moins, pardonné. Louise, devant le vide de sa propre existence, y voit là une grande injustice. Sylvain comprend qu'il se retrouvera seul à pleurer une relation père-fils manquée et Marion, qui tente sans succès d'avoir un enfant depuis deux ans, se sent bafouée par cette grossesse inattendue.

12 août

Le premier film de danse québécois, Sur le rythme, sera disponible dans les salles à la fin de l'été. Le vainqueur de l'édition 2008 de So You Think You Can Dance Canada, Nico Archambault, sera la tête d'affiche de ce long métrage qui s'indresse principalement aux adolescents. Après les succès retentissants de films tels que Step Up ou Save the Last Dance, ce n'était qu'une question de temps avant que le Québec tente sa version bien nationale de ce genre cinématographique pointu.

De la même scénariste et productrice qui nous a donné les deux À vos marques... Party!, Caroline Héroux, le film s'annonce prometteur malgré ses prémisses stéréotypées. La passion de Delphine pour la danse l'amène à délaisser ses études et confronter ses parents conservateurs. L'amour et le support de sa grand-mère et la rencontre d'un danseur particulier poussent alors Delphine à participer à des auditions prestigieuses et ainsi défier sa mère qui souhaite un avenir plus conventionnel pour sa fille.

2011 (aucune date officielle n'est pour l'instant fixée)

Good Neighbours, ou Notre Dame de Grâce en français, est le troisième long métrage de Jacob Tierney. Le Montréalais nous a donné le film The Trotsky l'an dernier, a reçu une réponse positive des critiques et du public. Jay Baruchel, qui fait souvent équipe avec Tierney, ainsi que Emily Hampshire, Scott Speedman et Anne-Marie Cadieux font partie de la distribution de ce suspense distribué par Alliance Vivafilm.

Spencer, un handicapé aigri, Louise, une jeune femme qui ne vit que pour ses chats, et Victor, sont trois Montréalais vivant paisiblement dans le même immeuble à logements à Notre Dame de Grâce. Une série de meurtres sordides viendra toutefois perturber leur train-train quotidien.

En plus de ces nombreux titres, cet été le groupe RBO se réunira pour tourner une comédie, titrée Bossé Inc. Le long métrage, distribué par Alliance Vivafilm, prendra l'affiche dans les salles en décembre prochain. On se sait que très peu de détails sur ce projet, si ce n'est qu'il sera question d'un faux documentaire sur les fraudes fiscales d'une grosse entreprise.

Partager sur : Twitter Facebook
Actualités reliées
DOSSIER (Samedi 22 janvier 2011 à 07h03) L'Hebdo : Les films à surveiller en 2011
Téléchargez gratuitement l'application pour iPhone
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par AOL Canada Logo Moviefone
© 2014 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.