dossier
Samedi 29 mars 2014 à 07h00

L'Hebdo : « Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique »

Photo Par Pascale Dubé
Scène du film The Passion of the Christ

La sortie ce vendredi de Noah, le plus récent film de Darren Aronofsky, était très attendue. Le réalisateur, reconnu pour sa mise en images rythmée et ses histoires mettant en scène des personnages souvent obsessifs, était tout désigné afin de revamper une histoire littéralement vieille comme le monde et la présenter à un nouveau public. Ce thème, celui de l'éradication de la vie sur Terre, tire sa source des plus anciennes légendes de l'humanité et l'Ancien Testament regorge d'histoires dramatiques ayant un potentiel cinématographique colossal. Il y a d'ailleurs eu un grand nombre de films sur les figures bibliques, qu'il s'agisse de Moïse (The Ten Commandments, The Prince of Egypt), de Samson (Samson & Delilah) ou de David (David & Goliath, David & Bethsabée). Mais ce potentiel spectaculaire est aujourd'hui amplifié, alors que les effets spéciaux jouent pratiquement le rôle d'un personnage principal dans la narration. 

En plus de Noah, les studios ont plusieurs films en développement qui s'intéressent à l'une ou l'autre histoire religieuse issue de la tradition judéo-chrétienne. Exodus, qui mettra en vedette Christian Bale, Joel Edgerton, Aaron Paul et Sigourney Weaver, paraîtra à la fin de l'année. Le film de Ridley Scott, qui racontera la confrontation entre Moïse et le pharaon d'Égypte et la fuite des esclaves hébreux par la Mer Rouge. Le réalisateur n'en est pas à son premier péplum, lui qui a obtenu une nomination aux Oscars pour Gladiator en 2001, et il n'est pas le seul à s'intéresser au mythique prophète puisque Gods and Kings, développé par Warner, est en développement depuis plusieurs années. Malgré la défection de Steven Spielberg à la réalisation l'an dernier et la sortie imminente d'Exodus, il semble que le studio n'ait pas encore officiellement abandonné le projet.

Également sur la liste figure Goliath, l'histoire du fameux combat entre David, futur Roi des Hébreux, et Goliath, un mercenaire philistin chargé de maintenir le peuple juif sous le joug de l'envahisseur. On parle de ce titre depuis 2011, époque où Scott Derrickson (Sinister) était attaché au projet en tant que réalisateur et que Taylor Lautner et Dwayne Johnson avaient été approchés respectivement pour les rôles de David et Goliath. Bien qu'il n'y ait pas eu beaucoup de nouvelles récemment sur le projet, il y a fort à parier que si Noah connaît un succès retentissant, ce film pourrait faire à nouveau les manchettes. Après tout, Hollywood n'aime rien tant que les recettes qui fonctionnent...

Enfin, de l'Ancien on passe au Nouveau Testament. Récemment, Son of God prenait l'affiche sur nos écrans. Bien que le film n'ait pas connu un grand succès au Québec (près de 300 000 $ jusqu'à maintenant), il a tout de même connu une modeste réussite en Amérique du Nord en récoltant 56 millions $ depuis sa sortie. Pour un film ne mettant en vedette aucun acteur connu, se déroulant de la haute Antiquité jusqu'à la mort de Jésus-Christ, il s'agit d'un résultat intéressant. Malheureusement pour les studios, cette histoire bien connue ne pourra par contre pas faire l'objet d'une franchise! Qu'à cela ne tienne, la Bible regorge d'histoires intéressantes et certains points de vue n'ont pas encore été abordés.

En effet, après Barabbas, il semblerait que les Américains s'intéresseront à Ponce Pilate et qu'à l'écran, ce dernier aura les traits de Brad Pitt. C'est à tout le moins ce que rapportait le Deadline Hollywood en janvier 2013, alors qu'une frénésie religieuse semblait avoir gagné Hollywood. Pour l'instant, ce titre est encore en développement et aucune date n'a encore été retenue pour le tournage. Comme pour la mise en chantier de Goliath, celle de Pontius Pilate pourrait être accélérée advenant le succès de Noah (Paramount) et celui d'Exodus (Fox).

Mais comment expliquer la véritable résurrection de l'engouement pour ces histoires que tous connaissent? Si l'on exclut les visées bassement matérialistes des studios qui cherchent toujours à offrir aux spectateurs les mêmes histoires et à maximiser ses profits, y a-t-il d'autres explications qui peuvent avoir influencé le développement simultané d'autant de films différents adaptés des Saintes Écritures? Comme nous l'avons souligné dans plusieurs articles antérieurs, le cinéma hollywoodien est toujours le reflet des préoccupations de la nation américaine. 

Depuis la crise économique de 2008-2009, les États-Unis peinent à se relever. Le climat politique tendu entre républicains et démocrates, l'interminable guerre en Irak, la lente érosion de la classe moyenne et le doute associé à toutes ces perturbations entraîne nécessairement un questionnement moral. Ce fut également le cas pendant la Guerre froide, une autre époque incertaine, qui a vu la production d'une bonne dizaine de films inspirés des Saintes Écritures. Ajoutons à cela la montée graduelle d'une droite religieuse chez nos voisins du Sud, en réaction à l'évolution des mentalités dans les zones plus libérales, et le contexte est favorable à l'émergence d'oeuvres qui cherchent à revisiter la religion et à récupérer des mythes désuets pour les réconcilier avec la réalité contemporaine. Pour ce faire, certains utilisent l'allégorie (la science-fiction entre autres, tel qu'abordé dans un précédent Hebdo), d'autres tentent de reproduire une époque plausible à l'image en tentant un drame d'époque réaliste (The Passion of the Christ, The Last Temptation of Christ).

En fin de compte, les leçons que ces histoires millénaires enseignaient aux humains de l'époque sont toujours aussi valides aujourd'hui. Des thèmes universels comme l'amour, le travail, la famille, la loyauté, l'honnêteté, sont autant de facettes évoquées dans l'Ancien et le Nouveau Testament et qui trouvent, après trois mille ans d'Histoire, un public qui s'y reconnaît toujours autant. Que l'on s'entende ou non sur l'origine divine du message, il n'en demeure pas moins que le droit de choisir et la nécessité de faire face aux conséquences de ses choix sont des thèmes qui trouvent encore des échos aujourd'hui. Et le cinéma, mémoire animée, a pris la relève de la pierre, du parchemin et du papier pour raconter les mythes fondateurs de notre civilisation.

Partager sur : Twitter Facebook
Actualités reliées
ACTUALITÉ (Mardi 14 janvier 2014 à 10h48) Nick Nolte sera l'ange déchu Samyaza dans Noah
ACTUALITÉ (Mercredi 22 août 2012 à 08h55) Warner Bros. prépare un film sur Ponce Pilate
ACTUALITÉ (Lundi 9 juillet 2012 à 13h57) Anthony Hopkins sera Mathusalem dans Noah
ACTUALITÉ (Jeudi 29 septembre 2011 à 09h39) Warner Bros. développe Gods and Kings
ACTUALITÉ (Mercredi 31 août 2011 à 08h45) Dwayne Johnson pourrait être Goliath
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.