dossier
Samedi 16 avril 2011 à 07h00

L'Hebdo : Des films français qui cartonnent chez nous

Photo Par Karl Filion
Une scène de Les petits mouchoirs

Sorti le 10 octobre 2010 en France, le long métrage Les petits mouchoirs, troisième film de Guillaume Canet, prend l'affiche au Québec cette fin de semaine. Il emmène avec lui de notre côté de l'Atlantique sa distribution cinq étoiles composée de François Cluzet, Marion Cotillard, Benoît Magimel, Gilles Lellouche et Jean Dujardin - pour ne nommer que ceux-là - et ses 5,3 millions d'entrées en France. Il est le film français le plus populaire de 2010 en France, comme l'ont été au cours des dernières années Le petit Nicolas (2009), Bienvenue chez les Ch'tis (2008), La môme (La vie en rose) (2007), Les Bronzés 3 - Amis pour la vie (2006), Brice de Nice (2005), Les choristes (2004), Taxi 3 (2003), Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre (2002), Le fabuleux destin d'Amélie Poulain (2001) et Le goût des autres (2000).

On peut déja remarquer que Les petits mouchoirs a deux caractéristiques qui en font un succès plus improbable : tout d'abord, ce n'est pas une comédie à proprement parler; on l'a plutôt classé du côté des comédies dramatiques à cause de ses thèmes au fort potentiel émotionnel. On remarque que dans les dix dernières années, un seul autre des films les plus populaires de l'année n'est pas une comédie (La môme). Autre caractéristique importante : Les petits mouchoirs dure 2h35 (155 minutes), ce qui réduit le nombre de projections par jour de quatre à trois. Une séance de moins par jour signifie aussi moins de places par jour pour des spectateurs.

On ne saura que dans quelques semaines si le film obtiendra du succès au Québec (le film prend l'affiche dans 30 salles à travers la province), mais en attendant, on peut observer qu'un succès en France n'est pas garant du succès au Québec. Si les cas de Bienvenue chez les Ch'tis (20,5 millions d'entrées - le plus grand succès de tous les temps pour un film français - contre 1 624 360 $ au Québec (dixième meilleur résultat pour un film français au Québec)) et de La môme (La vie en rose) (5,2 millions d'entrées en France pour 1 923 798 $ au Québec) sont respectables, les résultats de Le petit Nicolas (488 846 $) et de Les Bronzés 3 - Amis pour la vie (183 981 $) n'ont pas été à la hauteur des attentes.

D'autres exemples sont éloquents : LOL, sorti en avril 2010 chez nous, a récolté un maigre 32 167 $ alors qu'il avait amassé 3,6 millions d'entrées en France en 2009 (deuxième cette année-là). Taxi 4, avec ses 4,5 millions d'entrées en 2007, n'a amassé que 461 629 $ au Québec. Largo Winch (1,8 million d'entrées) a tellement déçu en 2010 (23 807 $) que Largo Winch II (sorti le 16 février en Europe) risque de ne jamais prendre l'affiche au Québec.

Des exemples récents sont cependant plus encourageants : Des hommes et des dieux (qui est d'ailleurs toujours à l'affiche) a amassé 1 235 818 $ jusqu'à maintenant au Québec (pour 3,2 millions d'entrées en France). L'arnacoeur, sorti l'été dernier, a connu une belle carrière au Québec (598 167 $ pour 3,8 millions d'entrées) tout comme Coco avant Chanel (1 069 833 $). Le leader inconstesté au Québec demeure Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, qui avait récolté 4 370 768 $ alors qu'il avait cartonné outre-Atlantique avec 14,4 millions d'entrées.

Il n'y a évidemment pas de formule pour prédire si un film français fonctionnera aussi bien chez nous qu'en France. Les comédies ont la cote et fonctionnenent généralement mieux que les drames - mais cela est aussi vrai avec les films québécois et américains. L'important en comédie, c'est que l'humour véhiculé par le film ne soit pas trop culturellement connoté. La présence de grandes vedettes connues ici (elles ne le sont pas toutes) est également un facteur. L'importance de la sortie y est évidemment pour beaucoup; les quelques films français qui prennent l'affiche dans une seule salle à Montréal ne risquent pas de battre des records d'assistance. Il faudrait aussi se demander si l'intervalle de temps entre la sortie française et québécoise n'influcence pas l'intérêt du public; avec internet et les médias sociaux qui sont sans frontière, un film ne bénéficierait-il pas de la promotion faite en France s'il sortait au Québec dans la foulée de sa date de sortie de l'autre côté de l'Atlantique?

---

Toutes les données de box-office nous ont été fournies par Cinéac et CBO France.

Partager sur : Twitter Facebook
Actualités reliées
ENTREVUE (Mercredi 13 avril 2011 à 16h24) Guillaume Canet parle de Les petits mouchoirs
Site conçu et développé par Logo Libéo
Représentation publicitaire par Logo Moviefone
© 2016 Média Happy Geeks inc. Tous droits réservés.